lundi 30 septembre 2013

La France accepte l'expulsion de la diplomate française

Marion Castaing au sol, après avoir été molestée et tirée de force du camion dans lequel elle apportait du matériel d'aide d'urgence à la population d'al-Makhul, 20 septembre 2013 (REUTERS/Abed Omar Qusini)
 
C'est d'un « commun accord » que la France et le régime israélien ont décidé d'expulser Marion Castaing de son poste d'attachée culturelle du Consulat de France à Jérusalem, annonce Haaretz. On en attendait pas moins de notre valeureux président.

Une diplomate, privée de sa liberté de circulation en Palestine et brutalisée par une armée d'occupation (qui a le culot de se nommer « police des frontières », alors qu'elle n'en respecte aucune), et ce n'est pas à Israël de rendre des comptes, mais à la diplomate de partir !

Elle aurait désobéi à l'armée - qui se trouvait en territoire palestinien en toute illégalité - se plaint Israël. Et en plus, cette diplomate française aurait rendu un coup à un soldat, après avoir été malmenée.

Nous félicitons Marion Castaing pour sa dignité et sa solidarité avec les personnes persécutées, puisqu'elle allait porter de l'aide à des Bédouins expulsés de leurs maisons dans la vallée du Jourdain.

Son renvoi, qui devrait prendre effet fin décembre, selon Haaretz, est scandaleux.

La France l'accepte comme elle accepte l'occupation, la colonisation, toutes les exactions contre les Palestiniens, femmes, hommes et enfants, comme elle accepte le blocus de la population gazaouie, ainsi que les coups déjà portés, à plusieurs reprises, à ses diplomates par la police ou l'armée israélienne.

Ce gouvernement n'en n'est vraiment plus à une bassesse près. Et Hollande pourra rendre visite à son pote, le fasciste Netanyahou, toute honte bue en novembre prochain, puisqu'ils défendent en fait les mêmes « valeurs ».

Ce ne sont pas celles de Marion Castaing.

Ce ne sont pas les nôtres.

Source

Les magasins de bricolage Leroy Merlin et Castorama se disent déterminées à maintenir l'ouverture ce dimanche de leurs magasins frappés d'une interdiction de travail dominical et ce, malgré la décision défavorable du tribunal de commerce.

bricolage_dimanche.jpg
REUTERS/Lucas Jackson

Derrière cet épisode juridique se cache des enjeux forts pour ces deux chaînes auxquelles s’ajoute l’enseigne Bricorama : capter la clientèle des bricoleurs du dimanche et si possible celle des concurrents.

A 120.000 euros le dimanche par infraction constatée, la note risque d’être salée pour les chaînes et on peut se demander combien de temps cette « guerre » interne au secteur pourra durer.
Bien sûr, les libéraux de tous poils vont s’empresser de s’indigner des « mauvaises manières » faites à ces enseignes au motif qu’il faut « libérer les énergies, que c’est bon pour la croissance, que l’ouverture du dimanche est créatrice d’emploi et qu’en plus les salariés que l’on paye plus cher, sont d’accord ».

On peut être perplexe : le marché du bricolage, s’il conserve quelques marges de progression, est comme les autres. On pourrait ouvrir les magasins 24 H/24 et 7 jours sur 7 que cela n’y changerait pas grand-chose : le marché du secteur ne se dynamisera que lorsqu’une enseigne aura disparu. C’est bien ce qui se trame en coulisse et les salariés qui défendent leur bonus actuel se réveilleront un jour ou l’autre avec la gueule de bois. La vraie « guerre » est entre les enseignes, pas contre une décision judiciaire.

Bien évidemment, le travail du dimanche peut rester une possibilité pour ceux qui le souhaitent, bien qu’on puisse penser que ce souhait ne soit pas pérenne compte tenu de l’évolution dans le temps de leur situation pécuniaire ou familiale. On peut penser que les « volontaires » pour travailler le dimanche n’ont pas toujours le choix s’ils veulent conserver leur boulot mais qu’ils s’y retrouvent en raison des majorations de salaires consenties. On retrouve dans cette catégorie de « volontaires » les étudiants ou autres précaires qui sont prêt à tout accepter et bien sûr quelques uns qui regardent d’abord la fiche de paye avant de se poser d’autres questions et sont prêts à sacrifier leur vie sociale.

Car le problème est bien là : combien y aurait-il eu de « volontaires » en l’absence de majoration salariale ?
Supposons maintenant que le dimanche soit un jour travaillé comme les autres dans tous les secteurs : quid des majorations salariales ? Il y a fort à parier que ce bonus financier disparaîtrait et que ce jour serait payé comme les autres. La majoration salariale actuelle n’est donc qu’un miroir aux alouettes. Par ailleurs, considérer le dimanche comme un jour ordinaire dans tous les secteurs ferait se tarir la clientèle des magasins de bricolage qui sont en première ligne actuellement. Il s’agit donc d’un combat sectoriel par la recherche d’un privilège qu’il ne faudrait surtout pas accorder aux autres : c’est le seul moteur de cette « guerre ».

ADVERTISEMENT
Perplexité sur les perspectives de croissance du marché du bricolage, perplexité sur le soutien des salariés à leurs employeurs, perplexité enfin sur le maintien des majorations salariales à long terme : on peut ajouter également questionnements importants s’agissant de l’impact sur le lien social et familial qu’engendrerait la banalisation du dimanche.

Bien entendu, nous n’en sommes plus à « sanctuariser » le dimanche pour des raisons religieuses, mais avouez tout de même que la partie de foot, le ramassage des coquillages, des champignons, des noisettes, le repas de famille, la balade au parc, la partie de pêche avec les enfants ou les amis, le ciné avec le copain ou la copine ou tout simplement la grasse mat’ accompagnée sous la couette conservent encore leur charme.
Et c’est cela qu’il faut préserver.

Source : Agoravox.fr

Le gouvernement français envisage d'obliger la vente des médicaments à l'unité


En France, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, propose de ne plus vendre les médicaments qu’à l’unité pour réaliser des économies sur les dépenses publiques, éviter les gaspillages et le recours à l’automédication.

« Chaque Français, je dis bien que chaque Français, pas chaque ménage, a 1,5 kilo de médicaments dans son armoire à pharmacie », a-t-elle indiqué, précisant que ces médicaments étaient ou bien non utilisés ou bien utilisés en automédication, et que celle-ci pouvait être particulièrement nuisible lorsqu’il s’agissait d’antibiotiques. La consommation non contrôlée d’antibiotiques a en effet tendance à développer la résistance des bactéries, ce que l’on appelle l’antibiorésistance. « C’est pour cela que nous allons commencer notre expérimentation par certains antibiotiques », a ajouté Touraine.

Une expérience va donc être menée dans des pharmacies volontaires de certaines régions.
Cependant, beaucoup de pharmaciens manifestent du scepticisme à l’égard de cette mesure. Gilles Bonnefond, le secrétaire général de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine, ne voit pas comment les patients pourront se passer des notices d’information et des mises en garde importantes qu’elles peuvent comporter dans certains cas concernant les risques posés par la prise des médicaments. Isabelle Adenot, la présidente du Conseil de l'ordre des pharmaciens, estime que le fond du problème n’est pas le gaspillage, mais le fait que les patients ne suivent pas toujours fidèlement leur traitement, ce qui les conduit à ne pas consommer tous les médicaments qu’ils auraient théoriquement dû prendre.

Mais d’autres pharmaciens réagissent plus positivement, attendant de voir les résultats de l’expérience, soulignant l’importance de la lutte contre l’antibiorésistance. Certains s’inquiètent malgré tout des soucis d’organisation que la mesure pourrait poser pour leur officine, comme Alexandre Fryburger, un pharmacien du 5ème arrondissement de Paris : « la dispensation à l'unité cela va être difficile. Si vous avez une officine de campagne avec 50 clients par jour, ça va encore, mais quand vous en avez 2.000… », dit-il.

En France, le déficit de la Sécurité Sociale sera de 16,2 milliards d’euros en 2013, et la ministre cherche à le réduire à 13 milliards d’euros pour l’année prochaine.
Au Canada, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, on achète déjà ses médicaments à l’unité. Le pharmacien respecte l’ordonnance définie par le médecin, en ne fournissant que les doses exactes prescrites.

Olivier Delamarche : “On a failli avoir Dominique Strauss-Kahn”


Jean Pierre Petit - Remplacer le nucléaire


Jean Pierre Petit scientifique : Entretien sur la consommation d'énergie , la recherche nucléaire, l'armement militaire ,les énergies propres et renouvelables, l'écologie ,l'énergie de demain ...

Fusion aneutronique - Z Machine - Panneaux solaire à miroir de Fresnel

_Le site internet du scientifique Jean Pierre Petit : http://www.jp-petit.org/

_Le site internet de l'association savoir sans frontières : http://www.savoir-sans-frontieres.com...

_Le site internet du laboratoire de recherche sur la propulsion MHD : http://www.ufo-science.com/wpf/

Journal hebdomadaire de Voix de la Russie – 30 septembre 2013

Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 23 septembre 2013 :
  • M. Bricolage à Florange : l'assassin revient toujours sur les lieux du crime
  • Rencontre avec Pierre Cassen, fondateur et animateur de Riposte Laïque
  • Rencontre avec Lajos Marton, patriote hongrois et français qui a combattu tous les totalitarismes en Europe depuis 1956.
  • Moyen-Orient : la diplomatie russe est présente sur tous les fronts
  • L'attaque de Nairobi : ce que les médias occidentaux n'ont pas voulu ou su vous dire
  • Les journées de la langue et de la culture russe à Nice, Lyon et Paris du 1er au 15 octobre
  • L'émission "A bâtons rompus" reçoit Dimitri De Kochko, Président du Conseil de Coordination des Russes de France

Ille-et-Vilaine : dès demain on pourra payer en Galléco !

Une nouvelle monnaie, le Galléco, est lancée samedi 21 septembre 2013 en Ille-et-Vilaine, une monnaie complémentaire, locale et solidaire. 
L'idée c'est d'abord de redonner à la monnaie son rôle premier d'échange, tout en dynamisant et en relocalisant l'économie.

  • Par Krystell Veillard
© Séverine Breton - France 3 Bretagne
© Séverine Breton - France 3 Bretagne


Pour une autre manière d'échanger et de consommer localement

Le Galléco, lancée demain, est donc une monnaie d'échange, créée dans le but de soutenir le commerce local dans le respect de valeurs écologiques et sociales. 

De l'argent éthique donc. 
Une monnaie utilisable uniquement en Ille-et-Vilaine pour, disent ses créateurs, une économie plus saine. 
Une dimension départementale unique pour ce genre de monnaie.

Le "petit galléco pratique"

Un Galléco est équivalent à un euro. 

Les habitants qui souhaitent utiliser des gallécos doivent adhérer à l’association, (via internet : www.galleco.fr ou au siège de l’association à Rennes). 
Ces billets peuvent ensuite être dépensés dans des commerces de proximité référencés (épiceries, artisans, producteurs locaux…), les associations (culturelles, sportives, de covoiturage, cinémas associatifs...). 
Un macaron « Galléco » est apposé sur leurs vitrines pour les distinguer.
Le commerçant peut à son tour les dépenser chez ses fournisseurs ; payer ses salariés en gallécos ; proposer à ses clients de faire du change euros – gallécos ou convertir ses gallécos en euros.

Le programme de lancement

A l'occasion du lancement ce samedi, des événements sont organisés par l'Association Galléco sur les trois territoires d'expérimentation : Rennes, le pays de Redon-Bretagne sud et le pays de Fougères.


Cadrage et contexte (documentation ci-dessous):
  • Une monnaie "solidaire" ou complémentaire (locale) est une monnaie qui vient compléter (justement) la monnaie officielle et qui permet de procéder à des échanges locaux de biens et de services orientés vers des biens et services ciblés (en général respectueux de l'environnement ou orientés vers des biens et services labellisés solidaires etc...)
  • La philosophie de ces monnaies solidaires, complémentaires ou locales consiste (dans la période contemporaine) à pallier aux manques dans la philosophie des monnaies officielles, conçue hors enjeux environnementaux et sociaux. En cherchant à recréer du lien social de proximité et à orienter la consommation vers une consommation responsable, ces monnaies visent un objectif qu'on pourrait qualifier d'intérêt général. L'objectif est de redonner un sens à l'échange en complément des monnaies nationales ou internationales (euro).
  • Je passe sur l'historique des monnaies locales (le pouvoir souverain n'a pas toujours eu le monopole de battre monnaie).
  • S'il existe actuellement de nombreuses monnaies locales partout dans le monde (cf : article "monnaie complémentaire") avec des objectifs parfois assez différent la philosophie est souvent semblable.
  • La nouveauté avec Galléco repose sur la volonté de généraliser l'expérience au niveau départemental.
GALLÉCO :
  • Ici, je renvoie à la documentation très claire sur le site du département (les liens "En savoir plus", la présentation pour les entreprises etc...)
  • Une des sources d'inspiration est très clairement le "Chiemgauer", en Allemagne. La monnaie est citée dans la plaquette pour le public : "Le Chiemgauer en Allemagne a permis aux magasins labellisés d’augmenter de 10% leur chiffre d’affaires et de créer des emplois". L'article sur le Chiemgauer est très clair et permet de saisir la philosophie et les mécanismes du système.
  • Au titre des intérêts officiels pour le territoire, je me permets de reprendre la plaquette
    ■ Dynamiser l’activité et l’emploi et relocaliser l’économie
    ■ Encourager les entreprises et les consommateurs à respecter certaines valeurs
    écologiques et sociales
    ■ Permettre aux citoyens de s’approprier les enjeux de l’économie et de la finance
    ■ Créer du lien social autour d’un système d’échanges commun
    ■ Favoriser l’accès de tous à des produits de qualité et à une consommation
    responsable
  • Voici la FAQ sur le Galléco.
  • Il convient d'être adhérent de l'Association Galléco pour obtenir des Gallécos (le prix de l'adhésion est libre).

Observations :
  • Si les contraintes réglementaires sont assez strictes concernant les monnaies locales et que ces monnaies n'ont nullement la prétention de remplacer les monnaies nationales ou l'euro, cela a le mérite de mettre en exergue le fait que les monnaies classiques sont devenues des monnaies de spéculation au delà d'être un réel instrument d'échange. Plus exactement la notion d'échange a été comprise de manière extensive écrasant par là, la fonction traditionnelle de celui-ci (mais est-ce récent ?). 
  • Pour info, le Galléo est légal car n'est pas officiellement considéré comme un service de paiement, mais est assimilable aux tickets restaurants etc...
    [ Cf : Article L314-1 - III du Code Monétaire et Financier et surtout L521-3 du même code qui édicte les exceptions au monopole de la fourniture de service de paiement
    N.B : Je trouve étrange que les articles là soient mentionnés dans les statuts, si ce n'est pas un service de paiement cela n'a pas à être concerné par les exceptions à la fourniture de service de paiement mais bon...]
  • Poser la question : "Les monnaies locales, une réponse à la crise ?" sans préjuger de la réponse, indique déjà beaucoup sur la nature et la cause majeure des crises que nous traversons (la monnaie, sa philosophie, sa maîtrise...)
  • Les limites légales qui restreignent les débats sur la monnaie à des considérations purement locales ne doivent pas occulter les débats de fond sur le rôle de la monnaie au niveau national et international. L'expérience de ces monnaies locales peut fournir des arguments conceptuels et pratique pour penser le système monétaire de demain.
  • Source 

dimanche 29 septembre 2013

Bob Vous Dit Toute la Vérité jacques collin " les mystères de la Lune "



Voici le résumé de l'éditeur

Ce livre, que George Leonard a réussi à faire paraître malgré l'opposition des services publics américains, fera l'effet d'une bombe.

George Leonard affirme et démontre, preuves à l'appui ,à partir de photographies officielles de la N.A.S.A. , cette incroyable réalité: la Lune est habitée. Les astronautes de la N.A.S.A. l'ont constaté de leurs propres yeux mais ils respectent strictement la consigne du silence.

" Mon livre, dit George Leonard, est le résultat d'une véritable enquête policière et d'années de recherches considérables. J'ai étudié, scruté des milliers de photographies de la N.A.S.A. ; j'ai eu d'innombrables conversations avec les membres des équipes de programmes spatiaux: il faut obliger le gouvernement américain et la N.A.S.A. à dire toute la vérité et, ensuite, à proposer un débarquement massif sur la Lune,"

Une fois entré dans le détail d'une démonstration particuliérement rigoureuse, il est difficile aux lecteurs de n'être pas convaincus par les extraordinaires révélations de George Leonard qui remet en cause tout un acquis scientifique trop rassurant et débouche sur une redéfinition, tant militaire qu'économique, d'une stra tégie à l'échelle cosmique.


Le récit du consultant gouvernemental Ingo Swann concernant des activités extraterrestres clandestines tenues sur la lune prends une toute nouvelle tournure, maintenant que les documents de la CIA sur le STAR GATE qui ont été rendus publics supportent plusieurs de ses affirmations.
Suite ICI 

Sommes-nous malades de nos médicaments? A votre avis ?


Source

300 fois plus de résidus de pesticides dans le vin que dans l’eau potable



Détail du magazine Que Choisir et son enquête sur les pesticides
Il y a 300 fois plus de résidus de pesticides dans le vin que dans l’eau potable. Ce rapport frappant est l’un des enseignements que l’on peut tirer des résultats de l’enquête que vient de publier Que choisir (abonnés) dans son dernier numéro.
En passant 92 vins issus de différentes régions viticoles françaises au crible, le magazine a en effet détecté des résidus de pesticides (ou des traces) dans 100% des échantillons.
Dans le détail, on constate un grand écart entre les vins bio, à un bout du spectre, et certains vins industriels ou conventionnels, à l’autre bout. Mais pas un seul vin parmi la centaine analysée n’échappe totalement aux pesticides.

Bordeaux, le mauvais élève


Aperçu des résultats de l’analyse de Que choisir (le total des résidus détectés étant indiqué dans la dernière colonne)
C’est la région bordelaise qui compte le plus important taux de contamination aux résidus de pesticides, selon le test de Que choisir :
« Cinq bordeaux remportent la palme avec des quantités totales de résidus allant de 441 μg/kg [l’unité est ici le microgramme, soit un millionième de gramme, ndlr] pour le rosé Baron de Lestac 2012, à 1 682 μg/kg pour le graves blanc château Roquetaillade Le Bernet 2011. »
Pour ce dernier vin, la teneur en résidus de pesticides est ainsi « 3 364 fois plus élevée que la norme appliquée à l’eau potable (0,5 μg/kg) ».
A noter également la performance du bordeaux Mouton Cadet 2010, dans sa version rouge, qui réunit à lui tout seul les résidus et traces de 14 pesticides différents (dont du carbendazime, molécule interdite en France). Une information à mettre en parallèle avec la diffusion de ce vin : produit au total à 12 millions de bouteilles par an, Mouton Cadet est « la marque la plus diffusée dans le monde ».
Pour contrebalancer ce palmarès sévère, rappelons qu’il existe de très bons domaines en bio à Bordeaux : Planquette, Les Trois Petiotes, Gombaude-Guillot ou Lamery, pour n’en citer qu’une poignée.

La suite ICI

Rembourser ? Oui, il est temps que les 99 % remboursent les 1 %


Forbes qualifie le PDG de Goldman de « plus saint » que Mère Teresa

Lloyd Blankfein, PDG de Goldman Sachs
PDG de Goldman Sachs
Beaucoup de gens m’ont écrit cette semaine à propos d’un article en ligne chez Forbes écrit par un dévot autoproclamé de Ayn Rand  [NdT: la philosophe fétiche de l'individualisme et du capitalisme décomplexé] du nom de « Harry Binswanger » (si c’est c’est un « nom de plume » [NdT : en français dans le texte], c’est pas mal, même si j’aurais préféré « Harry Kingbanger»  [NdT :« roi du flingue »] ou « Harry Wandwanker » ([NdT :« branleur de baguette »]. L’article avait ce titre amusant et provocateur, « Rembourser ? Oui, il est temps que les 99 % remboursent les 1 % »  et contenait un certain nombre de propositions innovantes dans le larbinisme afin d’aider les riches, attaqués et incompris, et notamment un plan tout-à-fait-sérieux pour exonérer d’impôt sur le revenu quiconque gagnerait plus de un million de dollars.
Cet article est tellement ridicule qu’il ne devrait pas nécessiter de commentaires, mais il y a un passage que je ne pouvais simplement pas laisser passer :
Imaginez l’effet sur notre culture, particulièrement sur les jeunes, si l’espèce de célébrité et d’adulation qui entoure Lady Gaga s’appliquait aux plus importantes réalisations de, mettons, Warren Buffett. Ou si les louanges morales déversées sur Mère Teresa venaient sur quelqu’un comme Lloyd Blankfein, qui, en guidant Goldman Sachs vers les milliards de profits, a fait infiniment plus pour l’humanité. (Puisque le profit est la valeur du produit sur le marché moins la valeur des facteurs utilisés, le profit représente la valeur créée).
Au lieu de ça, nous vivons dans une culture où Goldman Sachs est sali et traité de « grande pieuvre vampire enroulée autour de la face de l’humanité » [NdT : la phrase la plus célèbre du non moins célèbre article-réquisitoire de Matt Taibbi sur Goldman Sachs paru dans Rolling Stones en juillet 2009]
Dans quel monde vivons-nous, lorsque Mère Teresa recueille plus de louanges morales que Lloyd Blankfein ! Qui peut supporter de vivre dans une société où une telle chose est possible ! Quel horreur ! [NdT : en français dans le texte, faute d'orthographe comprise.]
Ca se lit comme un article de « The Onion » [NdT : un site satirique qui publie de fausses infos] , c’est juste un truc hilarant. Je veux dire, putain, même Lloyd Blankfein lui-même n’allait pas jusqu’au point de prendre le « travail de Dieu » 100 % au sérieux, et voilà cet abruti qui dit, sans ironie, que le PDG de Goldman surpasse littéralement Mère Teresa en matière de sainteté.
Le problème est, qu’avec tous ses excès, l’article de M. Catyanker [NdT : «branleur de chat »] reflète en réalité une attitude que l’on peut souvent observer chez les dévots de Rand et les adorateurs de Road To Serfdom [NdT : « La route de la servitude », un bouquin du gourou néolibéral Friedrich Hayek]. Cinq années complètes se sont écoulées depuis le crash  et il y a toujours un nombre énorme de ces accros à « The Fountainhead » [NdT : le livre le plus connu d'Ayn Rand, paru en français sous le titre « La source vive »] qui croient vraiment que tous les Blankfein du monde sont vilipendés parce qu’ils sont banquiers et parce qu’ils sont riches, et pas parce qu’ils sont à la tête d’intouchables syndicats du crime organisé qui ont gagné de l’argent par escroquerie massive, manipulation et cambriolage éhonté du trésor public. Dans cette affaire, vous avez un gars qui écrit pour Forbes, une publication économique, et qui apparemment n’est pas au courant, même un minimum, d’environ 10000 affaires de corruption qui impliquent la banque de Blankfein.

La suite ICI

Des Suédois trouvent une parade à la mortalité des abeilles

Des chercheurs suédois ont présenté vendredi un traitement qui doit protéger naturellement les abeilles d'affections qui déciment des populations entières en Europe et en Amérique du Nord. Il est fabriqué à partir des bactéries lactiques provenant d'estomacs d'abeilles saines.
Une équipe de microbiologistes de l'université de Lund a breveté ce médicament appelé Symbeotic. Issu de dix ans de recherches, il est destiné à renforcer le système immunitaire des insectes contre des maladies bactériennes.
"La bactérie de ce produit est active à la fois contre la loque américaine et européenne", a indiqué Alejandra Vasquez, membre de l'équipe, qui l'a développée. Elle a dit espérer que "les apiculteurs le verront comme un bon traitement préventif pour éviter le recours aux antibiotiques".
Pesticides et parasites
Son collègue Tobias Olofsson a souligné dans un communiqué que le produit était "le seul actuellement à pouvoir renforcer le système immunitaire naturel des abeilles", alors que la résistance aux antibiotiques s'accroît.
Les pesticides, les parasites, le stress et la mauvaise qualité de la nutrition sont cités par les biologistes comme les facteurs de la détérioration du système immunitaire des abeilles et de la hausse de leur mortalité.

Source

samedi 28 septembre 2013

Ver tueur de lombrics : une catastrophe écologique majeure

Geoplanidae invasif 2.jpgVoici une nouvelle et très grave menace qui pèse sur notre équilibre écologique. Cette fois, c'est sous nos pieds, dans le sol de nos jardins, dans les pots de fleurs qu'elle se cache sous la forme de vers. Des plathelminthes terrestres invasifs viennent d'être découverts en France. Ce ver est originaire de Nouvelle-Zélande et est probablement arrivé en France dans des pots de fleurs, indirectement, via l'Angleterre victime de ce fléau depuis plusieurs années.
Car les plathelminthes terrestres invasifs sont de redoutables prédateurs qui dévorent nos vers de terres, les lombrics. Or, les lombrics sont un maillon essentiel de la biodiversité. Les chercheurs n'hésitent pas à parler de catastrophe écologique majeure...
Il y a quelques temps, des élèves d'une école maternelle découvraient dans la cour de jeux plusieurs "bêtes", ressemblant à des reptiles d'une quarantaine de centimètres de long... Un spectacle qui fait froid dans le dos.
Il ne s'agissait pas de serpent mais de l'une des quatre espèces de Plathelminthe découvertes en France depuis quelques mois. Car, il y a six mois, personne ne savait que ce ver s'était installé en France. Il a fallu la perspicacité d'entomologistes amateurs pour donner l'alerte. Le professeur Jean-Lou Justine du Muséum National d'histoire naturelle a rapidement ouvert une page web consacré à cet animal. Au fil des mois, les témoignages se sont multipliés, confirmant que les plathelminthes étaient bien installés en France, avec deux régions particulièrement touchées, la Bretagne et le midi.
Aujourd'hui les scientifiques ont acquis la conviction que les plathelminthes terrestres sont probablement présents sur tout le territoire national. Chez nous, ils n'ont ni prédateurs, ni parasites et peuvent donc se reproduire et se répandre sans limites. Le problème, c'est qu'au moins l'un des quatre espèces se nourrit de nos bons vieux vers de terre, les lombrics qui sont sans défense face à cet ennemi redoutable.
En Angleterre où ce ver est présent depuis plusieurs années, les lombrics ont totalement disparu de certaines localités. C'est la perspective de la disparition des lombrics qui constitue une "catastrophe écologique majeure". Car ce sont eux qui fertilisent le sol, l'aère et permettent donc aux végétaux de se développer normalement.
L'autre problème c'est le fait qu'on ne sait aujourd'hui presque rien sur ces vers, qui pourraient même être toxiques pour l'homme. On ignore même le nom de deux des espèces recensées en France. Les recherches ne font que commencer. Les chercheurs cherchent d'abord à établir une carte de la présence de ces animaux dans l'hexagone. Ils lancent un appel urgent pour cela aux jardiniers amateurs. "Ces bêtes vivent dans le sol. On a vraiment besoin du public et notamment des jardiniers amateurs. Ce sont eux qui ont les mains dans la terre, qui travaillent le sol et qui sont capables de les repérer...", insiste le professeur Justine.
Retrouvez l'interview du professeur Justine, le point complet de la situation, les conseils de comportement à avoir face à ver et les moyens de faire remonter vos observations sur le site jackylamainverte.com.

Source 

Le point d'acupression que tout le monde se doit de connaitre, sans exception !!

VOICI LE POINT D'ACUPRESSION QUE TOUT LE MONDE SE DOIT DE CONNAÎTRE, SANS EXCEPTION - LE POINT ``7 CŒUR`` -- QU'ON NOMME ``PORTE DE LA SÉRÉNITÉ`` (VOIR VIDÉO 46 SECONDES).

RETROUVEZ LA JOIE, L'ENTHOUSIASME ET LE CALME EN MASSANT UN SEUL PETIT POINT! ET PUIS OUI, C'EST AUSSI UN AUTRE MERVEILLEUX POINT D'ACUPRESSION POUR SOULAGER LES ``TROUBLES DU SOMMEIL`` : )
 

Technologie et Nouvel Ordre Mondial: La nouvelle puce 3G du processeur Intel vPro permet l’espionnage global des données personnelles…



vpro Les processeurs Intel Core vPro contiennent une puce 3G “secrète” qui permet l’incapacitation à distance et un accès backdoor à tout ordinateur, même si celui-ci est éteint.
Bien que cette technologie ne soit pas nouvelle, les préoccupations sur l‘atteinte au domaine privé viennent juste de se faire jour. La puce “secrète” 3G qu’Intel a ajouté à ses processeurs en 2011 n’a pas causé beaucoup de consternation jusqu’à l’affaire de l’espionage de la NSA suite aux révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden.
Dans une vidéo promotionnelle pour la technologie, Intel se vante que ces puces donnent en fait plus de sécurité car elles ne demandent pas aux ordinateurs d’être allumés et permettent aux problèmes d’être réglés à distance. La promotion met également en valeur la capacité pour un administrateur d’éteindre à distance des ordinateurs PC et ce “même si l’ordinateur n’est pas connecté au réseau”, ainsi que la capacité à contourner le système de cryptage/chiffrage du disque dur.
“Intel a inclus la puce 3G afin de permettre sa technologie anti-vol Anti Theft 3.0. Et comme cette technologie se trouve sur tous les Core/i3/i5/i7 CPU après Sandy Bridge, cela veut dire que beaucoup de CPU, pas seulement les nouveaux vPro, peuvent avoir la connexion secrète 3G que tout le monde ignorait jusqu’à maintenant”, rapporte Softpedia.
Jeff Mark, directeur de l’ingénierie clientèle chez Intel, a reconnu que le microprocesseur ‘Sandy Bridge’ de la compagnie, qui a été diffusé en 2011, avait la capacité “de terminer et de restaurer un ordinateur perdu ou volé à distance par la puce 3G”.
“Les processeurs Core vPro contiennent un second processeur physique intégré au sein du processeur principal, qui a son propre système opératoire intégré dans la puce elle-même,” écrit Jim Jones. “Tant qu’il est sur secteur et en état de fonctionnement, il peut être réveillé par le processeur Core vPro, qui fonctionne sur le système phantom et qui est capable d’allumer les composants du hardware de manière discrète et à distance et donner accès à ceux-ci.”
Bien que cette technologie soit promue comme étant une facilité pour les experts en informatique afin de résoudre les problèmes d’ordinateurs à distance, cela permet également aux hackers ou aux taupes de la NSA de visionner le contenu total du disque dur de quiconque et ce même lorsque l’ordinateur est éteint et non connecté sur le réseau wi-fi.
Cela permet également à des tierces parties de mettre en panne l’ordinateur à distance par le biais de la puce “secrète” 3G construite au sein des processeurs Intel Sandy Bridge. Les webcams et micros peuvent également être activés à distance.
“Cette combinaison de hardware d’Intel permet à vPro d’avoir accès à des portes d’accès qui opèrent indépendamment des manipulations normales d’utilisation”, rapporte TG Daily. “Ceci inclut les communications out-of-band (les communications qui existent en dehors du cadre de tout ce que la machine peut faire au travers de son système opératoire, OS ou hypervisor), l’observation et la modification du trafic de réseau entrant et sortant. En bref, cela fonctionne secrètement, à l’insu de l’utilisateur et espionne, manipule potentiellement les données.”
Non seulement cela représente t’il un cauchemar en ce qui concerne la vie privée, mais cela augmente aussi dramatiquement le risque de l’espionnage industriel. La capacité pour des tierces parties d’avoir accès aux ordinateurs par la puce 3G permettrait également à des informations non voulues d’être implantées sur des disques durs, rendant ainsi possible pour les agences de renseignement et les forces de l’ordre corrompues de piéger les gens (NdT: En injectant à distance par exemple des fichiers de pornographie pédophile sur l’ordinateur d’un dissident…) et mieux les contrôler.
“La finalité de tout cela ? Le processeur Intel Core vPro signe la fin de toute prétention de garder des données privées sur un ordinateur”, écrit Stone. “Si vous pensez que le cryptage/chiffrage, Norton, ou quoi que ce soit d’autre vont être capables de protéger votre vie privée et vos infos personnelles, incluant de ne jamais plus vous connecter sur le web, pensez-y à deux fois. Il y a maintenant bien plus qu’un fantôme dans votre machine.”
Il est effarant de constater que toute avancée technologique depuis quelques décennies n’a été faite que pour deux raisons majeures:
  • Le profit
  • Le contrôle des populations
Souvent sous couvert de "rendre la vie meilleure et plus facile"… La science et la technologie ont été kidnappées par l’oligarchie il y a bien longtemps et il est grand temps que nous nous en apercevions et que nous fassions enfin quelque chose à ce sujet avant que la grille de contrôle du N.O.M ne se soit refermée complètement…

L'auteur de l'étude choc sur un OGM se dit "attaqué par des lobbies"

Une souris ayant une tumeur après avoir ingéré du maïs OGM pour une étude publiée le 19 septembre 2012 / Crédits : TF1-LCI

Pendant deux ans, l'étude sur le maïs NK 603 et du Round Up, produits par Monsanto et importés en Europe, a été menée sur des groupes de dix rats. Un nombre insuffisant selon certains.
La polémique enfle autour du professeur Gilles-Eric Séralini, qui a dirigé l'étude choc sur la toxicité d'un OGM dévoilée mercredi dernier. Interrogé par l'AFP, l'universitaire de Caen répond aux critiques : "Je suis attaqué de manière extrêmement malhonnête par des lobbies qui se font passer pour la communauté scientifique. C'est le même lobby qui a permis l'autorisation de ces produits et qui est activé par les entreprises de biotechnologies".
"C'est une entreprise de salissement de l'individu pour essayer de discréditer son travail parce que la conséquence, ce serait qu'on les (les entreprises de biotechnologies, ndlr) oblige à faire des études à long terme", a ajouté M. Séralini, répétant qu'il venait de publier "l'étude la plus longue et détaillée jamais faite sur un OGM".
Un trop petit nombre de rats ?
Cette étude du maïs NK 603 et du Round Up, produits par Monsanto et importés en Europe, menée sur 200 rats pendant deux ans, a été publiée dans la revue "Food and Chemical Toxicology", qui a aussi publié par le passé des travaux favorables aux OGM. Il est en particulier reproché à cette étude de porter sur un trop petit nombre de rats : des groupes de 10 rats soumis à des traitements différents, et sur une race de rats qui a tendance plus que d'autres à développer des tumeurs.

"Toutes les études du monde sont faites là-dessus (des échantillons de 10, ndlr). Le NK 603 a été autorisé sur cette base. Si on ne peut pas tirer de conclusions il faut aussi tout de suite interdire tous les OGM", répond le professeur qui ajoute que "la pomme de terre OGM de BASF a été autorisée avec des tests sur cinq rats". "Tout ceux qui ont aboyé (contre l'étude) sont à l'origine de  l'autorisation de ces produits, et ils l'ont fait sur la base de tests sur la même souche rat, avec des échantillons de 10 rats pendant seulement trois mois et avec pas avec autant de tests", ajoute M. Séralini, "c'est ridicule".
  
Le professeur se dit "conscient" que son étude "a ses limites et je l'ai dit dans mon livre", qui doit paraître mercredi. "On pourrait faire (des groupes de) 50 rats mais c'est aux pouvoirs publics de financer, ça ne peut plus être un laboratoire indépendant qui finance 20 millions d'euros", a-t-il ajouté. 

Mère Agnès : Les enfants de l’attaque chimique ont été anesthésiés !

La mère Agnès-Marie de la Croix a assuré que les enfants qui ont été filmés dans le massacre aux armes chimiques dans la région de Ghouta en Syrie sont toujours vivants mais qu’ils ont été anesthésiés.
« Les habitants de la province de Lattaquié m’ont informée avoir vu leurs enfants dans les vidéos sur la Ghouta, filmées par les miliciens armés », a-t-elle dit dans une interview avec la chaine de télévision al-Mayadeen.
Accompagnant l’équipe des inspecteurs des Nations Unies dans leur deuxième visite à Damas, Mère Agnès explique que « le premier motif de son action était au début humanitaire, et la veille de l’attaque chimique dans la Ghouta nous étions à Damas. Nous avons vu de nos propres yeux ce qui a eu lieu à Maadamiya.
Donc, s’il y avait eu des morts, des victimes et des blessés, on aurait remarqué ceci immédiatement. Mais cette nuit, aucun mouvement inhabituel n’a été enregistré. Les gens ici sont tous des voisins et se connaissent. Les habitants de la Ghouta qui se sont déplacés vers Damas n’ont pas été paniqués par un événement de cette ampleur, surtout que les informations de presse ont fait état de 1400 morts et de 10000 blessés dans une petite zone. Nous n’avons pas entendu non plus les ambulances. Tout était calme cette nuit ».
« Telles étaient mes premières remarques, et lors de mon voyage en Malaisie, j’ai été en contact permanent avec les habitants de Lattaquié. Le 4 aout, les groupes armés ont ravagé 11 villages dans la province de Lattaquié.
Les médias occidentaux ont parlé d’une avancée de l’opposition syrienne, alors qu’un véritable carnage avait eu lieu. Nous avions dressé des listes comprenant les martyrs de la province de Lattaquié et les disparus. Les groupes armés avaient kidnappé 115 personnes dont 65 enfants de moins de 15 ans. Au cours de mon voyage, j’ai appris que des parents de la province de Lattaquié ont reconnu des enfants enlevés de la même région qui sont apparus dans les images diffusées sur les victimes des armes chimiques présumées dans la Ghouta.
Les Américains ont choisi 13 films parmi les vidéos présentées par les groupes armés et les ont qualifiés de surs.
Et Mère Agnès d’ajouter : « J’étais en contact avec des journalistes allemands, je leur avais dit que je suis incapable de déterminer la date et le lieu de chaque film. Ils m’ont envoyée une liste de 43 films dont les premières vidéos. Ma surprise était grande à la vue des mêmes enfants repris dans au moins quatre ou cinq vidéos. Je me suis dit que ce qui se passe est anormal.
Quand je me suis approfondie dans l’étude de toutes les vidéos sur des attaques chimiques présumées, je me demandais à chaque fois : d’où cherchent-ils tous ces enfants ? Où sont leurs parents ? Est-ce possible qu’une mère abandonne ses enfants ? Il est normal qu’un ou deux enfants disparaissent, mais perdre ce grand nombre d’enfants ceci suscite des interrogations ».
« Toutefois, j’ai une bonne nouvelle : les enfants étaient anesthésiés, la preuve en est que tous les enfants étaient calmes à l’exception d’un enfant qui pleurait. On aurait administré à ces enfants plusieurs types d’anesthésiants pour donner l’impression qu’ils sont morts. Quant aux jeunes tués, je pense qu’ils sont des éléments des groupes armés qui ont joué le rôle de comparse ».
« S’ils étaient morts, on aurait vu ce nombre élevé de victimes enterrés dans les tranchées énormes creusées pour contenir entre 300 à 400 dépouilles. Mais seules 8 corps y ont été enterrés. Nous n’avons pas vu ceux qui enterrent. S’il y avait vraiment 1500 corps, où seraient-ils alors ? ».
Mère Agnès révèle à la chaine al-Mayadeen qu’une équipe internationale baptisée « l’équipe du 21 aout », et regroupant des experts allemands, français, italiens, canadiens et américains a été formée pour dresser une liste chronologique des événements entre 1h55 et 4h00 du matin. Ce timing suscite plusieurs interrogations. Il est impossible que toutes les dépouilles aient été transportées aux morgues le même jour, surtout qu’on parlait de milliers de victimes.
Nous sommes de plus en plus convaincus que ces vidéos n’ont pas été filmées le 21 aout. Elles ont été postées sur internet en ce jour et ceci nécessite plus de preuves ».
A suivre

vendredi 27 septembre 2013

La Russie étudie l'interdiction totale sur tous les produits OGM !

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a ordonné aux agences concernées d'envisager une éventuelle interdiction totale de l'importation en Russie de produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) avant le 15 Octobre.
La demande a été adressée à Rospotrebnadzor, le ministère de la Santé, le ministère de l'Agriculture et le ministère du Développement économique et du Commerce.  
Ils doivent "soumettre des propositions sur les modifications de la législation russe, visant à renforcer le contrôle sur les produits contenant des composants obtenus à partir d'OGM, avec les
organes exécutifs fédéraux concernés."  

Les organismes susmentionnés sont également commandés à soumettre des propositions "sur la possibilité d'interdire l'importation de ces produits dans la Fédération de Russie."

Une liste des ordres du Premier ministre a été élaboré pour répondre aux décrets présidentiels publiés après la réunion sur le développement socio-économique de la région de Rostov qui s'est tenue le 18 Septembre.  

Les ordres de Medvedev ont été affichés sur le site Web du gouvernement.

La Russie est en train de prendre une ligne stricte sur les OGM !
En Août une première étude indépendant a été lancée pour voir si les agriculteurs russes font des cultures d'OGM illégales comme dans la région de Belgorod.
La NAGS (L'Association Nationale pour la Sécurité Génétique) a effectué les premières études de cultures agricoles avec des OGM.  
Pas de plantes OGM ont été trouvés dans les champs de Belgorod.
 
Nous vous rappelons que présentement selon la loi en Russie 19 types d'OGM sont autorisés dans les denrées alimentaires, mais la culture d'OGM ne sont pas autorisés. 
Mais après avoir rejoint l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la Russie a été obligée de simplifier la procédure d'enregistrement des produits génétiquement modifiés, des semences et des aliments pour animaux, d'arrêter leurs contrôles de sécurité et d'arrêter les contrôles sur leur distribution.

Source : 
http://jhaines6.wordpress.com/

Colombie : Des paysans ont vaincu Santos, la marionnette de Monsanto !


En un retournement étonnant, le président Santos a suspendu la résolution n°9.70 mettant en œuvre des dispositions draconiennes sur l’accord de libre-échange entre les États- Unis et la Colombie.
 Dans mon article sur la guerre secrète d’Obama en Colombie, j’avais détaillé le lien entre Monsanto, l’administration Obama et le gouvernement colombien, lien cherchant à imposer aux agriculteurs de n’utiliser que des semenses approuvées par le gouvernement.

Des agriculteurs et transporteurs avaient organisé une manifestation nationale massive qui s’est tenue surtout à Bogota, la capitale de la Colombie. 
Elle a commencé pacifiquement le 19 août mais la violence a vite fait son apparition. 
Une grande partie de la violence est issue d’éléments de la police infiltrés agissant en provocateurs. 
Le mouvement de protestation a grossi en incluant un large éventail de groupes montés contre le gouvernement.
Ce succès marque une rupture majeure sur les résultats des efforts déployés par les agriculteurs jusque-là. 
Le gouvernement avait pu résister aux manifestations précédentes. 
Celle-ci a pris des proportions énormes qui ont débouché sur des actions de désobéissance civile telles que le blocage de plus de 40 routes du pays.

Les agriculteurs qui protestaient ont forcé le gouvernement colombien à négocier le rejet du projet de loi agricole et la libération des manifestants arrêtés. 
Un compte rendu détaillé de cette victoire est sur YouTube sous The Real News.com
Un documentaire YouTube, dirigé par Victoria Salano, a montré le lien entre la résolution 9.70 et l’accord de libre-échange. 
Il a aussi montré la force utilisée de façon choquante par le gouvernement Santos pour obliger les agriculteurs à n’utiliser que des semences approuvés par le gouvernement.
La vidéo est devenue virale en galvanisant le soutien aux manifestations ayant comme objectif principal l’abrogation de la résolution 9.70 . 

Phil Pepin

Sources : Natural News
* http://www.scoop.it/t/naturetoshare/p/4008147804/colombie-des-paysans-...

Voici le lien vers le média The Real News (vidéo en anglais) qui retrace les événements en Colombie :
http://therealnews.com/t2/index.php?option=com_content&task=view&a...

jeudi 26 septembre 2013

Un nez de remplacement... sur le front !!!

C'est trop gros pour être vrai. Cela ne peut pas être vrai. Il s'agit à nouveau d'un fake qui circule sur Internet... Et pourtant non, l'histoire et bel est bien réelle. En Chine, à l'hôpital de Fuzhou, dans la province de Fujian, des chirurgiens sont parvenus à faire pousser un nez humain... sur un front. C'est ce qu'indique cette photo Reuters, datée du 24 septembre Xiaolian, un jeune Chinois de 22 ans, a perdu son sens olfactif lors d'un accident de la route en 2012.


Faute d'avoir pu soigner son nez, son état s'est aggravé et son organe est devenu incurable. Des médecins de l'hôpital de Fuzhou, dans la province du Fujian, n’ont plus eu d’autre choix que de tenter une opération des plus insolites, révèle l'agence de presse internationale Reuters. Ils ont prélevé du cartilage sur les côtes du patient et lui ont confectionné un nouvel appendice sur son front, à l'aide d'un extenseur de tissu. Les spécialistes ont fait savoir que la réplique se développait bien et qu'ils pourraient remplacer l'original prochainement.

 Source
 Les médecins disent qu'ils vont bientôt être en mesure de mener une opération de greffe pour remplacer le nez endommagé par le nouveau.

 Le nez a été créé en plaçant une extension de tissu de la peau sur le front de Xiaolian.
Celle-ci a été découpée en forme de nez et a été soutenu par du cartilage prélevé sur les côtes du sujet.
Les chirurgiens disent que le nez s'est bien développé et que la chirurgie de transplantation sera effectuée prochainement.

Reuters 

Journal hebdomadaire de Voix de la Russie – 23 septembre 2013

Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 23 septembre 2013 :


  • François Fillon laisse aboyer les chiens et réaffirme sa préférence russe sur le dossier syrien
  • 10ème édition du Club Valdaï à Novgorod : Vladimir Poutine réaffirme la prédominance de l'identité et de la spiritualité
  • Rentrée des classes manquée pour M. Bricolage, ni crédit, ni solution, pas même une audience.
  • La France qui travaille ne demande qu'une seule chose, que la Hollandie ne s'occupe plus d'elle
  • Xavier Kemlin fait un tour de l'actualité nationale et internationale
  • Poussières d'empire, la Hollandie confrontée à ses incohérences  en Afrique
  • La Galerie Topographique de l'Art accueille l'exposition "Un automne russe à Paris"
  • L'émission "A bâtons rompus" reçoit Hélène Richard-Favre, écrivain suisse, pour faire le point sur la Russophobie des médias occidentaux

Google veut mettre de l'ordre dans les commentaires de YouTube- Traduction Google veut filtrer les commentaires génants

Google veut afficher des réactions plus pertinentes en haut des commentaires de chaque vidéo YouTube. Pour cela, l'entreprise américaine a décidé de mobiliser Google+ à cette fin. En plus des messages du propriétaire de la chaîne et de membres populaires, systématiquement mis en avant, les interventions des contacts Google+ seront aussi affichées en priorité.


Si vous êtes familier avec YouTube, vous connaissez très certainement la zone des commentaires sous chaque vidéo. Destinée à recueillir les réactions des internautes et à prolonger la discussion, elle a parfois des allures de gigantesque foutoir. À côté des remarques utiles ou pertinentes figurent malheureusement des interventions dont l'intérêt est limité, voire totalement inexistant.
Bien sûr, c'est le propre de tout espace d'expression : les contributions sont par essence très diverses. Google considère toutefois qu'il faut y mettre de l'ordre. Aussi la firme de Mountain View a-t-elle annoncée mardi son intention de resserrer les liens entre YouTube et Google+, afin que les commentaires du second bénéficient d'une meilleure visibilité dans les pages du premier. Mais pas seulement.
La logique de Google est la suivante : si vous disposez d'un compte sur Google+ et sur YouTube, vous préférez vraisemblablement lire les réactions de vos proches - qui comptent - plutôt que celles d'inconnus - qui vous indiffèrent -. En conséquence, Google va mettre en avant les réactions de vos contacts Google+, lorsque des commentaires existent effectivement pour la vidéo que vous êtes en train de visionner.
La nouvelle hiérarchisation des réactions ne se limite pas à celles publiées par vos amis ou votre famille. Les messages publiés par le propriétaire de la chaîne YouTube ainsi que les interventions de membres populaires seront aussi affichés en priorité. Pour Google, cette réorganisation favorisera les discussions en incitant les usagers à réagir. Cela aura-t-il une incidence sur la qualité des échanges ? Seul le temps le dira.
En tout cas, les messages réclamant des votes positifs ("pouce vert"), le spam, les commentaires vantant les mérites d'une autre chaîne, les grossièretés et les remarques sans queue ni tête devraient être moins visibles pour un internaute connecté à son compte YouTube. En revanche, l'affichage actuel sera proposé à celui n'ayant pas de compte ou étant déconnecté.
La démarche de YouTube vise aussi à donner de nouveaux moyens de modération pour civiliser les réactions des internautes. Depuis l'an dernier, Google incite à utiliser sa véritable identité, notamment pour dissuader les internautes de tenir des propos qu'ils n'assument que masqués. Ces outils intègrent une modération a priori, le blocage de certains mots-clés ou une approbation automatique.

Quelques commentaires...
 
Eno-26  lÇa y est, nous y arrivons.

Comment vous pouvez vous laissez berner par ces explications bidons, et nous livrer une news en forme de communiqué officiel sans plus de recul ? Les raisons sont plus qu'évidentes : encore et toujours accentuer l'écosystème de Google, imposer G+ de force partout où ils le peuvent. Faire tomber les frontières entre les services pour aboutir à une nébuleuse géante et tellement opaque que plus personne ne comprend ce qu'il laisse vraiment derrière lui, et où il le laisse... exceptée bien sûr la régie de Google qui recoupe tout ça pour aboutir à des profils publicitaires de plus en plus détaillés et pertinents, pour ne pas dire intimes. Évidemment la NSA piochera aussi là-dedans au gré des besoins.

On sentait le monstre en approche depuis un bout de temps, avec les incessants et dictatoriaux appels à regrouper ses profils G+ et YouTube. Appels qui ne manquent pas de dire "ok, nous vous le redemanderons plus tard" à chaque fois que nous répondons pourtant par la négative.

Il n'y a strictement rien d'autre à comprendre de ces modifications.
Tout le reste n'est qu'un cache-sexe faisant à peine illusion.

Mindo (Rédacteurs Numerama)Ce n'est pas faute d'avoir écrit à de multiples reprises sur Google+, sur divers aspects. Dans les archives : ce lien , celui-ci , celui-là , cette URL , cette adresse qui évoquent à différents niveaux les efforts de Google pour pousser ses membres et les internautes vers son service. L'aspect "transversal" de Google+ est évoqué depuis 2010.

Arnie Gundersen sur Fukushima - Que savaient-ils, et quand le savaient-ils ?

Depuis le début de la catastrophe, Tepco et le gouvernement japonais cachent des informations importantes pour éviter l’effondrement de l’industrie nucléaire mondiale. Les melt-throughs ont été cachés, la fuite de 300 m3/j d’eau radioactive dans la mer aussi. Mais ce que dévoile Arnie Gundersen dans cet exposé va bien au-delà de ce qu’on peut imaginer. D’une part, l’histoire démontre que des tsunamis beaucoup plus importants avaient déjà eu lieu durant le siècle précédent, et malgré cela, une digue ridicule a été construite. Pire, la population japonaise a été soumise à un nuage radioactif à cause du grave défaut de confinement des réacteurs Mark 1 : des aérosols radioactifs ont été libérés jusqu’à atteindre Tokyo. Ce défaut était connu par les ingénieurs depuis les années 70. Or, rien n’a été fait pour contrer ces vices. La catastrophe nucléaire était donc inévitable.

[Cet article fait partie de la série de publications en version française d’exposés présentés en mars 2013 au symposium de New York « Les conséquences médicales et écologiques de l'accident nucléaire de Fukushima ». Avec le blog de Kna, le blog de Fukushima participe à la diffusion de ces textes de manière régulière. Merci infiniment aux traducteurs qui se sont investis dans ce grand projet. ]


La suite ici

Le plus inutile et le plus dangereux des dépistages est celui du cancer du sein…

90095103_p

Le « dépistage » a tout va est devenu à la mode. Tout comportement de notre corps doit être soumis à de fréquentes et régulières vérifications : surveillance de la tension, de la prostate, du taux de cholestérol, du diabète et bien d’autres pathologies qui nous menacent sournoisement. Il existe ainsi des campagnes-promotions de dépistage qui font la fortune des laboratoires et les belles heures des médias qui n’éprouvent aucune gêne à nous rappeler plusieurs fois par jour qu’il est urgent de faire vérifier notre corps comme nous le faisons pour nos moteurs de voitures.

Mais le plus inutile et le plus dangereux des dépistages est celui du cancer du sein. À travers les medias, toutes les instances de santé incitent les femmes à faire, chaque année, une mammographie pour éviter ce cancer, mais personne ne signale à toutes celles qui vont se conformer à ces examens qu’ils comportent de nombreux risques.

Le Dr Henri Pradal, pharmaco-toxicologue, avait fort bien résumé la situation, il y a trente ans. Pour lui, les « dictateurs du scalpel et du radium » ont su entretenir pendant des décennies une propagande mensongère sur l’efficacité de leur pratique en s’appuyant sur l’argument non vérifiable qu’un diagnostic précoce donne au cancéreux toutes les chances de guérir. Il affirmait : « Il est facile de démontrer que la radiographie des seins de toute une population féminine particulièrement exposée au cancer provoque davantage de processus cancéreux qu’elle n’en dépiste. » D’autres médecins partagent ce point de vue.

« Le champ du cancer aux États-Unis est délimité par un monopole médical qui assure un flot constant de bénéfices pour les compagnies pharmaceutiques, les firmes de technologie médicale, les instituts de recherches et les Agences gouvernementales telles que la FDA, le National Cancer Institute, et l’American Cancer Society. » Cette déclaration vient de deux cancérologues réputés, le Dr John Diamond, membre du Royal Australian and New Zealand College of Psychiatry et ancien Président de l’Académie Internationale de Médecine Préventive, et le Dr Lee Cowden, de l’Université St Louis du Missouri. Tous deux sont bien placés pour savoir de quoi ils parlent.

À lire sur : http://lapressegalactique.net/2013/09/26/le-plus-inutile-et-le-plus-dangereux-des-depistages-est-celui-du-cancer-du-sein/

En télépathie avec nos animaux

En quoi tient la magie du langage des animaux ? Marie-Louise Vidal de Fonseca donne son point de vue dans son livre « Communication subtile avec les animaux » : c’est une forme de communication par la pensée, à laquelle nous pouvons (ré)apprendre à nous connecter.
A l’aurore du monde, toutes les créatures devaient avoir, je pense, les mêmes perceptions subtiles et des communications très développées par la pensée, bien que de niveaux différents. Cette faculté d’échange sensoriel s’est dégradée au fil du temps pour l’homme avec les progrès et la modernité qui l’ont, peu à peu, éloigné de la nature à trop vouloir la dominer.

Pourtant, chacun de nous la possède encore au fond de lui à l’état pur, prête à se développer selon... sa générosité de cœur, son approche positive, sa spiritualité, son intelligence et les circonstances de la vie.
C’est pourquoi, par les enfants et les amis des bêtes, elle s’épanouit spontanément. Par contre, chez les animaux, cette faculté a résisté aux siècles comme aux difficultés de l’existence.
Cette « communication spéciale » n’a jamais cessé de m’émerveiller. Je l’ai toujours eue, avec toutes les espèces animales que j’ai rencontrées depuis mon enfance, aussi s’est-elle développée en harmonie. Elle m’a aidée à vivre. Ce livre est donc une sorte de bilan auquel je tiens particulièrement. (...)

Un jour, la science découvrira le secret de ce phénomène sur lequel on se pose tant de questions. Aurait-on jadis imaginé qu’on pourrait entendre la musique et voir l’image à distance ? Ce que nous trouvons naturel, comme le téléphone, le portable, l’avion, la fusée interplanétaire, etc., était inimaginable au Moyen-Age et plus près de nous encore. S’agit-il d’une sorte d’électricité spirituelle, d’une énergie émotionnelle ou cosmique ? D’une émanation de l’âme à un rythme spécial ? Le courant qui passe entre les bêtes existe bien, sans que l’on puisse le définir ou l’analyser. C’est pourquoi certains ont préféré le nier. (...)
Cependant ces échanges, utiles en maintes circonstances, sont plus difficiles à admettre par l’homme quand il s’agit des animaux et même des plantes. Ces dernières sont pourtant également concernées, d’après les chercheurs Schroeder et Ostrander. Elles nous transmettent des énergies bénéfiques, des informations intéressantes, des messages de détresse. Il y a des années, la Pravda, en Union Soviétique, l’avait signalé.

Parfois, en circulant ici, dans ma maison, j’entends une voix dans ma tête : « Soif ! », dit-elle. Madre de Dios ! J’ai oublié d’arroser mes géraniums, rentrés dans la maison chaque hiver depuis des années. Ces plantes, plus je leur témoigne de l’affection, plus elles sont belles. Il ne faut pourtant pas confondre télépathie et magnétisme, qui s’harmonisent pour le bien : la première fait passer le message, le second fortifie le récepteur. Avoir la main verte, par exemple, c’est dispenser une affection agissante. Les plantes qui n’en bénéficient pas languissent et parfois meurent, car elles ont autant besoin de ce soutien affectif que d’eau. Cet accord est valable pour celui qui s’est attaché à son jardin, à son champ, à ses pommiers, etc. (...)

Il est évident (que les animaux) captent nos pensées, nos intentions, bonnes ou mauvaises, qu’ils nous évaluent pour éviter les pièges au maximum comme de s’assurer de la confiance qu’ils peuvent avoir en nous, sauf quand notre hypocrisie les attire dans des traquenards qui les dépassent pour les capturer, les tuer.
En dehors du fait que leur pensée a de grandes possibilités pour déchiffrer ce qui se passe dans la nôtre – on en a des quantités de preuves en voyant leurs réactions -, ils perçoivent, à n’en pas douter, les ondes positives ou négatives qui émanent de nous. (...) Les animaux ont su garder intacts leurs sens innés : lecture du ciel diurne et nocturne, orientation par rapport au Soleil comme aux étoiles, perception des infrasons et des ultrasons, des vibrations de la Terre, de l’air et de l’eau qui servent à éviter le pire ! Et naturellement, ce sixième sens qui nous intrigue tant !

Le tsunami qui a ravagé l’Asie récemment nous a prouvé, une fois de plus, de quoi les animaux sont capables. La plupart d’entre eux ont disparu avant le cataclysme, le déchaînement des flots, depuis les éléphants jusqu’aux poissons. Ah, si les populations avaient réagi immédiatement !
Cette perception extraordinaire des éléments, ils la possèdent depuis toujours devant le déchaînement des forces naturelles : séismes, inondations, ouragans, etc. Un exemple relativement récent parmi tant d’autres : le 8 mai 1972, à la Martinique, l’éruption du volcan la Soufrière, qui causa 30 000 morts. Que ne se sont-ils pas fiés aux bêtes qui ont fui à temps. Jadis, les marins ne se préparaient-ils pas au désastre quand les rats quittaient le navire ?
On s’est aperçu que tous les animaux, du plus petit au plus grand, du plus sauvage au plus familier, étaient capables de donner l’alarme : les fourmis, les abeilles, les serpents, les oiseaux, les cochons, les chiens, les ours, les éléphants, etc. S’ils ressentent les séismes par les vibrations du sol sous leurs pattes, toutes les informations ne passent pas par ce canal. Pour les oiseaux, ce sont celles de l’air, pour les poissons, celles de l’eau, donc de leur milieu naturel, qui transmettent le signal par exemple. Les possibilités de l’animal sont soutenues, activées, harmonisées par cette force psychique que l’on ne peut encore définir, mais que l’on est obligé de constater et à laquelle les scientifiques comme les vétérinaires rendent hommage.
Communication subtile
avec les animaux
, Marie-Louise Vidal de Fonseca
Editions Exergue (Juin 2013 ; 260 pages)



Source