vendredi 31 janvier 2014

vieillesse ou usure ?


 Du baume au cœur pour ceux qui ont déjà passé pas mal de temps sur cette terre.
Vous trouverez énormément de vidéos sur la santé et l'alimentation sur son site.
Qu’est ce que vieillir ? Actuellement nous l’associons à une lente dégradation et dégénérescence du corps et des facultés physiques. Mais est-ce inéluctable ou seulement le « fruit » de choix erronés et d’une culture qui nous fait considérer comme « normal » ce qui devrait être inadmissible ? Non, il n’est pas normal de devenir sourd , de se voûter, de souffrir d’arthrose, de perdre la vue, les cheveux, les dents , la mémoire, de tomber , de grossir, de…ceci n’est pas la vieillesse, ceci est l’usure et la congestion et nous pouvons expérimenter tout autre chose, à n’importe quel âge !
retrouvez toutes ces vidéos sur le site http://vivrecru.org. n'hésitez pas à vous abonner et partager ces vidéos si elles vous inspirent !

Vu  ICI

Nature (photos)























Québec : Les Fermes Miracle, un verger commercial en permaculture

Il y a 20 ans, Stefan Sobkowiak se porte acquéreur d’un verger de pommiers conventionnel dans le but d’en faire un verger bio.
Il se rend vite compte des limites du modèle “bio”, toujours basé sur la monoculture. Stefan décide donc d’arracher la plupart des arbres et de replanter en s’inspirant des principes de la permaculture.
Il crée ainsi un oasis d’abondance et de biodiversité qui compte plus de 100 variétés de pommes, plusieurs types de poires, prunes, cerises ainsi qu’une myriade de petits fruits, légumes et autres.

Source

Qu’est ce que l’autorité ?


L’autorité est : un Pouvoir conféré à une personne, à un groupe humain de régir l’ensemble ou une partie du corps social, pour régler la question posée.
L’autorité peut donc être légale, l’autorité du pouvoir politique, d’une profession reconnue par un diplôme… ou informelle, c’est-à-dire pas reconnue légalement par la loi, mais par un groupe de personne comme des certificats (professionnel, spirituel….)

A l’heure ou les professeurs ont de moins en moins d’autorité, ou de plus en plus de personnes de reconnaissent plus l’autorité du pouvoir public et politique, ou des parents ont eux aussi de plus en plus de mal à exercer leur autorité, ne serait-il pas temps d’avoir chacun une réflexion sur la place que celle-ci , ainsi que de sa fonction, chez nous pour nous et pour la création de collectif ?

D’après weber et l’idéal-type de la domination/légitimité, l’autorité est un mode de domination. Et la domination, comme rapport de pouvoir impliqué par le simple fait de vivre en société, a besoin d’une légitimité. Cette domination peut être celle de la loi, celle du savoir, celle de la solidarité, de la convivialité, bref, l’autorité est un fait relationnel. On attribue de l’autorité chaque fois que l’on se soumet à un symbole, une signification, une loi, une institution, une idéologie. Par exemple, l’altermondialisme fait autorité sur moi. Je reconnais son institution, ses symboles, son horizon politique. Pour cela, il faut que cette autorité soit légitime. Mais le serpent se mord la queue (et je sors du schéma wébérien) : pour être légitime, il faut que je reconnaisse la valeur des significations, symboles, institutions proposées. Or cette reconnaissance signe ma soumission à son autorité.

Ainsi l’autorité n’est jamais acquise. Elle nécessite reconnaissance de la part des personnes qui se soumettent à son pouvoir

l’autorité est un fait relationnel. Autrement dit, que quelque chose ou une autre ait de l’autorité ne dépend que du contexte socioculturel et historique dans lequel cette chose sociale existe. C’est dire pour moi qu’on ne peut pas (beaucoup) parler de l’autorité en général, mais seulement parler de la valeur ou de l’autorité d’un quelque chose dans telle ou telle situation.

Plutôt que se demander ce qu’est l’autorité, et s’il faut reconnaître et se soumettre de manière générale devant les choses qui ont de l’autorité, il faut se demander : qu’est-ce qui a de l’autorité ? et parmi ces choses-là qu’est-ce qui nous dérange ? A partir de là, il faut manœuvrer pour ôter de l’autorité à ces choses dont nous ne voulons plus. Mais ce ne sera pas nécessairement en les attaquant frontalement, mais peut-être plus en jouant sur les termes ou les phénomènes qui confèrent de l’autorité à la chose rejetée.

Prenons maintenant un exemple fictif : Comment faire adhérer la population à la suppression d’une ou plusieurs semaines de congés payés ?

Il faut créer le monde symbolique à l’intérieur duquel cela fait sens : celui du travail comme valeur morale supérieure, celui de la mondialisation des échanges, de la concurrence internationale et de la compétition. Cela accepté (et ça l’est déjà), il faut surdéterminer l’économie et en faire la condition sine qua non d’un bien-être collectif relativement bien partagé (et accepter les dommages collatéraux de la pauvreté ou du chômage). Enfin, il faut admettre que le salut de la nation est plus important que le bien-être de la collectivité. L’autorité d’une telle loi ne serait possible que si celle-ci faisait sens comme nécessité économique pour maintenir notre rang parmi les grandes nations du monde.
L’autorité est donc à mon avis un fait relationnel, et une institution symbolique qui produit une échelle de valeur, des ordres de grandeur.

En admettant que le sourire d’autrui a une valeur (parce que Dieu l’a voulu ainsi, parce que les ancêtres l’ont décidé, parce que le poète a écrit de magnifiques lignes à ce sujet, parce que c’est rationnellement vrai en fonction de tel ou tel critère, etc.) ou que l’entraide est une grandeur, alors ces éléments feront autorité. Nous nous soumettons à tout ce qui a de la valeur à nos yeux, et nous conférons à tout cela une autorité sur nous, en ce que ces valeurs et ces grandeurs sont des horizons à suivre ou des fins en soi, et modifient notre conduite ou dictent nos comportements.

Extrait de cet article

Autre lien ICI 

Les pyramides de Bosnie


Une découverte monumentale de quatre années de recherches géo-archéologiques complètes n’a pas encore réussi à atteindre le grand public. Le personnel du complexe pyramidal remontant à plus de 25000 années, a également publié des preuves scientifiques soutenant la théorie selon laquelle les pyramides ont été utilisées comme source d’énergie. L’étude récente révèle des faisceaux d’énergie émettant des signaux électromagnétiques inexpliqués par la « science officielle » dans ce qui est maintenant documenté comme le plus grand complexe pyramidal du monde. Des preuves accablantes, soutenues par de nombreuses recherches scientifiques dans la communauté archéologique, prouvent que l’histoire écrite et enseignée dans nos livres d’école, est erronée, surtout en ce qui touche les grands tournants historiques et les changements philosophiques et culturels lors de la création des grandes religions, l’histoire de la science et les nombreuses études universitaires sur l’antiquité.

Le Dr. Osmanagich a enquêté partout dans le monde sur les pyramides, mais depuis sa récente découverte des pyramides bosniaques, à Visoko, rien de plus remarquable n’a été étudié jusqu’à présent. Ce qui est incroyable est la façon dont il a été attaqué par les scientifiques et les chercheurs dans les médias, à cause de son incroyable découverte.

La première chose que les puissances mondiales font, quand leurs systèmes de contrôle sont menacés, c’est qu’ils créent de la désinformation pour faire croire que les technologies avancées anciennes sont un canular. Des archéologues de renom ont tenté de faire des campagnes de dénigrement sur les travaux du Dr Osmanagich, par peur de l’impact de ses découvertes sur leur propre travaux.

Dans la première partie de cet entretien, le Dr Semir « Sam » Osmanagich a parlé de sa découverte des pyramides bosniaques et ce qui a été découvert sur le site au cours des 8 dernières années. Dr. Sam parle du labyrinthe souterrain, et le faisceau d’énergie qui monte directement vers le haut, passant par le sommet de la pyramide.  Dans la deuxième partie, il parle de certaines des expériences qui ont été menées sur le site, du faisceau d’énergie vertical qui a été mesurée au sommet de la pyramide du Soleil, et offre ses spéculations sur l’objectif initial de la pyramide.

Le temps de dire la vérité est arrivé


Il est plus que temps de réécrire nos livres d’histoire, mais il y a tant de divisions entre l’ancienne façon de penser et la nouvelle, que les conflits entre les camps ont provoqué une régression dans la compréhension de la technologie ancienne, plutôt que son avancement.

Prenez note des faits suivants, selon le Dr. Osmanagich, les détails dans la vidéo ci-dessus disent que:

1) Ce sont les premières pyramides d’Europe

2) Elles sont les plus grandes et les plus importantes de la planète

3) Les côtés cardinaux ont l' orientation la plus précise découverte sur la planète à ce jour

4) Le béton est supérieur au meilleur béton disponible aujourd’hui dans le monde.

5) Elles sont les plus anciennes pyramides de la planète

6) Sous les pyramides existe le plus vaste réseau préhistorique de tunnels et de chambres jamais découvert jusqu’à ce jour. 
       
7) Dans ces tunnels, ils ont découvert d’énormes blocs céramique, pesant plus de 18,000 livres.
                       
La découverte de la vallée des pyramides bosniaques change la compréhension de l’histoire européenne et mondiale pour toujours. Cela vaut également pour le béton, plus ancien et le plus résistant, le plus important réseau de tunnels et de chambres souterraines jamais découvert.
La datation au radiocarbone révèle que le complexe pyramidal bosniaque remonte au moins à 25.000 années, a révélé une équipe internationale de scientifiques, dirigée par le Dr Sam Osmanagich. Découverte en 2005, le Parc Archéologique de la pyramide bosniaque du Soleil abrite la plus grande pyramide du monde, il est aujourd’hui le site archéologique le plus actif sur la planète. Les résultats de l’équipe révèlent également un faisceau d’énergie de 13 pieds de rayon, qui émet un signal électromagnétique inexplicable mesurant 28 kilohertz venant du centre de la Pyramide du Soleil. Ce phénomène a été confirmé de manière indépendante par un physicien, le Dr. Slobodan Mizdrak, Ph.D. croate, le professeur Paolo Debertolis, anthropologue de l’Université de Trieste en Italie, l’ingénieur du son Heikki Savolainen de Finlande et l’ingénieur électricien Goran Marjanovic de Serbie.



Voici la représentation artistique de ce qu’un témoin a vu près d’une pyramide de Bosnie.
En 2009 et 2010, la pyramide du soleil en Bosnie, a envoyé un rayon de la largeur d’un crayon d’énergie pure en direction de l’espace.


Le Dr Osmanagich théorise sur le faisceau d’énergie en précisant que la raison pour laquelle les pyramides ont été construites était de fournir aux civilisations antiques une puissante source d’énergie propre. C’est déjà une théorie largement soutenue, énoncée par le livre « The Power Plant Giza » par Christopher Dunn publié en 1998. La pyramide bosniaque du Soleil est 30% plus grande que la plus grande pyramide de Gizeh et les fouilles récentes ont mis au jour un vaste système de labyrinthe souterrain pré-historique, d’autres preuves à l’appui de la théorie de la centrale.
Est-il possible que le système polluant d’énergie à base de combustibles fossiles, sur lequel nous comptons désormais, aurait pu être évité si le travail de l’inventeur Nikola Tesla sur l’énergie libre n’avait pas été occulté ? Pourquoi le FBI n’a pas fait saisir ses papiers après sa mort (Tesla :1856-1943). Les méthodes libres d’énergie brevetées de Tesla ont été rejetées en raison de leur incapacité à être dosées, quantifiées et monétisées. «Il est urgent de changer notre point de vue erroné selon lesquels nos ancêtres étaient stupides et d’accepter le fait qu’ils avaient une compréhension approfondie des règles de la nature et de l’univers, tout comme Nikola Tesla, dont les idées ont été éradiquées parce qu’elles n’entraient pas, et ne correspondaient pas aux règles du modèle économique en place », déclare Phillip Coppens, auteur et journaliste d’investigation.

« Les pyramides sont la preuve que nos ancêtres connaissaient et travaillaient des énergies que nous sommes enfin en mesure de quantifier, mais que nous sommes encore loin de comprendre pleinement. » Coppens et Klaus Dona, un autrichien, ainsi que des dizaines d’intervenants ont participé à la Conférence internationale sur la Pyramide de Bosnie, à Sarajevo, Bosnie-Herzégovine, qui se tient chaque année afin de dévoiler les résultats au public.
Osmanagich a vu une foule d’experts dans divers domaines, qui sont venu voir les pyramides bosniaques, et mesurer les anomalies qui leur sont associées. Ils ont inclus le scientifique britannique réputé et inventeur Harry Oldfield, qui a utilisé un système de caméra spéciale pour photographier les champs électromagnétiques (EM) dans les environs de la colline de Visocica.
Les structures pyramidales qui ont été construites en Bosnie et dans le monde depuis plus de 10.000 ans ne peuvent pas être dupliqués par la science moderne et les machinerie du 21ème siècle, et il n’y a aucune explication sur qui aurait construit ces prodiges dans notre histoire.
«Nous sommes conscients que ce site change notre connaissance de l’histoire, et par conséquent les résultats devront résister à un examen rigoureux. Notre équipe scientifique interdisciplinaire utilise la méthodologie de la recherche scientifique, ayant fait souvent des tests effectués à partir de deux ou plusieurs laboratoires distincts », a expliqué le Dr Osmanagich, PhD.
« Malgré un certain scepticisme initial, nous avons maintenant une équipe mondiale de centaines de têtes de file dans de nombreuses disciplines scientifiques, y compris des archéologues, géophysiciens, ingénieurs chimistes, physiciens, ingénieurs électriques, et des mathématiciens effectuant la collecte de preuves scientifiques pour trouver les réponses. »

Source 

 

Bosnie, vallée du tunnel RAVNE près des Pyramides

jeudi 30 janvier 2014

Le DG de Tata Motors se ‘’suicide’’ juste avant la sortie de sa voiture à air!

obpicnEd33ZElle devait sortir fin 2013, elle arrive début 2014. Mais ne rêvez pas, certains pays ont déjà prévu de taxer l’air comme la Grande-Bretagne ou encore l’Australie. Pour info, lire plus bas, le PDG est mort il y a trois jours, il serait suicidé !
Une preuve supplémentaire – si besoin en était – que les trusts pétroliers et le gouvernement nous prennent pour des cons !
ortie imminente des ateliers de Tata Motors en Inde !
Il s’agit d’un moteur automobile qui fonctionne avec de l’air. Seulement l’air qui nous entoure.
Tata Motors en Inde a prévu que la voiture à air pourrait sillonner les rues indiennes courant 2014.
La voiture à air comprimé, développée par l’ex-ingénieur de Formule 1 Guy Nègre de MDI basée au Luxembourg, utilise l’air comprimé pour pousser les pistons de son moteur et faire avancer la voiture.
La voiture à air comprimé, appelée «Mini CAT» pourrait coûter autour de 365757 roupies en Inde soit 8177 $ c’est à dire 5.225 €
La Mini CAT qui est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l’air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l’éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture. Qui ne sont pas nombreux.
La température de l’air pur expulsé par le tuyau d’échappement se situe entre 0 – 15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation pour le système de climatisation intérieur sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance.
Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche. Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies (1€ = 69 roupies) par 100 km, c’est à peu près un dixième du coût d’une voiture fonctionnant à l’essence.
Son kilométrage est d’environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains. La voiture a une vitesse de pointe de 105 km/heure (c’est parfait puisqu’il ne faut pas dépasser le 90 voire le 70 Km/h et 50 en ville) ou 60 mph et aurait une autonomie d’environ 300 km ou 185 miles. Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations service adaptées avec des compresseurs d’air spéciaux. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ 100 roupies (1€= 69 roupies) et la voiture pourra faire encore 300 kilomètres. Cette voiture peut également être remplie à la maison Il faudra alors 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais cela peut se faire pendant que vous dormez.
Le réservoir se recharge sur une simple prise électrique en 4 h pour un coût de 1,50 € et permet une autonomie de 150 km.
TATA MOTORS se penche actuellement sur une pompe à air comprimé, ce qui permettrait de faire un plein du réservoir en 3 minutes chrono pour un coût d’environ 2,50 €.
Parce qu’il n’y a pas de moteur à combustion, le changement d’huile (1 litre d’huile végétale) n’est nécessaire que tous les 50.000 km ou 30.000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d’entretien à faire sur cette voiture.
Cette voiture à air semble presque trop belle pour être vraie.
Les groupes de pression et les hommes de pouvoir auront-ils encore le dernier mot ?
Sans compter que nous respirerions "enfin" du bon air dans les villes !
Qu’en pense notre ministre improductif du redressement productif ?
Que feront les compagnies pétrolières pour l’arrêter ?
Les pouvoirs publics trouveront bien une parade pour ne pas homologuer ce véhicule en Europe et en Amérique du nord, et comme ça le tour sera joué ! Comme il l’est dit tout en haut, taxer l’air semble une jolie parade. Les dirigeants sont sans scrupule, la taxe, c’est l’existance… chez ces gens-là…
Autre parade, un tremblement de terre provoqué par HAARP comme au Japon où le séisme de mars 2011 a balayé le site japonais de construction automobile de voitures à eau qui se trouvait alors non loin de Fukushima et dont la mise sur le marché était là aussi imminente.
Mais pour commencer, il faut assassiné le PDG de Tata Motors, ce qui est fait.
Lu ici  avec WikiStrike

L’étrange suicide du DG de Tata Motors à Bangkok

Au lendemain de la mort à Bangkok du directeur général du constructeur automobile indien Tata Motors, qui a chuté du 22e étage de son hôtel, la police thaïlandaise a indiqué lundi avoir retrouvé ce qui ressemble à une lettre de suicide dans sa chambre.
Alors que Karl Slym, Britannique de 51 ans, se trouvait dans la capitale thaïlandaise pour assister à un conseil d’administration de Tata Motors Thailand Ltd, son corps a été retrouvé dimanche sur un balcon du 4e étage de l’hôtel Shangri-La où il séjournait. « Initialement, nous ne pouvons que présumer qu’il s’est suicidé, a déclaré le lieutenant-colonel de la police Somyot Boonnakaew. La fenêtre était petite et il a fallu qu’il fasse un effort pour passer à travers. » La lettre de suicide présumée, trouvée dans la chambre, a été envoyée pour analyse, pour vérifier qu’il s’agit bien de son écriture, a-t-il ajouté.
a police pense que la femme de Slym était dans la chambre au moment de sa mort, mais a précisé qu’elle était à ce stade trop « choquée » pour répondre aux questions des enquêteurs.

Dimanche, le constructeur automobile avait annoncé que son directeur général était mort lors d’une chute, tandis que la presse indienne indiquait qu’il avait perdu l’équilibre avant de tomber dans le vide. Karl Slym avait rejoint Tata Motors en 2012 et était chargé des opérations en Inde et sur les marchés internationaux, sauf pour Jaguar et Land Rover. Diplômé de l’université américaine de Stanford, il avait été auparavant vice-président d’une coentreprise de General Motors en Chine, SGMW, et président de Général Motors en Inde.
C’est lui qui a cherché à repositionner la Nano (la voiture à 2 300 dollars  de Tata Motors) comme une « deuxième voiture », voire une alternative bon marché aux scooters, après son échec commercial, rapporte Les Echos.
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/01/27/le-dg-de-tata-motors-retrouve-mort-a-bangkok-se-serait-suicide_4355060_3216.html

Valls, l’enfumeur!

Le ministre de l'Intérieur face aux micros et caméras. Son terrain de prédilection. Photo © AFP
Enquête. Il combat Dieudonné mais pas les délinquants. Les automobilistes mais pas les gangs de l’Est. Les Veilleurs mais pas les Femen. En vingt mois au ministère de l’Intérieur, Manuel Valls a plus soigné sa popularité que renforcé la sécurité des Français. Portrait-vérité d’un tigre de papier passé maître dans l’art de la dissimulation.

Il a tout prévu. Comme d’habitude, une bonne communication suffira. Ils n’y verront que du feu. Le 22 janvier au soir, Manuel Valls sait que les chiffres de la délinquance (lire page 18), que s’apprête à publier l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), seront mauvais. Depuis la Place Beauvau, il organise la riposte. Avec ses conseillers en communication, Valls planifie sa journée du lendemain, qui doit étouffer au maximum la portée de son échec.

Un déplacement est prévu à 7 h 30 à la sûreté départementale de Melun (Seine-et-Marne). Parfait pour inonder les matinales des radios et télévisions de sons et d’images de lui entouré d’uniformes. À 14 heures, il sera de retour à Beauvau, pour répondre aux journalistes sur ces maudits chiffres de la délinquance. Il suffira d’éluder les questions, d’expliquer que les chiffres sont mal compris, qu’ils traduisent mal la réalité du terrain.

Valls interdit aux parlementaires réputés proches de lui de se répandre sur les plateaux pour défendre l’indéfendable. Il cadre sa communication : le 20 heures de France 2, le lendemain, fera l’affaire. Il se fera martial et rappellera, l’air grave, que la sécurité n’est « ni de gauche ni de droite ». Tout ira pour le mieux et il pourra, le lendemain, s’envoler avec le président pour le Vatican.
On oubliera sa pantalonnade. Comme on a oublié son échec quand il a annoncé avoir « évacué » 20 000 Roms alors qu’il jurait quelques semaines plus tôt que ceux-ci n’étaient qu’au nombre de… 20 000 sur le territoire français. Comme on a oublié qu’au soir du 31 décembre, trois personnes ont trouvé la mort, poignardées, alors qu’il était occupé à traquer l’humoriste Dieudonné. Comme on oubliera les critiques de l’opposition, dont celle de François Fillon, qui l’accuse d’être « un illusionniste qui bondit sur les faits divers et instrumentalise les polémiques de façon parfois indécente ». On passera à une autre séquence. Oubliée, la délinquance. Ils n’y auront vu que du feu.

Cette entreprise de communication, Valls en a fait sa marque de fabrique, depuis le secrétariat national à la communication du PS, en 1995, jusqu’à la direction de la communication du candidat Hollande, en 2012, en passant par la communication et la presse sous Jospin à Matignon, en 1997. « Valls, s’il y a un espace, il l’occupe. C’est un guerrier. Il prend tout ce qu’il y a à prendre. Et si on ne l’arrête pas, il continue. C’est comme ça qu’il prend le pouvoir », résume l’un de ses proches dans Valls, à l’intérieur, l’éclairante biographie du “premier flic de France”, publiée chez Robert Laffont par les journalistes du Monde David Revault d’Allonnes et Laurent Borredon. Au gré d’anecdotes, de témoignages et d’analyses, les auteurs décrivent un animal politique à l’ambition démesurée, aux méthodes décomplexées, ainsi que sa « stratégie de harcèlement médiatique pour une perpétuelle guérilla politique ».

« Il y a une caractéristique qu’il ne peut pas masquer, c’est son ambition, confie ainsi un intime. Pas de double jeu. Il a compris que le moyen le plus judicieux de s’imposer, c’est par l’extérieur, par l’opinion, les médias. Quitte à crisper, énerver. » Des crispations, il en suscite d’abord au sein du PS, dont l’aile gauche ne lui pardonne pas de trancher avec ses lubies immigrationnistes. Au moment de l’affaire Leonarda, nombre des membres de la frange dure du parti ont hésité à demander sa tête à Hollande. Ils en sont restés aux velléités, mais les lames sont demeurées aiguisées. « La ligne de conduite de Manuel n’est servie que par son ambition, décrypte ainsi, amer, un strauss-kahnien. Un arrivisme permanent qui fait qu’il n’est jamais lui. […] Sa vie est un calcul. Ses amis sont des calculs. La façon dont il sourit est un calcul. » D’autres pointent l’inconsistance du ministre, aux convictions sacrifiées sur l’autel de l’ambition : « Il profite de la stature ministérielle et de sa popularité pour construire un réseau, qui n’est pas idéologique, mais de soutien à sa dimension ministérielle, veut croire le député Jérôme Guedj, leader du courant Maintenant la gauche. Après, il gagnera les coeurs dans un moment de grande dépolitisation à gauche. »

Gagner les coeurs, pourtant, Valls s’y emploie déjà. Fort d’une popularité qui, même si elle est fragile (lire page 20), fait pâlir d’envie ses collègues du gouvernement, le ministre sait qu’il ne doit pas se couper de la gauche. Alors il cogne. De préférence sur des cibles de choix, sans défense, quitte à négliger de vraies menaces. En “faux dur” champion du deux poids, deux mesures, Valls s’attaque ainsi à tout ce qui, dans son horizon, rappelle les drapeaux bleu, blanc, rose de La Manif pour tous : interpellations et gardes à vue abusives hier, traque des Veilleurs qui continuent à se rassembler sur des lieux symboliques au jourd’hui.

Dans le même temps, des Femen hystériques peuvent s’attaquer sans vergogne aux églises, aux cortèges et aux symboles de la chrétienté, le ministre des cultes ne bronche pas. Ses ennemis ? Les « intégristes de l’ultradroite catholique » ou les automobilistes, qui, bientôt, ne pourront plus rouler à plus de 80 kilomètres-heure sur les routes départementales, plutôt que, selon le général Soubelet, numéro trois de la gendarmerie entendu en janvier par le Sénat, les cambrioleurs, dont un sur dix est arrêté et 65 % sont remis en liberté. Dans le même temps, les bijoutiers, comme à Nice ou à Sézanne, tirent sur leurs agresseurs pour sauver leur peau…Extrait tiré de Valeurs actuelles...

L'avertissement de Stephen Hawking



L'astrophysicien Stephen Hawking estime que l'humanité doit coloniser d'urgence d'autres planètes. Selon lui, "nous ne survivrons pas 1000 ans de plus sans s'échapper de notre planète devenue fragile"...

S'établir sur d'autres planètes est en effet la seule solution pour assurer la pérennité de l'existence de l'humanité au vu des dangers exogènes (astéroïdes, comètes, suractivité du Soleil, jets gamma, planètes vagabondes, trous noirs errants...) ou endogènes (super-volcan de Yellowstone, réchauffement climatique ou glaciation, guerre nucléaire, inversion des pôles, basculement de l'axe de rotation, ...).

Stephen Hawking n'exclut pas l'existence de la vie biologique dans les régions éloignées de l'Univers, mais, selon lui, les contacts avec eux n'apporteront que des souffrances à l'humanité. Hawking avertit depuis longtemps qu'un contact avec une civilisation extraterrestre plus avancée aura pour conséquence notre asservissement ou notre destruction, tout comme ce fut le cas pour les Amérindiens face aux Européens.

Plus d'infos (en anglais)

États-Unis : 20 ans de libre-échange, près d’un million d’emplois détruits

A l’occasion des 20 ans de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA ou NAFTA en anglais), ce texte revient sur ses conséquences sociales. Autant de leçons à tirer au moment où se négocie un accord similaire de libre-échange transatlantique entre l’Union européenne et les États-Unis.
 
Pour Clive George, senior economist de l’Université de Manchester, la méthode la plus fiable pour prévoir les conséquences probables de négociations commerciales consiste à considérer les précédentes expériences d’accords commerciaux [1].
Signé il y a vingt ans (le 1er janvier 1994), l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA ou NAFTA en anglais) entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, comporte de nombreuses similitudes avec le projet d’accord transatlantique. Mais la comparaison n’est pas flatteuse, si l’on considère les conséquences catastrophiques de cet accord sur les droits sociaux…
Quand l’ALENA a été lancé en 1993, le Président Clinton promettait la création de plusieurs millions d’emploi en conséquence de l’augmentation du commerce avec le Canada et le Mexique. Pour la chambre de commerce des États-Unis, l’ALENA a permis de multiplier par 3,5 le commerce dans la région (à hauteur de 1200 milliards de dollars). Elle reconnaît cependant que les promesses de création d’emplois n’ont pas été au rendez-vous [2].
Selon une analyse de l’Economic Policy Institute (EPI), le nombre d’emploi créé aux États-Unis via l’augmentation des exportations ne compense pas les pertes d’emploi liées à l’exacerbation de la concurrence et l’importation de produits étrangers. Le nombre total d’emploi détruits est estimé à près d’un million (879 280 emplois détruits) – à comparer aux 20 millions d’emploi créés promis initialement [3].

Ce bilan provisoire ne prend pas en compte la pression à la baisse des salaires pour les travailleurs étatsuniens induite par l’ALENA, qui a contribué à leur stagnation relative depuis la moitié des années 1970. Selon le Centre for Research on Globalization, l’ALENA a permis aux entreprises étatsuniennes de mobiliser leurs fonds d’investissement pour mettre en place des unités de production le long de la frontière entre le Mexique et les États-Unis (du fait des salaires, du droit du travail et des normes environnementales bien plus faibles côté mexicain), cependant que des usines fermaient aux États-Unis [4].
Si les grandes entreprises ont pu dégager des profits très importants, les conditions de travail de part et d’autres de la frontière se sont, elles, considérablement dégradées. Les travailleurs étatsuniens se sont vus imposés des baisses de salaires tandis que le chômage a augmenté, alors que les travailleurs mexicains ont été privés de leurs débouchés professionnels traditionnels et forcés de travailler dans des conditions proches de l’esclavage pour des entreprises étatsuniennes installées au Mexique [5].
Selon Jeff Faux, Président de l’EPI à Washington, « l’expérience [de l’ALENA] montre qu’un vaste accord de libre-échange […] qui ne donne pas autant la priorité au social et aux conditions de travail qu’à la protection des investisseurs et financiers n’est pas viable. [6] »
A méditer, donc… Car si l’on s’en tient à cette comparaison avec l’ALENA, il y a un vrai risque que les promesses mirobolantes de millions d’emplois créés avec la signature d’un accord transatlantique… se transforment, de restructurations en délocalisations, en véritable catastrophe sociale.



Notes :
[1] George, C. and Kirkpatrick, C. (2006).Op Cit.
[2] The US Chamber of Commerce (2013). NAFTA Triumphant – Assessing Two Decades of Gains in Trade, Growth and Jobs. p. 9. http://www.uschamber.com/sites/defa…
[3] Economic Policy Institute (EPI) (2003). NAFTA – Related Job Losses Have Piled Up Since 1993. http://www.epi.org/economic_snapsho…
[4] Centre for Research on Globalization (2010) The North American Free Trade Agreement (NAFTA) Resulted in Increasing Unemployment in the US. Montreal. Canada. http://www.globalresearch.ca/the-no…
[5] Ibid.
[6] Faux J. (2011) NAFTA at Seven : Its Impact on Workers in All Three Nations. Washington D.C. http://www.policyalternatives.ca/si…

Les grandes banques françaises profiteraient de l’équivalent d’une subvention de 48 milliards !

Le patron de BNP Paribas Jean-Laurent Bonnafé (gauche), avec ceux de la Société Générale et du Crédit Agricole Frédéric Oudéa (centre) et Jean-Paul Chifflet (droite)
Les banques européennes bénéficient d’un « soutien » de 200 à 300 milliards d’euros par an, grâce à la garantie implicite que les États leur fournissent. L’équivalent de 1,5% du PIB européen ! Et près de deux fois le budget annuel de l’Union européenne !

Telle est la conclusion d’une étude réalisée par l’expert financier indépendant Alexander Kloeck, à la demande des eurodéputés écologistes.
Cette garantie implicite concerne principalement les banques « mixtes », qui combinent deux types d’activités au sein d’une seule entité juridique : banques de dépôts, elles gèrent l’épargne des particuliers ou des entreprises, et leur octroient des prêts ; banques d’affaires, elles interviennent sur les marchés financiers. En cas de faillite bancaire, les États sont garants « en dernier recours » des dépôts des épargnants. Sauf que dans le cas de ces banques mixtes, cette garantie de l’État s’étend de fait au département « marché » de ces mêmes banques. Car les investisseurs anticipent le fait que malgré les risques pris par une banque d’affaire, l’État sera toujours là en cas de faillite. Une telle garantie permet aux banques mixtes de bénéficier sur les marchés financiers de taux d’intérêts plus bas que ceux des banques d’affaires « pures » (celles qui ne sont pas aussi des banques de dépôt).
Les agences de notation évaluent deux fois ces banques mixtes : une évaluation « stand alone », sur la banque seule, et une évaluation « all-in » – bien plus favorable – qui intègre la garantie des États. L’étude d’Alexander Kloeck se base notamment sur cet écart de note et les taux d’intérêt différents qui en résultent, en faisant la synthèse de nombreuses études déjà réalisées sur le sujet.
Résultat : grâce à ces taux d’intérêt plus favorables, en 2012, le secteur bancaire européen a perçu l’équivalent de 234 milliards d’euros de subvention implicite des États, selon l’estimation moyenne la plus probable.
Réformer le secteur bancaire

En France, les quatre plus grands établissements bancaires sont des banques mixtes : BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale et BPCE (Banque populaire – Caisse d’épargne).
Cette garantie implicite de l’État français leur rapporterait l’équivalent d’une subvention annuelle de 48 milliards d’euros, selon l’économiste Gaël Giraud, chercheur au CNRS (lire notre enquête : Réforme bancaire : comment le gouvernement s’est écrasé devant le monde de la finance).
En plus de ce cadeau substantiel, ces taux d’intérêt préférentiels encouragent les banques à développer leurs activités de marché et à prendre davantage de risques, analyse Alexander Kloeck. Ils favorisent ainsi la déconnexion entre spéculation financière et économie réelle. C’est également une distorsion de concurrence flagrante en faveur des banques mixtes par rapport aux autres banques.
Une façon de mettre fin à cet incroyable avantage serait d’opérer une claire séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires – en revenant ainsi à la situation qui prévalait dans les années 1990. Les banques mixtes ont été autorisées en France par la loi bancaire de 1984. Les premières banques mixtes françaises sont nées avec la fusion du Crédit Agricole et du Crédit Lyonnais, et celle de BNP et Paribas en 2000. Le gouvernement français, avec la réforme bancaire votée en 2013, n’a pas voulu s’opposer aux intérêts privés des puissantes banques françaises. L’Union européenne, qui planche actuellement sur une réforme des activités bancaires, osera-t-elle aller un peu plus loin ?
Bastamag.net

mercredi 29 janvier 2014

Israel serait il un état raciste ? : La liaison du fils de Netanyahou avec une non-juive fait scandale

3532637_bibi_545x341
La dernière idylle du fils de «Bibi» est en passe de devenir une affaire d’Etat. Depuis quelques mois, le fils du Premier ministre israélien, Yair Netanyahou, 23 ans, file le parfait amour avec une belle Norvégienne de deux ans son aînée, rencontrée sur les bancs de l’université IDC Herzliya, au nord de Tel-Aviv. Mais Sandra Leikanger, étudiante en communication visuelle, n’est pas de confession juive : un scandale aux yeux des élus les plus conservateurs et orthodoxes de l’Etat hébreu.
Le père, Benyamin Netanyahou, qui a lui-même été marié à une non-juive (Fleur Cates, entre 1981 et 1984), n’a pas vu le scandale arriver. Lors d’une rencontre avec son homologue norvégienne, Erna Solberg, la semaine dernière au sommet de Davos (Suisse), il s’est permis d’évoquer la liaison que son fils entretient avec cette jeune femme originaire de Grimstad (sud de la Norvège), selon le journal norvégien Dagen. En lui racontant le voyage que les deux tourtereaux ont fait l’été dernier à travers le pays scandinave, peut-être pensait-il réchauffer les relations diplomatiques entre Jerusalem et Oslo.
«Un grave problème» à l’échelle nationale

Mais les paroles du président du Likoud (droite conservatrice et nationaliste modérée) sont arrivées jusqu’aux oreilles des représentants du Shass (parti religieux ultra-orthodoxe), qui font partie de la coalition au pouvoir et désapprouvent fermement cette union. «C’est un grave problème, a déclaré le député Nissim Ze’ev, cité par le Jerusalem Post. En tant que Premier ministre d’Israël et du peuple juif, il (NDLR : Benyamin Netanyahou) doit incarner la responsabilité nationale à travers les valeurs qu’il promeut au sein même de son propre foyer. Je suis certain que cela lui fait de la peine. Tout Juif désirant préserver ses origines souhaite que son fils épouse une Juive.»
A l’intérieur du Likoud aussi, les critiques fusent. «Tout ce que j’ai à dire, c’est que c’est très malheureux», a réagi le député Moshe Feiglin. Comme le rapporte le Jerusalem Post, le représentant de l’Organisation sioniste mondiale, David Breakstone, estime quant à lui que la jeune fille n’aura d’autre choix que de se convertir au judaïsme si la relation devient sérieuse.
Bibi accusé de cautionner «la destruction du peuple juif»

D’autres ont tenu des propos bien plus radicaux. Comme Leava, une organisation défendant le principe de la non-assimilation, c’est à dire qui s’oppose à l’union des Juifs avec des non Juifs – particulièrement avec des Arabes. Benamin Netanyahou «est fier de lui (NDLR : de son fils Yair) et légitimise l’assimilation et la destruction du peuple juif», a écrit Leava ce dimanche sur son compte Facebook. Cette organisation s’était déjà fait connaître en 2010 en sommant publiquement le mannequin israélien Bar rafaeli de mettre fin à sa relation avec l’acteur américain non-juif Leonardo DiCaprio.
«Bibi» n’a pas encore répondu à ses détracteurs. Si la conversion au judaïsme de Sandra Leikanger n’est pas à l’ordre du jour, cela reste une hypothèse envisageable. Elle est issue d’une famille chrétienne évangélique pro-israélienne. Sa soeur Ida, qui vit en Israël avec elle, s’est convertie au judaïsme. En outre, sur Facebook, Sandra appartient à un groupe de soutien à «Israël el et à l’armée de défense d’Israël».
Source : Le Parisien.fr

Free : des mesures de qualité toujours très mauvaises

Parmi les cinq plus gros fournisseurs d'accès à internet (FAI) français, Free reste celui qui affiche les pires performances mesurées par le M-Lab, qui effectue des dizaines de milliers de tests chaque mois. Excepté sur la vitesse d'upload, Free apparaît comme le plus mauvais des FAI français sur une série de mesures clés.

Il y a un an, Google mettait en ligne un outil de représentation graphique permettant de comparer facilement la qualité de connexion offerte par les différents FAI du monde entier, d'après les mesures effectuées par le Measurement Lab (M-Lab). Nous avions alors vu que les résultats affichés étaient catastrophiques pour Free, qui apparaissait comme le plus mauvais des gros FAI français concernant la vitesse moyenne de téléchargement, le niveau de congestion du réseau, ou la fiabilité de transmission des paquets TCP.
Selon l'échantillon de 35 000 abonnés mesurés par le M-Lab, Free délivrait 1,65 Mbps de bande passante moyenne, contre 15,37 Mbps pour Numericable, 6,65 Mbps pour Bouygues, 4,84 Mbps pour Orange, 4,4 Mbps pour SFR.
Un an après, la situation n'a guère évolué — avec un nombre de tests qui a chuté de près de 60 000 tests mensuels à environ 20 000, ce qui détériore la qualité statistique de l'analyse. Rappelons aussi que Google est en conflit avec Free sur le peering, ce qui peut avoir une influence sur les mesures puisque des serveurs de Google sont utilisés (au moins en partie) par M-Lab pour réaliser ses tests. Chacun peu contribuer à la qualité globale des résultats, en hébergeant des serveurs des tests.
Même si la vitesse de téléchargement s'est un peu améliorée au cours de l'été 2013, le débit moyen mesuré auprès des abonnés de Free a de nouveau chuté en fin d'année dernière, atteignant même un seuil de seulement 1,06 Mbps en novembre. Selon la dernière mesure établie en décembre, Free propose un débit moyen de 1,84 Mbps, contre 18,28 Mbps pour Numericable, 7,17 Mbps pour Bouygues Telecom, 5,37 Mbps pour Orange, et 4,55 Mbps pour SFR.


Le taux de congestion, qui est déterminé en calculant le temps d'attente d'envoi des paquets dû au réseau de transmission (et non au client ou au serveur), est là aussi clairement défavorable à Free, qui reste le FAI français qui affiche le plus fort ratio de limitation due au réseau. Notons toutefois que depuis l'année dernière, tous les FAI ont connu une augmentation importante de ce taux de congestion, à part Orange et Free qui sont quasiment à l'indice maximum :
Côté vitesse d'upload, c'est l'électroencéphalogramme plat. Rien ne bouge depuis bientôt trois ans, à part pour Numericable qui offrait déjà la meilleure vitesse d'envoi de données vers le réseau, et qui s'est encore amélioré malgré un étrange yoyo en fin d'année. Free reste pour l'upload le deuxième meilleur FAI français, avec un débit moyen de 0,67 Mbps, assez proche de ses concurrents. Le pire est SFR, avec 0,57 Mbps.
Le seul point où Free s'améliore véritablement, sans être encore au niveau de ses concurrents, est sur la fiabilité des communications TCP. Alors qu'il y a un an, 0,75 % des paquets TCP devaient être retransmis parce qu'ils avaient été perdus par le réseau, le taux de retransmission des paquets est passé à 0,5 %, ce qui reste tout de même deux fois plus élevé que chez Orange. Là encore, Numericable apparaît comme le meilleur élève.

Source

En visite en Equateur, Mia Farrow affiche sa « colère » contre Chevron

L'actrice et activiste américaine Mia Farrow a affiché mardi lors d'une visite en Equateur sa "colère" contre le pétrolier Chevron, en litige avec les autorités en raison d'une amende record pour pollution. © AFP Juan Cevallos
L’actrice et activiste américaine Mia Farrow a affiché mardi lors d’une visite en Equateur sa « colère » contre le pétrolier Chevron, en litige avec les autorités en raison d’une amende record pour pollution.
© AFP Juan Cevallos
Aguarico (Equateur) (AFP) – L’actrice et activiste américaine Mia Farrow a affiché mardi lors d’une visite en Equateur sa « colère » contre le pétrolier Chevron, en litige avec les autorités en raison d’une amende record pour pollution.
« Je sens une incroyable sensation de colère », a déclaré l’ex-compagne de Woody Allen, qui est également ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef, en observant les mares de pétrole sauvages, à Aguarico dans la province amazonienne de Sucumbios (nord-est).
Comme d’autres personnalités avant elle, Mia Farrow a plongé symboliquement sa main, gantée, dans une de ces mares. « Il faut obtenir justice contre ces faits », a-t-elle lancée, appelant au « respect et à la responsabilité ».
La compagnie « devrait faire tout son possible, de bonne foi, pour nettoyer le désastre qu’elle a laissé ici », a ajouté l’actice, qui a rencontré la veille le président équatorien Rafael Correa, un dirigeant socialiste qui a lancé une campagne internationale contre la compagnie américaine.
9,5 milliards de dollars d’amende
Poursuivi à l’origine par quelque 30.000 indigènes et agriculteurs, qui dénoncent des cas de cancers et de maladies dus à la pollution de l’eau, Chevron conteste être à l’origine de cette pollution qu’il attribue à la compagnie d’Etat équatorienne Petroecuador.
Au total, la compagnie a été condamnée à une amende de 9,5 milliards de dollars pour ces dégâts environnementaux attribués à la société Texaco qui y a commencé ses opérations dans les années soixante et qui a été rachetée en 2001 par Chevron.
Plusieurs procédures ont été engagées devant les tribunaux par Chevron qui affirme que le jugement équatorien est entaché de corruption Mia Farrow que Texaco s’est déjà acquitté des coûts des opérations de nettoyage après avoir mis fin à ses activités.
L’amende de Chevron en Equateur représente l’une des plus fortes dans l’histoire de la législation en matière d’environnement, dépassant celle de 4,5 milliards de dollars infligée à ExxonMobil pour la marée noire de l’Alaska en 1989.

Source

Sondages : les Français entrent en dissidence


français_en_dissidence
Nous avons commenté dans un précédent article les résultats de l’enquête annuelle du CEVIPOF qui a été faite en Décembre 2013. La publication de cette enquête a été tronquée. Aussi le magazine Valeurs Actuelles, dont les journalistes ont réussi à se procurer l’enquête in extenso, a publié cette semaine les résultats les plus gênants pour le Gouvernement et le Chef de l’Etat mais aussi pour toute la classe politique et le monde médiatique. Ces résultats censurés traduisent, tous, une opinion totalement en rupture avec la pensée unique et parfois de manière étonnante.
  • Des résultats étonnants
Cette enquête met en évidence le fait que nos compatriotes sont inquiets pour l’avenir économique du pays (65%) et qu’ils ne sont pas confiants dans l’évolution de notre économie (10% seulement de confiants). Ils ne l’ont jamais été autant depuis la création de cette enquête. Les Français ne font pas confiance à l’Etat (75%), ni au Gouvernement (74%). De plus ils sont 65% à ne plus faire confiance au système judiciaire. 76% se méfient des médias et 69% considèrent que la démocratie fonctionne mal (+15% en un an). Les partis politiques, de droite et de gauche, sont particulièrement mal perçus : 88% ne leur accordent pas leur confiance. 61% des Français se disent prêts à manifester leur colère dans la rue alors que ce n’était le cas que de 30% en 2010. Le succès de la manifestation intitulée ‘’Jour de colère’’ qui a eu lieu ce week-end à Paris, bien qu’elle n’ait été annoncée par aucun grand média, traduit cette montée de la colère populaire.
Le Président de la République apparaît particulièrement déprécié. 87% des Français considèrent que François Hollande n’a pas l’étoffe d’un Président de la République. 88% pensent qu’il n’est pas à la hauteur pour gérer la crise économique. Le Président ‘’inquiète’’ même 67% des Français !
Le résultat le plus étonnant de tous concerne le régime politique. 50% de nos compatriotes jugent ‘’très bon’’ ou ‘’assez bon’’ un système politique qui a ‘’à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections’’ ! Ce qui signifie qu’un Français sur deux juge positivement un régime autoritaire personnel ou monarchique. La dévalorisation de la démocratie représentative est décidément très profonde.
  • La faillite de la pensée unique
Les médias et le corps enseignant diffusent depuis plusieurs décennies un discours visant à dévaloriser la France, son histoire et sa culture et à valoriser l’autre et une Europe ouverte sur le monde. Leurs efforts n’ont servi à rien car 75% des Français se disent fiers de leur pays tandis que 5% seulement se disent ‘’pas fiers du tout’’. Quant à l’Europe, la méfiance à son encontre n’a jamais été aussi massive : 35% seulement des Français considèrent que ‘’le fait, pour la France, de faire partie de l’Union Européenne est une bonne chose’’ ! 63% de nos compatriotes pensent qu’il faut ‘’défendre la nation française contre l’Europe’’ tandis que 47% estiment que ‘’la France doit se protéger davantage du monde d’aujourd’hui’’ et que 23% seulement réclament une ouverture plus grande au monde. Comme nous l’avions déjà dit précédemment, 67% des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés dans notre pays.
Par ailleurs un sondage réalisé par l’IFOP pour Valeurs Actuelles indique que 83% des Français ne veulent pas que la Turquie entre dans l’Union Européenne (François Hollande se rend en Turquie cette semaine). Ils sont, de tous les Européens, les plus hostiles à ce projet que Bruxelles, les classes politiques et les médias veulent nous imposer. 72% des Allemands, 68% des Belges, 66% des Britanniques, 50% des Italiens et 44% des Espagnols y sont également opposés.
  • Une crise majeure du régime
De tout cela, il y a beaucoup d’enseignements à tirer. La caste dirigeante essaie de dissimuler les informations gênantes ou politiquement incorrectes. Les gens de médias collaborent étroitement avec les dirigeants politiques. Mais le peuple a parfaitement compris leur jeu. Une très grande majorité, oscillant entre les deux tiers et les quatre cinquièmes, pensent le contraire de ce que leur prônent les castes politicienne et médiatique. La désinformation et la propagande effrénée que nous subissons sont désormais contre-productives. La confiscation du pouvoir politique par la classe politicienne provoque une désaffection profonde à l’égard de la démocratie. Ceci peut dégénérer vu la faveur croissante dont bénéficie l’autoritarisme. La démocratie représentative est à bout de souffle et ne répond plus aux attentes des Français. La politique européenne, approuvée et appliquée par les équipes UMP et PS, conduit à un rejet de l’Europe. Cela risque de se traduire par l’impossibilité de construire quelque organisation européenne que ce soit. Les idées mondialistes reculent très nettement.
Nous sommes bel et bien face à une crise du régime dans sa globalité et une remise à plat s’impose. Pour y remédier, il n’y a sans doute pas d’autre solution que de rendre la parole aux citoyens. La seule façon de le faire passe par l’introduction du référendum d’initiative populaire. A défaut, le goût pour l’autoritarisme qui concerne aujourd’hui un Français sur deux, risque de s’amplifier très vite.
B. Guillard, pour Breizh Info

Paris : Le taux de pauvreté dépasse 40% dans certains quartiers.

pauvre

Une étude publiée par La Gazette des communes met en lumière de forts taux de pauvretés et des disparités profondes selon les arrondissements et les quartiers de la capitale.

Paris est-elle une ville bourgeoise? Se boboïse-t-elle? La réponse est oui… mais pas toute la ville. Le taux de pauvreté varie de 7% à 25% selon les arrondissements de la capitale, d’après une étude du Centre d’observation et de mesure des politiques sociales (Compas) pour La Gazette des communes. Et malgré l’arrivée dans les quartiers populaires de catégories plus argentées ces dernières années, certains restent marqués par un très fort taux de pauvreté.
Paris arrive au 17e rang des grandes villes comptant le moins d’habitants vivant sous le seuil de pauvreté (moins de 977 euros par mois, par ménage), avec un niveau moyen de 14%. Soit un taux très proche de la moyenne nationale. « Mais le taux de pauvreté y atteint plus de 20 % dans des arrondissements qui regroupent 200 000 habitants », note cette étude. Plus précisément, 25% de la population du 19e arrondissement est touché par la pauvreté, 24% de celle du 18e, 22% de celle du 20e et 18% de celle du 10e. Les arrondissements les plus riches, eux, sont le 7e (7%), le 6e (8%) et le 16e (9%).

« Derrière les moyennes, la pauvreté réapparaît »

Comme le note le site de Metronews, l’étude utilise des indicateurs « plus fins » que l’Insee et montre des disparités plus profondes encore entre les quartiers. Le taux de pauvreté dépasserait même 40% dans une dizaine de quartiers de 18e, 19e et 20e arrondissements, mais aussi dans le 13e arrondissement.
Des disparités qui reflètent celles que l’étude met en lumière au niveau national. Les taux de pauvreté s’échelonnent en effet de 7% à 45 % selon les villes, Neuilly-sur-Seine étant la plus riche tandis que Roubaix ferme le ban. Ce classement se penche aussi précisément sur les arrondissements de Lyon et Marseille. Et en tire une leçon: « A l’échelle des grandes villes, une très forte densité peut faire disparaître des taux de pauvreté très forts localement, qui se cachent derrière des moyennes: si on y regarde de plus près, la pauvreté réapparaît.  »
Source : Chaos-controle.com

mardi 28 janvier 2014

Ce qui a de bien chez l’homme ? C’est son chien !

Les animaux d’une même race, ne s’entretuent jamais. C’est en cela, qu’ils sont supérieurs à l’humanité.

C’est ce qu’avaient compris les Égyptiens. C’est pour cela qu’ils les respectaient et vénéraient. Ils condamnaient à mort, tous ceux qui osaient leur faire du mal.
Autant dire , qu’aujourd’hui, ils auraient de quoi faire ! Une manière de réguler l’humanité, qui en vaut une autre.
* * *
Nos amis les bêtes,dans l’antiquité Étaient déifiés, protégés, Respectés et embaumés. Vint alors, l’époque des ténèbres, Et son armada d’hommes cruels Qui décimèrent nos amis sans compter Accrochant aux murs ainsi endeuillés Leurs pitoyables et funestes trophées. Orgueil assouvie et faune meurtrie.
Aujourd’hui, l’homme privé de mémoire Massacre encore sans pitié, ni compter, Les derniers témoignages de notre histoire Souvent, en toute illégalité et impunité. Juste pour quelques misérables monnaies. Ils dépècent à vif, chats et chiens volés. Ils abattent les animaux sauvages sans regret.
Les privant de leurs atouts et fourrures
Pour le prix, de mille et une tortures.
Fourrures trafiquées, fourrures maquillées Objets précieux bradés aux femmes spoliées, Naïves et futiles parées de mort et de sang. Trafiquants immondes, trafics effrayants. Massacres abjectes, carnages sans nom, Rien n’ébranle, ces vils meurtriers, Ces démons, aux âmes calcinées, Si ce n’est nous convaincre de leur inutilité.
 Ce qui a de bien chez l’homme ? C’est son chien !
Ajouter une légende

Après le FMI, la Bundesbank préconise aussi une taxation exceptionnelle sur l'épargne


 
la Bundesbank a préconisé que  les pays de la zone euro en difficulté devaient d’abord prélever une taxe exceptionnelle sur l’épargne de leurs propres citoyens avant de demander l'aide des autres pays, a rapporté le journal Frankfurter Allgemeine.
« Il est crucial qu’un pays en crise épuise d’abord ses propres solutions pour regagner la confiance dans sa capacité à gérer de façon durable ses finances publiques. Les programmes de sauvetage financés par les contribuables des autres Etats membres ne devraient être sollicités qu’en dernier ressort, lorsque la stabilité financière de la zone euro est mise en danger », écrit la ‘Buba’.
« Une taxation sur le capital correspond au principe de responsabilité nationale, selon lequel les contribuables sont responsables pour les obligations de leur gouvernement, avant que la solidarité des autres Etats ne soit requise », énonce la banque centrale allemande, dans son dernier rapport mensuel. Elle précise qu’elle ne soutient pas le principe d’une taxe récurrente sur la fortune en Allemagne, qui pourrait nuire à la croissance, mais celui d’une taxation exceptionnelle, qui ne serait appliquée qu’au cas où le pays en question serait au bord de la faillite.
Cette taxe exceptionnelle devrait être collectée rapidement (c'est à dire pendant le week-end), afin d'éviter le problème de la fuite des capitaux.

Joe le Corbeau arrêté et déporté !

Les policiers ont interpellé Joe le Corbeau mardi matin car ils l'accusent d'avoir, comme des dizaines d'autres médias, diffusé une photo montrant un individu réalisant une Quenelle devant l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse.

Les médias de masse ne sont évidemment pas inquiétés, comme vous vous en doutez.

Il a été conduit en garde à vue ce matin vers 8h00, pour en ressortir vers 12h, non pas pour rentrer chez lui, mais pour être conduit au parquet de Toulouse où il sera présenté au procureur de la République israélienne ayant toute autorité en France. Au même moment, Dieudonné subit lui aussi les foudres du régime d'occupation sioniste.

Nous n'avons aucune information complémentaire à fournir pour le moment. Dès que nous en saurons plus, vous serez informé.

Déjà, des soutiens affluent sur les réseaux sociaux, comme cette photo prise à Toulouse, place du Capitole. Source Twitter « La Quenelle »
Soutien également de Jacob Cohen, juif Antisioniste, qui a bien compris que le fond de notre combat n'est absolument pas antisémite, mais bien contre la main mise du sionisme sur la France :
Image #72349 sur imagik.fr