jeudi 28 août 2014

L’Amérique divisée, par Gordon Duff

Parce que la guerre, c’est ceux qui l’ont faite qui en parlent le mieux…
Gordon Duff est un Marine vétéran de la guerre du Vietnam. Il travaille sur des questions relatives aux vétérans et aux prisonniers de guerre depuis des décennies, et a conseillé des gouvernements sur des questions de sécurité intérieure. Il est co-rédacteur en chef et président du conseil d’administration de Veterans Today, en particulier pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : Gordon Duff, veteranstoday.com, 4 aout 2014
Pour la première fois depuis la guerre du Vietnam, les américains sont divisés, jusqu’à s’e prendre à la gorge. Nous en avons eu les prémices avec l’Ukraine. Collègues et familles prennent parti, générant amertume et colère. Cependant, ce n’est rien par rapport à ce qui est en train d’arriver face à ce qui est clairement un génocide à Gaza.
Le grand changement a eu lieu dans les média grand public. Ils ne défendent plus Israel, ce qui en déconcerte beaucoup. Avec un Président Obama pris à son propre piège en appuyant ouvertement le droit d’Israël à l’autodéfense, tout en gardant le silence sur le meurtre de 250 enfants, le ciblage des écoles, des bâtiments de l’ONU et maintenant la demande d’un tribunal de guerre.
Les américains sont dorénavant prêts à se retourner contre d’autres américains, et contre leur président , ils sont réveillés et en colère, des décennies et même des siècles de vieilles rancœurs ont refait surface, comme c’est aussi le cas dans le monde entier.

Arrière-plan

Comme ça a souvent été le cas par le passé, les présidents s’entourent de conseillers qui ne voient rien hors de ce qu’on leur dit dans les diners privés et les sorties au golf avec les lobbyistes des groupes d’intérêt. Et quand le monde prend un virage à 180 degrés, et que même les médias télévisés et les journaux que la plupart en Amérique considèrent comme étant sous contrôle strict, à gauche comme à droite, prennent des positions radicales nouvelles, Obama est désemparé.
Aujourd’hui, le président le plus haï par le lobby d’Israël est en train de « mourir » politiquement, catalogué comme criminel de guerre pour avoir fait des déclarations absolutistes tout comme d’autres présidents américains, juste au mauvais moment. Il n’y a jamais eu de plus « mauvais moment » dans l’histoire.
Pour ceux d’entre nous qui se rappellent la guerre du Vietnam, qui ont servi au combat au Vietnam et qui sont revenus prendre la tête des manifestations qui ont arrêté la guerre, un conflit ici, chez nous, ça a quelque chose de rafraîchissant, après des décennies à défendre nos intérêts personnels sans état d’âme.
Quand les médias reflétaient seulement les intérêts d’Israël, le soutien sans conditions au meurtre de palestiniens était considéré bizarre mais inoffensif. Ce qui est effrayant en Amérique c’est que les gens ont l’air d’avoir besoin de permission pour penser ou ressentir. Assassiner des enfants est tout à fait normal jusqu’à ce qu’un journal possédé par une entreprise étrangère ou un fournisseur de l’armée décide de faire remarquer que faire de la boucherie systématique d’enfants, c’est mal.

La suite ICI

lundi 25 août 2014

Corrida, barbarie déchaînée à Maubourguet


Témoignage: Jean-Marc Montegnies, président d’Animaux en Péril


CRS… SS ?

Ce slogan, popularisé sur les barricades parisiennes en mai 68 et ancré dans la mémoire collective va-t-il revenir au goût du jour lors des manifestations anti-corrida ? C’est la question qu’on est en droit de se poser suite aux événements survenus à Maubourguet ce samedi 23 août 2014.
Ce jour-là, dans cette petite commune rurale des Hautes Pyrénées, la police a vraiment dérapé... et j’y étais.

Je ne suis pas anarchiste, je ne suis pas « anti-flic » et ceux qui me connaissent n’ignorent pas que certains membres de ma famille portent l’uniforme. Mon père est un commissaire de police à la retraite et plusieurs de mes amis sont également policiers ou gendarmes tout en étant militants… ce n’est pas incompatible.
En outre, l’association que j’ai l’honneur de présider collabore au quotidien avec les forces de l’ordre lors de sauvetages d’animaux maltraités, errants ou abandonnés.
Ce qui précède n’a qu’un seul but : comprendre que je ne me trompe pas de cible… mais quand l’uniforme de la sécurité nationale se confond avec celui d’une milice privée au service des brutes et des barbares, mon devoir est de le dénoncer haut et fort.
Les faits, rien que les faits

Ce samedi 23 août 2014, les militants de la cause animale s’étaient donné rendez-vous à Maubourguet. Le club taurin de cette entité à côté de Tarbes y organisait une novillada (corrida de jeunes taureaux) à 21 heures.
L’appel avait été lancé par quelques citoyens et massivement relayé par les réseaux sociaux. C’est ainsi que près de 150 activistes venus de toute la France, mais également de Belgique s’étaient donné pour consigne de perturber au mieux ce spectacle barbare sans toutefois user de la moindre violence. Les plus sportifs sauteraient dans les arènes pendant que leurs camarades, cadenassés aux barrières s’époumoneraient à crier leur désapprobation.
Bref, un scénario pacifique de résistance bien connu de nos adversaires et des autorités.

Les militants connaissent les risques, mais...

L’histoire de la lutte anti-corrida, et particulièrement depuis le lynchage de Rodilhan en octobre 2011, est ponctuée en permanence de violences graves perpétrées par les aficionados contre les protecteurs des animaux. Dès lors, chaque militant, qu’il agisse sous la bannière d’une association ou en tant que simple citoyen, n’ignore pas qu’il peut être confronté à la sauvagerie des amateurs de torture animale.
De même, celui-ci est bien informé qu’il se met en marge avec la loi dès lors qu’il participe à une action de désobéissance civile.
Mais doit-il maintenant envisager qu’il va être systématiquement tabassé, gazé et insulté par les CRS ? La question ne se pose plus depuis ce samedi 23 août 2014.

Policiers et aficionados : même combat ?

Ne soyons pas naïfs, l’image d'Épinal, qui verrait les militaires bleus déposer leur casque et rejoindre nos troupes, n’est qu’un doux rêve. La révolution ne se fait pas dans la dentelle et chacun comprendra que l’autorité doit jouer son rôle, ce sont les règles du jeu. Quand un militant s’attache aux barrières ou se met à courir au milieu du ruedo, il sait qu’il en sera délogé, et avec une certaine fermeté dès lors qu’il ne collabore pas.

Mais fermeté ne rime pas avec violences gratuites.
La liste qui suit est loin d’être exhaustive. À l’heure où j’écris ces lignes, les militants se remettent à peine de leurs émotions et leurs témoignages commencent seulement à nous parvenir, mais voici quelques exemples de ce qu’il s’est vraiment passé à Maubourguet le 23 août 2014 :

Les activistes qui ont sauté dans l’arène ont été massivement gazés à bout portant, ce qui est formellement interdit par la procédure et le code de conduite des policiers en maintien de l’ordre. Ceux qui couraient dans le ruedo ont été frappés à coups de matraque dans les bras et les jambes, parfois sur la tête. Une fois plaqués au sol, ils ont systématiquement été étranglés et tabassés à coups de pieds. Ce qui fera dire à Patrick Sacco, président de l’association Respectons « en 30 ans d’activisme, je n’ai jamais vu un tel déchaînement de violence! »… et il parlait bien de la police. Le cynisme d’un des représentants de la loi a été jusqu’à poser devant l’appareil photo d’un aficionado tout en étranglant Patrick.

Benjamin (militant belge d’Animaux en Péril) raconte également : « Je courais dans l’arène, les CRS visaient systématiquement ma tête avec les lacrymogènes. J’étais complètement aveuglé, mes yeux brûlaient. Ils m’ont ensuite plaqué violemment au sol pour me traîner jusqu’à la sortie et là, sous le porche, ils m’ont roué de coups de pied, c’était complètement gratuit ».

Didier, un militant du CRAC, alors qu’il voulait protéger une jeune fille agressée par des aficionados a été tabassé par trois amateurs de torture animale devant des CRS qui se sont fait prier pour intervenir.

Pire encore, un autre militant raconte « des policiers me traînaient par la ceinture quand des aficionados sont venus l’aider, cette aide providentielle semblait lui convenir ».

Françoise, une autre militante d’Animaux en Péril bien connue, était attachée aux barrières avec Nathalie. Toutes les deux racontent : « Pendant que les policiers essayaient de couper nos cadenas, des pervers venus admirer le spectacle nous tiraient par les cheveux sans que les représentants de l’ordre ne leur disent de cesser. Pire encore, nous avons reçu une gifle du policier parce que nous continuions à siffler ».

Pendant que les policiers se déchaînaient sur les activistes dans le ruedo, les aficionados s’en donnaient évidemment à cœur joie dans les gradins. C’est ainsi qu’on retiendra particulièrement le cas du militant que plusieurs aficionados ont essayé de jeter au-dessus de la rambarde de sécurité du haut des arènes ou encore le courageux Emeric qui, après avoir reçu un coup de poing dans le menton s’est vu infliger un coup de barre à l’arrière de la tête. Ce dernier, qui aurait pu être tué, a été emmené d’urgence à l’hôpital. Il souffre aujourd’hui d’une grave blessure.

Les agresseurs d’Emeric, de Didier, de Françoise et des autres n’ont, évidemment, pas été interpellés !!!

Dans le noir, c’est encore plus facile

Hors des arènes, le calvaire des militants était loin d’être terminé. Dans les rues sombres de la ville, ils ont été nombreux à subir les assauts de certains CRS dont les plus bas instincts semblaient se réveiller dans l’absence de clarté. Alors que ceux qui étaient venus dénoncer la barbarie n’avaient que leur voix pour seule arme, ces derniers ne comptent plus les coups de matraque et de bouclier ainsi que les litres de gaz lacrymogènes.
C’était à ce point inimaginable que j’ai pu constater personnellement le désappointement de quelques CRS découvrant que leur bombe de gaz était déjà vide.

On retiendra également ce moment très révélateur des consignes données aux policiers : alors que 4 aficionados donnaient des gifles à une jeune femme, des militants ont tenté de s’interposer, de nombreux coups se sont échangés devant les hommes en uniforme sans que ces derniers ne lèvent le petit doigt !

Un CRS se revendique aficionado et lance une charge contre le président du CRAC

Alors qu’il était déjà bien tard et que les militants se contentaient de continuer à scander « corrida basta », une dizaine de CRS a violemment chargé dans l’assemblée, sans aucune sommation. Les hommes en arme ont alors plaqué Jean-Pierre Garrigues, président du CRAC et l’on embarqué avec une violence inouïe et complètement disproportionnée.
Dans le même temps, j’apprenais de la bouche de personnes de confiance que le chef de cette section de CRS ne s’était pas retenu pour affirmer son grand amour pour la corrida.

Les preneurs d’images arrêtés arbitrairement

Chacun pourra le constater, très peu d’images circulent sur ces événements et pour cause... Les photographes et vidéastes « habitués » des arènes ont tous été arrêtés dans les gradins avant que « le spectacle » ne commence. La raison évoquée d’un contrôle d’identité, qui n’a jamais eu lieu, constitue donc une arrestation arbitraire, dans un pays démocratique. D’autres, qui ont essayé de prendre le relais avec de petits appareils photo se sont vus roués de coups par les aficionados.

Expédition punitive

Après les événements Rion-des-Landes et Rodilhan en 2013, nous n’avons maintenant plus aucun doute ; les ordres donnés par le grand aficionado et chef du gouvernement français Manuel Valls sont ne nous casser.
Pour la troisième fois consécutive, nous comptons dans nos rangs, de nombreux blessés victimes de violences policières. Dans le même temps, les forces de l’ordre et les aficionados sont, évidemment, dans l’impossibilité de nous faire valoir la moindre égratignure. Ces « débordements » des CRS ne sont pas le fruit du hasard. Ils ne sont pas non plus la conséquence de bavures, mais bien le résultat d’une volonté politique totalement indigne d’un état démocratique.
Tout le système est corrompu par la mafia tauromachique des amis de Valls. Pour s’en convaincre il suffit de constater que le procès à charge de nos agresseurs pour des faits qui remontent à 2011 n’est toujours pas mis à l’agenda alors que l’enquête est bouclée depuis un an. Dans le même temps, Christophe Marie (Fondation Brigitte Bardot), Jean-Pierre Garrigues (CRAC) et moi-même sommes depuis mars 2014 renvoyés devant le tribunal correctionnel pour avoir organisé la manifestation à Rion-des-Landes moins de 9 mois plus tôt… Cherchez l’erreur.
Et ce n’est pas la garde à vue de Jean-Pierre Garrigues durant plus de 20 heures ce week-end qui viendra contredire cette conclusion. La première audience de son nouveau procès est d’ores et déjà programmée en janvier prochain, soit dans moins de six mois !!!

France, cher voisin, tu nous fais honte

En tant que citoyen belge, je suis toujours terriblement consterné par l’attitude des CRS, voire des gendarmes lors des manifestations auxquelles Animaux en Péril participe ou co-organise en France. Comment un pays aussi proche de nous et qui se vante d’être la terre des Droits l’Homme peut-il nous renvoyer une image aussi pitoyable de sa démocratie.
Ce samedi à Maubourguet, des CRS se sont comportés comme des crapules, et je pèse mes mots. Cette police là, ce jour-là, n’en était plus une, mais s’était mutée en une milice à la solde d'individus pervers dont le loisir est d’admirer la torture d’un herbivore à l’arme blanche.
Ce jour-là, à Maubourguet, l’aficion et la police ne formaient qu’un !
En Belgique, tout n’est pas rose, mais dans cette situation, il ne se passerait pas 24 heures avant qu’un parlementaire n’interpelle le ministre de l’Intérieur.Parce qu’en effet, au-delà des faits, le plus grave reste encore qu’en haut lieu, cela ne semble choquer personne.



annagaloreleblog

dimanche 24 août 2014

L’opinion publique est dominée par un égrégore, par Pascal Roussel

Pascal Roussel est chef d’unité au sein du département des risques financiers au sein d’une grande banque située au Luxembourg
Plus d’infos sur lui et le livre qu’il a publié sur son blog www.pascalroussel.net
August Landmesser (1910-1944 ; wikipedia en fr, et ici en anglais), travailleur à l’arsenal Blohm & Voss de Hambourg, refusant d’effectuer le Salut nazi lors de l’inauguration navale d’un vaisseau d’entraînement, le Horst Wessel, le 13 juin 1936
Même si certains obéissent probablement à un agenda caché ou que d’autres n’osent pas se démarquer, il est stupéfiant de voir que des journalistes ou des politiciens a priori intelligents, équilibrés, cultivés et sincères s’enferment dans une grille de lecture unique! Et de là, on peut difficilement blâmer la vaste majorité de la population de se retrouver avec les mêmes œillères que les faiseurs d’opinion.
On peut se demander si, en Europe et aux États-Unis, le monde politique et les grands médias qui couvrent les questions financières ou géopolitiques ne sont pas collectivement sous l’influence malfaisante d’un égrégore (“concept désignant un esprit de groupe, une entité psychique autonome ou une force produite et influencée par les désirs et émotions de plusieurs individus unis dans un but commun. Cette force vivante fonctionnerait alors comme une entité autonome”) ? La position atlantiste poussant alors les autres pays à se radicaliser.
Or l’Histoire a montré qu’une opinion publique dominée par un même esprit de groupe peut rapidement se retrouver confrontée à une guerre qu’elle n’a pas souhaitée.
L’État américain est de facto dirigé par la CIA et par des lobbies dont le plus puissant est le complexe militaro-industriel qui représente énormément d’emplois et pèse lourd dans l’économie américaine (1). Même si la stratégie pour y arriver est floue, il demeure que la volonté américaine est d’établir un monde unipolaire, répondant prioritairement aux intérêts propres d’une seule super-puissance, les États-Unis. Cette volonté, pourtant ancienne, apparait de plus en plus choquante alors que la politique américaine visible est de plus en plus éloignée des valeurs démocratiques et de liberté que la nation américaine a longtemps incarnée. De nombreux dirigeants ou faiseur d’opinions européens dont le statut et les revenus dépendent plus ou moins de leur allégeance à l’Etat américain ont de plus en plus de mal à présenter l’Amérique comme une super-puissance soucieuse d’œuvrer au bien commun dans le monde.  Pour combien de temps encore, les États-Unis conserveront leur pouvoir attractif sur de nombreux jeunes ?
En ligne avec la philosophie « ce qui est bon pour l’Amérique doit forcément être bon pour le reste du monde », en 1997, le très influent Zbigniew Brzezinski (ancien conseiller national à la sécurité des États-Unis) recommandait de ne pas laisser l’Ukraine sous l’influence de la Russie. Selon ce politologue, sans l’Ukraine la Russie ne pourrait jamais diriger un empire eurasien et par là inquiéter la suprématie mondiale des États-Unis (2). De là découle, les centaines de millions de dollars versés directement ou indirectement par les États-Unis pour soutenir en Ukraine, des ultra-nationalistes (dont des néo-fascistes),  attiser une haine radicale contre la Russie et pousser l’actuel président ukrainien à mener une guerre à l’encontre d’une partie de sa population. Inutile d’approfondir dans ce billet les étapes du conflit ukrainien, ces faits étant largement exposés en détail sur l’excellent blog d’Olivier Berruyer (3)
Bien entendu Poutine n’est pas un Saint, mais ceux qui tentent d’avoir une vision plus objective, qui veulent faire preuve d’empathie pour les camps opposés, qui souhaitent des débats contradictoires afin de comprendre les différents points de vue sont marginalisés. Le cas de l’avion MH17 abattu au-dessus de la zone de guerre en Ukraine (et quels que soient les coupables, j’espère qu’il s’agit uniquement d’une tragique erreur) est significatif : très rapidement et sans la moindre preuve, les médias et responsables politiques atlantistes ont désigné la Russie comme co-responsable. Les versions alternatives (4) pourtant dignes d’intérêt sont ignorées et même si elles devaient se révéler vraies un jour, on peut craindre que les grands médias n’en fassent jamais écho. L’égrégore est si puissant que rien ne semble pouvoir arrêter l’escalade, il a désigné la Russie comme l’ennemi à abattre et il veut l’accélération du désordre mondial.
Et pourtant de nombreuses personnalités crédibles tirent vainement la sonnette d’alarme (5), mais rien n’y fait.
L’extrême fragilité du monde financier
Ce qui rend l’égrégore encore plus dangereux, c’est qu’il se développe alors que le système financier mondial n’a jamais été aussi fragile. Les risques de ruptures sont très réels même si les banques centrales et les autorités publiques se veulent rassurantes.
Jaime Caruana, le General Manager de la BIS (la banque centrale des banques centrales située à Bâle) craint un « Lehman » dû à la flambée de la dette dans le monde entier et déclare que les investisseurs ignorent la perspective de taux d’intérêt plus élevés dans leur quête aux rendements. (6)
Maximilian Zimmerer le Chief Investment Officer d’Allianz (le plus gros assureur en Europe) déclare quant à lui que « rien n’est résolu et tout le monde le sait ». (7)
On pourrait multiplier les mises en garde officielles de ce genre, car loin de l’illusion des performances boursières (8), il suffit de gratter un peu sous la surface pour comprendre ce qui inquiète ces hautes personnalités du monde financier. Citons de manière non exhaustive et dans le désordre :
  • Même si depuis l’effondrement de Bretton Woods, le monde a déjà connu des crises bancaires et des faillites étatiques, la situation actuelle est unique (9), car jamais le monde financier et économique n’a été aussi interdépendant, jamais le niveau global de l’endettement n’a été aussi élevé, jamais le « shadow banking » n’a été aussi important (10), jamais les produits dérivés n’ont à ce point cimenté les institutions financières mondiales, jamais nos économies n’ont été aussi dépendantes du gaz, du pétrole et de l’électricité, jamais les décideurs économiques et financiers n’ont à ce point basé leur décision sur des modèles mathématiques inadaptés face à la multitude de variables qui entrent en jeu.
  • Aux États-Unis on observe une baisse constante du taux de participation de la population active sur le marché du travail, la bourse atteint des sommets principalement parce que des sociétés rachètent leurs propres actions (et certaines empruntent même massivement pour le faire) (11), les assurances anti-crash boursier deviennent de plus en plus chères (12), les classes moyennes désertent même les commerces « low cost » (13), 70% des Américains pensent que la crise n’est pas terminée ou que le pire est à venir (14), les ventes de Caterpillar qui représente bien l’économie réelle, sont constamment en baisse (15), la bulle des prêts étudiants n’en finit pas de gonfler (16), mis à part quelques niches il n’y a pas de reprise sérieuse de l’immobilier commercial ou pour particuliers (17) et même l’investissement pour le marché locatif qui a largement contribué à amortir la chute (18) montre des signes de faiblesse (eh oui, depuis 2008 les investisseurs savent qu’un Américain sans revenu ne peut pas payer son emprunt hypothécaire, mais ils découvrent maintenant qu’il est tout autant incapable de payer son loyer !) (18), le gouvernement américain ne montre aucun signe de sevrage de sa dépendance à la dette (19), la côte Ouest est frappée par une sècheresse catastrophique (20), étonnamment (!)  les prêts automobiles subprime qui ont contribué à donner une illusion de relance du marché automobile américain donnent des signes de faiblesse (21), la Fed qui doit se douter que l’avenir n’est pas aussi rose qu’elle veut le faire croire, s’apprête à imposer des restrictions sur les retraits d’argent de certains fonds obligataires (22), … etc.
  • En Chine, il y a principalement 6 domaines essentiels qui soulèvent de très grosses inquiétudes: la plus grande bulle de crédit au monde (23), la bulle immobilière astronomique qui aurait fait pâlir d’envie Dubaï, Londres (23a) et les États-Unis réunis (24), l’importance colossale du shadow banking avec toutes ses dérives, illustrées par exemple par le dernier scandale de la multiple réutilisation de stocks de matières premières pour garantir plusieurs prêts différents (25), la volonté de la Chine d’étendre sa zone d’influence maritime (26), l’état réel de l’économie chinoise qui est bien plus malade qu’il n’y paraît (28), le traficotage permanent des statistiques officielles (29), …etc.
  • La situation en Europe est probablement bien connue des lecteurs,  il est donc inutile de faire une longue liste de ce qui va mal. Allemagne (30), Italie (31), etc. la situation est fragile. J.Stark, ancien vice-président de la Banque Centrale allemande déclarait en mai dernier que le système économique actuel est une pure fiction (32) ! À titre d’exemple, citons simplement le récent dépeçage, suivi d’une nationalisation des « bons morceaux restants» de la première banque portugaise, le tout en un week-end (33). Les taux souverains sont ultra-bas pour le moment, il faut bien que la monnaie de banque centrale distribuée généreusement serve à quelque chose. En plus les titres souverains offrent bien des avantages: pas besoin de mettre de capital en réserve pour les conserver, ils sont souvent très liquides et représentent un très bon collatéral dans un monde financier qui subit une pénurie de collatéral. Fin octobre, la Banque Centrale Européenne (BCE) terminera son analyse de la qualité des actifs de 130 banques (34). Bien entendu cet exercice dépend grandement de la bonne volonté des banques auditées, mais il se murmure que cette fois, les résultats ne seront pas aussi roses …
    Les soldes des comptes Target 2 auprès de la BCE(35) (à ce niveau, ne devrait-on pas parler de chambre de compensation) témoignent de la méfiance dans le secteur interbancaire.
  • En Amérique du Sud, on peut se demander quel vont être l’impact et le risque de contagion lié au défaut de paiement de l’Argentine et de l’hyperinflation qui se développe ? (36)
  • Le statut du dollar comme monnaie de réserve mondiale est de plus en plus attaqué (37)
  • Ebola: un danger qui pourrait potentiellement devenir très grave  (38)
  • Au niveau mondial, les prix de la nourriture sont repartis à la hausse (39)
  • L’indice Baltic Dry (40) qui reflète le commerce maritime international ne cesse de baisser depuis le début de l’année
Que faire ?
Devant ce catalogue des horreurs (41), il me semble évident que nous avons tout à perdre à laisser l’égrégore grandir jusqu’à nous mener à une confrontation armée avec la Russie. Il est clair que toutes les techniques modernes de manipulation de l’opinion (stratégie du choc, social learning, fabrication du consentement, tittytainment, mind control, virtualisme, reality-building, management négatif, etc.) sont pleinement à l’œuvre pour nourrir cet égrégore et nous mener progressivement vers le chaos (42).  Pour autant je ne prône pas une révolution violente, mais plutôt la nécessité de s’informer, de ne pas céder à la facilité du conformisme et de ne pas avoir peur de prendre position.
Mon but n’est pas de faire peur, ni de déprimer les lecteurs, mais de les prévenir. Pour ma part je suis convaincu que de nombreuses bonnes opportunités surviendront une fois que le système sera remis à plat.
Les opinions exprimées dans ce billet sont PERSONNELLES et ne représentent pas forcément les opinions de mon employeur. Les sources utilisées sont souvent anglophones, car l’anglais est la langue de la finance mondiale.
Pascal Roussel le 8 août 2014
==============================================================================
Sources
1) En 2013, le budget de Défense américain (USD 640 milliards) était équivalent à celui combiné de la Chine, la Russie, l’Arabie Saoudite, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Japon, l’Inde et la Corée du Sud (énumérés par ordre croissant). Lire l’article sur Wikipedia ENG FR
« Qui tient qui à Washington ? Question inutile, question dépassée… »  Defensa.org
2) La véritable raison pour laquelle les États-Unis se préoccupent tant de l’Ukraine tout en se foutant éperdument des Ukrainiens par le Général (2S) et dirigeant d’entreprise, Jean-Bernard Pinatel FR
3) http://www.les-crises.fr/category/crise-politique/
4) Flight 17 Shoot-Down Scenario Shifts by Robert Parry ENG FR
Evidence Is Now Conclusive: Two Ukrainian Government Fighter-Jets Shot Down Malaysian Airlines MH17 by Eric Zuesse
5) Citons quelques professeurs, journalistes, diplomates et experts financier : Stephen F. Cohen et John Mearsheimer, Robert Parry, Simon Jenkins,Chris Martenson, Pierre Maillart, V.Fédorovski, Neil Clark, M.K. Bhadrakumar, Nouriel Roubini, Kyle Bass, Hugo Salinas Price, Charles Nenner, James Dines, Jim Rogers, David Stockman, Marc Faber, Jim Rickards, Paul Craig Roberts, Martin Armstrong, Larry Edelson, Gerald Celente, etc. (liste non exhaustive). Lire par exemple Top Financial Experts Say World War 3 Is Coming … Unless We Stop It ou Obama Should Release Ukraine Evidence ou The US Needs to Stop Meddling in Russia-Ukraine Politics
6) http://www.telegraph.co.uk/finance/markets/10965052/Bank-for-International-Settlements-fears-fresh-Lehman-crisis-from-worldwide-debt-surge.html
7) http://www.zerohedge.com/news/2014-07-11/ceo-europes-largest-insurer-pops-utopia-bubble-nothing-solved-and-everybody-knows-it
8) La bourse du Zimbabwe a progressé de 12000% de mars 2006 à mars 2007 alors que le pays était frappé à l’époque d’une inflation de 1700% soit 7 fois moins importante que la croissance boursière. Tout cela pour dire que des performances boursières s’expliquent parfois bien plus par de la création monétaire que par une « reprise économique » …
9) Debt: Eight Reasons This Time is Different ENG
10) Près de 71.000 milliards de dollars ont été brassés par le ” shadow banking ” en 2012. La finance de l’ombre, représente des intermédiaires de crédit impliquant des entités et des activités en dehors du système bancaire régulier ( par ex. les entités qui font de l’intermédiation ou la distribution de crédit, mais n’acceptent pas de dépôts et ne sont pas régulées comme des banques, les fonds (capital-investissement, des fonds spéculatifs, des fonds d’investissements et autres fonds monétaire), les assureurs qui fournissent des garanties de crédits et enfin, les véhicules d’investissement ou de financement spécifiques. http://www.financialstabilityboard.org/publications/r_131114.pdf
11) Another Wall Street Inside Job?: Stock Buybacks Carried Out in Dark Pools ou  Here Is The Mystery, And Completely Indiscriminate, Buyer Of Stocks In The First Quarter
12) Strategist Warns SKEW “Is Flashing A Big Warning Signal For Stocks”
13) Walmart Misses Across The Board, Guides Lower: Blames It On Weather, Obamacare And Taxes ou When Americans Can’t Even Afford To Buy McDonalds Dollar Meals For 9 Months In A Row
14) 7 In 10 Americans Believe The Crisis Is Not Over Or Worst Is Yet To Come: 52% Can’t Afford Their Homes
15) Caterpillar Retail Sales Plunge By 13%, Most Since February 2010; Decline For 17 Consecutive Months ou Caterpillar Asia Sales Crater By 30% – Company Reports Weakest Stretch Of Global Demand Since Lehman Collapse
16) Why Student Loans Are Crushing The Housing Recovery In 1 Chart
17) Homebuilder Confidence Plunges To 12-Month Lows ou Average Cost of New Home is 6 Times Median Income (Historically 3); Sales of Priciest 1% of Homes Soar (Bottom 99% Down) ou “The Market’s Not There” – One World Trade Center Lowers Asking Rents By 10% ou Deja Vu All Over Again: Fannie, Freddie Would Need Another $190 Billion Bailout When Things Go South
18) “All Is Not Well In The Housing Market” As All Cash Buyers Double In Past Year, Hit Record High ou Housing Starts, Permits Smash Expectations On Surge In Rental Construction
19) US is Bankrupt: $89.5 Trillion in US Liabilities vs. $82 Trillion in Household Net Worth & The Gap is Growing
20) 20 Signs The Terrible Drought In The Western US Is Starting To Become Catastrophic
21) A three-year lending boom to car buyers with spotty credit that helped push auto sales to a six-year high is starting to show signs of overheating.
22) Is The Fed Trying To Create A “Bond Run” Panic? Yes… In Its Own Words
23) En 2008 la taille du secteur bancaire Chinois était d’environ 10 000 milliards de USD, début 2014 il était d’environ 25 000 milliards de USD. Cette augmentation de 15000 milliards, en quelques années représente la totalité du secteur bancaire américain qui s’est construit en un siècle ! Lire également  No Money Down Mortgages Another Sign of Gigantic Credit Bubble in China, la Chine va lancer son propre quantitative easing ou comment l’Asie croule sous les dettes  ou les sociétés chinoises émettent plus d’obligations que les américaines ou les mauvais payeurs sont de plus en plus nombreux
23a) http://www.zerohedge.com/news/2014-06-17/londons-whopping-187-home-price-surge-means-uks-housing-bubble-slams-chinas
24) Voir par exemple la réplique de Manhattan complètement vide, le plus grand centre commercial au monde vide, les innombrables villes fantômes, les déclarations alarmantes de gros promoteurs chinoiscombien de fois encore l’Etat volera-t-il au secours de gros promoteurs? Goldman & Sachs est pessimiste sur l’immobilier chinois, même la banque centrale chinoise admet qu’il y a un problème, 52 millions de logements vides !, permis de bâtir en chute,
25) pour voir comment plusieurs prêteurs différents s’imaginent avoir sécurisés leur prêt avec un stock de matière première (métaux, coton métaux précieux, etc.) alors que sans le savoir ils ont tous reçu le même stock en gage et pour voir que c’est une pratique courante lire ici et ici et ici  et ici et ici et ici et ici et ici et ici
26) Pour se remémorer l’historiques des tensions en mai dernier entre la Chine et le Vietnam lire ici et ici et ici et ici et ici et ici et ici
28) 11 Disturbing Charts About The Chinese Economy
29) Voir par exemple comment les exportations sont artificiellement gonflées
30) Coming Major Slowdown in Germany – How to Play It
31) Italy Moves Into Recession & the End of Democracy
32) Former Bundesbank Vice-President Recommends Gold, Says Current Economic System is “Pure Fiction”
33) http://www.les-crises.fr/sauvetage-de-banco-espirito-santo-quelques-enseignements-pour-la-zone-euro-par-jean-michel-naulot/
34) http://www.ecb.europa.eu/ssm/assessment/html/index.en.html
35) http://www.eurocrisismonitor.com/
36) http://www.zerohedge.com/news/2014-08-04/argentina-default-minor-real-problem-much-worse
37) On lit souvent l’argumentaire trompeur qui voudrait que des contrats de matières premières de plus en souvent facturés dans d’autres devises que le dollar soient un signe de la fin du dollar. Or il n’y a là rien de nouveau, ce n’est pas parce que les cours des matières premières sont communément affichés en dollar que le paiement s’est toujours fait en dollar. Si nécessaire, les devises peuvent être échangées entre elles. On pourrait demain décider d’afficher les cours des matières premières en franc Suisse (par exemple) et cela ne changerait rien. Les signes réels de la perte d’influence du dollar sont plutôt la mise en chantier la nouvelle banque de développement des BRICS ou le rôle grandissant du yuan sur les marchés internationaux (lire ceci et ceci et ceci et ceci). Notons que la Chine devra choisir entre l’arrimage (mou) actuel au USD ou un régime de change flottant si elle veut que sa devise soit utilisée librement dans le monde. Et ce choix ne sera pas sans conséquence sur ses entreprises.
38) L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété une «urgence de santé publique de portée mondiale». http://www.bbc.com/news/health-28673380
39) Sous l’effet de la spéculation et de la sécheresse sur la côte Est des EU et au Brésil lire ceci ou ceci ou ceci
40) http://www.bloomberg.com/quote/BDIY:IND
41) Pour ce qui est des bonnes nouvelles je renvoie les lecteurs aux grands media financiers traditionnels qui sont toujours les premiers à voir des signes de reprises
42) « Gouverner par le chaos », de M.Milo aux Editions Max Milo

Les-crises.fr

mercredi 20 août 2014

Les chemtrails : une réalité tournée en dérision

Le 11 août dernier, Audrey Garric, journaliste-blogueuse chez Le Monde, nous parle des chemtrails en tant que "hoax complotiste persistant" : http://ecologie.blog.lemonde.fr/201...
Si Audrey Garric avait fait correctement son travail, elle serait allée chercher des informations du côté de ce qu'elle avance, mais aussi de l'autre, sinon, le journalisme n'a aucun intérêt. Le journaliste n'est pas là pour donner son avis mais pour réunir des informations qui permettent aux lecteurs de se faire leur propre opinion. Le journaliste devrait se poser des questions et ne pas se contenter de répéter ce qu'il a pu entendre ailleurs, sans aucun fondement.
Le problème avec la théorie des chemtrails, c'est ce genre de personnes qui la ridiculisent et qui encouragent la plupart des gens à ne pas aller chercher des réponses, des vraies.
Alors comme Audrey Garric a écrit un bel article de désinformation vu et revu sur les chemtrails, voire un copié-collé de l'article Wikipédia portant sur les "Traînées de condensation" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Tra%C3...) écrit par le même type d'informateur, j'ai voulu réunir des études scientifiques sur le sujet, des archives de l'ONU ou du gouvernement. Des faits qu'on ne peut contredire.

Tout d'abord, si les chemtrails ne sont qu'une théorie, il est curieux qu'une quantité de brevets les concernant aient été créés. En effet, ici : http://www.chemtrails-france.com/brevets/index.htm , on peut voir une liste de ces brevets, répertoriés sur le site du gouvernement des USA.
Par exemple, voici le brevet n°5104069 créé le 14 avril 1992 par Laurence Reising Boeing, pour un appareil rejetant de la matière d’un avion : “Un éjecteur de fluide pour décharger des gaz et des fluides d’un avion. L’éjecteur de fluide est rattaché à une surface extérieure de l’avion et inclut un tube d’air qui est espacé de la surface extérieure de l’avion par un mât.” Ce brevet prouve non seulement l’existence d’appareils pour répandre des substances dans l’atmosphère, mais démontre également le désir de cacher l’opération en concevant un système d’éjection de produits se répandant dans l’axe exact de la condensation des moteurs, rendant ainsi volontairement plus difficile l’identification des épandages. Même un schéma et une description de l'appareil sont disponibles sur Google : http://www.google.com/patents/US5104069

De plus, ces activités sont décrites sur le site du gouvernement français à la rubrique Centre d'Etudes Stratégiques Aérospatiales. Des épandages seraient "envisagés", "visant à stabiliser le système climatique par une gestion directe de l’équilibre énergétique de la Terre, de façon à remédier à l’effet de serre", : http://www.cesa.air.defense.gouv.fr/IMG/pdf/ingenierie.pdf . Même s'il est dit que ces activités ne sont qu'envisagées, il suffit de regarder au-dessus de nos têtes pour constater qu'elles sont bien d'actualité.


Ensuite, pour un sujet qualifié de "théorie", il est étonnant d'apprendre qu'il est traité à l'ONU : https://www.youtube.com/watch?v=nHm_1dFvD0g , où l'une des membres, Rosalind Peterson, parle des effets nocifs des activités militaires de modification du climat sur l'environnement.

Ici, on peut lire un rapport du laboratoire Analytika sur des filaments aéroportés collectés en France : http://www.labo-analytika.com/documents/20131030_Dumas-18_Rapport_analytique_AnAlytikA.pdf .
On y apprend que ces filaments sont des "polymères organiques complexes". Tous les échantillons analysés contenaient des phtalates (perturbateurs endocriniens reconnus) et trois des quatre échantillons contenaient du DEHP (autre perturbateur endocrinien reconnu). Il est expliqué que ces molécules organiques sont préoccupantes tant pour la santé humaine que pour l'environnement, et qu'elles pourraient résulter de la recombinaison des substances rejetées par les réacteurs d'avion en haute altitude. Bernard Tailliez, l'analyste, veut attirer l'attention de l'opinion publique et des médias sur cette nouvelle forme de pollution atmosphérique.
Ce rapport a été fait en octobre 2013, un scientifique a manifesté son inquiétude par rapport à ces substances qui se retrouvent dans l'air, dans l'eau, dans les aliments que nous absorbons, et pourtant, seuls ceux qui s'informent sont au courant.

Ici, on peut lire un rapport d'une autre analyse effectuée à Besançon par le laboratoire Qualio sur plusieurs mois, qui montre une augmentation de 800% du taux d'aluminium en 16 mois, et de 100% des taux de baryum, strontium et titane en 8 mois, dans l'eau de pluie : http://www.acseipica.fr/echange-l-bernard-maire-miserey-salines-25/ . Ce qui confirme l'hypothèse de l'épandage volontaire de ces substances dans l'atmosphère.

Ici, une étude norvégienne traite des effets de la géo-ingénierie sur la vie végétale : http://blogs.mediapart.fr/blog/will-summer/210313/etude-norvegienne-les-effets-biologiques-des-retombees-de-la-geo-ingenierie-sur-la-vie-vegetale
On peut y lire :
"Les implications théoriques ainsi que les preuves scientifiques indiquent que des nano-particules de <100nm [1/1O.OOOème de millimètre, ndt] de (Ba, Srx) TiO3 [titanate de baryum/strontium - baryum=Ba, strontium=Sr, le 'x' indique l'usage de plusieurs isotopes de cet élément, titane=Ti, le suffixe -ate indique un composé contenant de l'oxygène, O - ndt] telles que celles faisant l’objet de discussions, en tant que composantes de l’ensemencement du nuages dans les brevets de modification climatique globale, nuiraient aux végétaux en :
 - interrompant la communication cellulaire au seuil d’absorption de rayonnement UV de 230nm, en absorbant les faibles signaux UV intracellulaires responsables du déclenchement de la division cellulaire ;
 – irradiant l’ADN de la plante avec de la lumière hautement énergétique de longueur d’onde (λ) de 230nm stockée dans un état excité dans les nucléides [les protons et les neutrons présents dans le noyau des atomes, ndt] de baryum et de strontium. Cette excitation est provoquée par l’exposition aux radiations cosmiques dans les nuages. (...)
 - déséquilibrant le potentiel électrique de la cellule lorsque stimulée par le champ électromagnétique terrestre, des radiations radar ou des micro-ondes, en relâchant des électrons libres lors d’une altération induite dans leur géométrie cristalline selon leurs propriétés piézo-électriques, rendant les plantes vulnérables aux attaques fongiques."

Donc oui, Audrey Garric a raison, certaines traînées de condensation stagnent et forment des nuages, mais des conditions climatiques particulières sont nécessaires pour que ce phénomène ait lieu, à savoir l'humidité de l'air. C'est-à-dire que si vous vous retrouvez en plein été, avec un air bien sec et chaud, et que vous pouvez observer au-dessus de votre tête des avions qui volent côte à côte et qui se croisent jusqu'à former un quadrillage organisé, qui se changera en un immense voile recouvrant le ciel quelques heures plus tard, ce ne sont pas de simples avions de voyage mais des activités de modification du climat visant à atténuer le réchauffement climatique.

Alors avant d'écrire un article sur un sujet dont elle ne savait absolument rien, la moindre des choses pour Audrey Garric aurait été de s'informer elle-même plutôt que de tenter d'informer qui que ce soit. En tant que personne intéressée par l'écologie, elle ferait d'ailleurs mieux de se documenter sur ce sujet plutôt que de le ridiculiser.

Dans un commentaire Twitter, en réponse à un internaute qui lui reprochait cet article de désinformation, Audrey Garric a rétorqué : "Libre à vous de préférer les élucubrations de quelques illuminés aux affirmations de scientifiques reconnus."
Donc, Audrey Garric pense que les scientifiques mêlés à cela en parleraient ouvertement, voire que tous les scientifiques seraient au courant. Dans un monde où la transparence serait de rigueur, pourquoi pas, mais nous savons bien que c'est loin d'être le cas. J'ajouterai à ça une phrase d'Albert Einstein, qui je l'espère, entrera dans les critères de scientificité d'Audrey Garric : "Il faut prévenir les hommes qu'ils sont en danger de mort. La science devient criminelle". Alors qui croire ? Un homme qui s'en est cruellement voulu d'avoir créé la bombe atomique pour des personnes mal intentionnées, ou les héritiers d'un système scientifique criminel basé sur le secret et le profit ?

Audrey Garric ne semble pas au courant de l'existence de ces épandages, ce qui est étonnant pour une journaliste puisque l'information a même été diffusée sur TF1 : https://www.youtube.com/watch?v=9zd...
Dans cet extrait, il est expliqué que, dans le monde, des activités de modification du climat ont lieu pour remédier au réchauffement climatique, ou ici à Pékin, à la sécheresse. Il est dit qu'il est possible de faire pleuvoir ou neiger à l'aide de "produits" épandus par avion dans le ciel. On y apprend aussi que la communauté scientifique est divisée en deux parties : ceux qui y voient une avancée technologique sécurisée et les autres, qui s'inquiètent des effets des produits utilisés sur l'environnement et la santé humaine.

Enfin, j'ai vu qu'Audrey Garric "suivait" Hervé Kempf, qu'elle n'a manifestement pas assez lu. Je transmets donc un article de son journal Reporterre : "Pour éviter de réduire les émissions de CO2, Bill Gates et les milliardaires rêvent de géo-ingénierie" http://www.reporterre.net/spip.php?...
Personnellement, je préfère me fier à de vrais journalistes, tels que Hervé Kempf ou Edwy Plenel, qui ont fait leurs preuves et qui dénoncent ces activités, plutôt qu'à une blogueuse du Monde au service de la pensée unique, qui régurgite une soupe mensongère pour endormir la population.

En espérant qu'à l'avenir, Audrey Garric saura étoffer un peu plus ses recherches.

Source

PRIÈRE DE DÉGAGEMENT ET DE PURIFICATION

Le CORPS de LUMIÈRE

Je demande à mes Guides, aux Forces de Lumière, avec l’aide des Anges et de tous les Esprits supérieurs et bienveillants concernés, de joindre leurs efforts et leur puissance afin qu’il soit maintenant procédé au nettoyage total, purification et remise en état complète de mon corps physique, mes corps énergétiques, mon Aura, et de tous les plans de mon être…

Je demande que toutes les entités négatives et nuisibles, toutes les entités diaboliques, tous les Démons et toutes les Puissances du mal, toutes les entités magiques nuisibles, quels que soient leur origine, leurs liens et leurs buts, toutes les entités parasites, toutes les larves et résidus, et toutes les formes-pensées négatives, qui se trouvent actuellement dans mon corps physique, mes corps énergétiques et mon Aura soient maintenant totalement et définitivement détruites, dissoutes ou désintégrées.

Si certaines de ces entités ne peuvent ou ne doivent pas être détruites, qu’elles soient éloignées ou rejetées dans leur plan d’existence d’origine, et que tous les Esprits malveillants et nocifs soient éloignés de moi.


* Que toutes les énergies négatives et nuisibles présentes soient maintenant éliminées ou purifiées,
* Que toutes les mémoires négatives liées à des entités, à des actes de magie, à des événement passés, à des conflits non résolus ou à des mémoires ancestrales, que toutes ces mémoires soient maintenant totalement effacées…
* Que toutes les « cordes » ou liens me reliant à des entités, à des énergies nocives, aux Forces du Mal, à un passé contraignant, ou à des personnes néfastes pour moi soient maintenant totalement coupés.
* Que TOUS les actes de magie, tous les actes de sorcellerie, d’envoûtement, de malédiction et de malveillance, de quelque ordre, de quelque nature et de quelque origine qu’ils soient, qui ont été volontairement mis en place contre moi, ou qui m’ont atteint accidentellement, ou qui m’ont atteint à travers des tiers, à travers des entités, ou à travers mes ancêtres, que tous ces actes soient maintenant détruits, dilués, dissous ou désactivés.


Je demande que chacun de mes corps énergétiques soient maintenant minutieusement contrôlé, vérifié et restructuré, que l’ensemble soit parfaitement recentré autour de mon corps physique, équilibré et harmonisé, que les décalages et déformations soient supprimés et corrigés, que les enveloppes soient réparées, les trous bouchés, les fuites d’énergie supprimées, que toutes les brèches, déchirures, blessures, meurtrissures, et programmes erronés soient corrigés et réparés.

Je demande que l’ensemble de mon corps physique, mes corps énergétiques, mon Aura, et les divers plans de mon être soient maintenant totalement nettoyés, purifiés, équilibrés, harmonisés, débarrassés de toute entité ou présence indésirable et de toute souillure, et que l’ensemble de ma structure énergétique soit réparée et équilibrée.



Je demande à être inondée de Lumière, d’énergie positive et d’Amour Universel, et à être protégé en permanence, maintenant et toujours, contre toute agression, maladie ou accident physique ou psychique, méchanceté, malveillance et mauvaise fortune…

Je demande que tout cela soit fait maintenant. Par la grâce de Dieu, ainsi Soit-Il. Merci !

Je remercie mes Guides, mes Anges, je remercie tous les Esprits supérieurs et bienveillants qui ont apporté leur aide, pour l’accomplissement de ces actions et purifications, ainsi que pour leur protection, et je leur demande de rester présents, vigilants et actifs autour de moi jusqu’à ce que toutes les entités négatives soient détruites, écartées, ou renvoyées dans leur plan d’origine, et que toutes les énergies aient été purifiées. Merci !
AMEN AMEN AMEN  

dimanche 17 août 2014

Pourquoi des sanctions contre la Russie ?

Que les États-Unis en aient contre Poutine, ce Président courtois, intelligent, mais également ferme et déterminé face à l’arrogance de ces derniers, ça se comprend, mais que le Canada et la majorité des pays de l’Europe le suivent comme de petits caniches, laissent songeur.

Comment peut-on expliquer et comprendre cette vague de sanctions contre Poutine et la Russie? Les punir de quoi? Ont-ils envahi des pays, menacé des peuples, encouragé le terrorisme un peu partout dans le monde? À ce jour, la Russie de Poutine a plutôt un profil de promoteur de paix en favorisant en tout la voie du dialogue et de la diplomatie pour résoudre les problèmes. Nous n’en sommes pas à une Russie conquérante, déployant des armes pour s’assujettir des peuples et s’emparer de leurs richesses. La Russie d’aujourd’hui agit dans le cadre du droit international et développe une diplomatie dans le respect et l’égalité des droits de chaque peuple.  
En Syrie, la Russie a toujours favorisé la voie de la négociation. Son expérience malheureuse en Libye avec ces fameux bombardements humanitaires qui n’avaient rien d’humanitaire l’a définitivement écarté de ce club des envahisseurs. Il n’est pas surprenant qu’elle se soit opposée à la présence de mercenaires, financés et armés par l’Occident pour créer le chaos en Syrie et renverser le gouvernement légitime du président Al Assad. D’ailleurs, ce dernier vient d’être reconduit par le peuple syrien pour un nouveau mandat à la présidence du pays. 
En Amérique latine, Poutine a consolidé des relations politiques et économiques avec de nombreux pays de la région, en respectant le droit international et les diverses conventions qui régissent ces relations. Lors de son séjour, il a participé à la rencontre annuelle des pays membres du BRICS. Des décisions importantes y ont été prises sur le plan financier et commercial. Les pays qui intègrent UNASUR ont pu échanger et participer à leurs échanges. On peut dire qu’il s’agit d’une tournée latino-américaine qui s’est déroulée sans incident et dans un climat de grand respect. De nombreux accords ont été signés et l’accueil a été chaleureux dans tous les pays où il est passé. 
En Ukraine, Poutine ne fait que réagir à des situations qui surgissent suite aux politiques du nouveau gouvernement qui affectent particulièrement le segment de la population ukrainienne de culture russe. Ces politiques ont conduit ces segments de population à protéger leur autonomie et leur indépendance. Ce fut le cas de la Crimée qui a effectivement voté pour son indépendance et que Poutine, à leur demande et avec l’accord du parlement russe, a reconnue. Pour la région du Sud-est, la population a voté pour son autonomie en réclamant la création d’une fédération avec le gouvernement de Kiev. Ce dernier, sous influence de l’Occident, a choisi plutôt la guerre que la négociation. 
C’est dans ce contexte que se produit l’écrasement de l’avion malaisien ayant à son bord 298 personnes, toutes décédées. L’avion du président Poutine a été précédée de l’avion Malaisien d’à peine 37 minutes de l’endroit précis où s’est produit  l’attaque de l’avion malaisien. Il revenait de l’Amérique latine en direction de Moscou. Certaines rumeurs veulent que l’avion à abattre fût celle du président Poutine. Toujours  est-il que les premiers accusateurs furent Washington et Kiev et que les premiers  accusés de cet écrasement furent les miliciens prorusses et derrière eux Moscou.
Le tam-tam des accusations et des rumeurs, toujours sans preuve à l’appui, furent relayées par les médias officiels et répétées à satiété par les journalistes, les spécialistes à gage et les alliés, devenus de véritables petits caniches soumis à Washington. Entre temps, d’autres sources, cette fois beaucoup plus documentées, y voyaient plutôt une action directe de Kiev, planifiée et orchestrée par Washington et l’OTAN. 
Ces nouvelles sources d’information démontrèrent que l’avion HK17 était suivi par deux avions de chasse d’Ukraine, qu’un des satellites-espions des États-Unis couvrait à ce moment l’ensemble du territoire Ukrainien, que les milices ukrainiennes prorusses ne disposaient d’aucune arme pouvant atteindre une cible à si haute altitude et encore moins du personnel technique pour les utiliser. 

On a également appris qu’il était possible, selon l’analyse des traces laissées sur les débris de l’avion, qu’il ait été atteint par des tirs d’un des avions de chasse qui le suivait de près. Pour ceux qui se laissent encore convaincre par la video présentée dès le début comme une preuve irréfutable de la culpabilité des miliciens pro-russes, je vous réfère à cette analyse.
Toutes ces hypothèses n’ont jamais été rapportées par nos médias et encore moins reprises par nos gouvernements. Je me permets de vous référer à trois articles, 1 , 2,  et 3 que j’ai publiés sur le sujet. Plus importants que les articles eux-mêmes ce sont les centaines de commentaires, dont certains, fort bien documentés. Pour le moment, les inspecteurs ont quitté les lieux des débris pour poursuivre leurs analyses à la Haie. Il faut noter que le gouvernement de Kiev a poursuivi ses tirs d’obus en direction des lieux de l’écrasement de l’avion, rendant plus difficile le travail des experts. C’est comme s’il craignait que les débris leur révèlent des secrets sur ce qui s’est vraiment passé.
Pendant ce temps, des dizaines de milliers de personnes se voient obligées de se réfugier en Russie pour échapper aux bombardements et à la crise humanitaire qui sévit dans la région du sud-est. La Russie a présenté, tout récemment, une résolution au Conseil de sécurité des Nations Unies pour qu’un corridor d’aide humanitaire permette à la Russie et à la Croix rouge internationale d’acheminer des secours aux populations vivant sans eau, sans électricité et complètement démunies. Les États-Unis s’y sont opposés.  Une véritable crise humanitaire.
En dépit de ce refus, la Russie et la Croix rouge acheminent en ce mardi, 12 août, une aide humanitaire. Déjà Washington et l’OTAN, son bras armé européen, ont dit qu’ils allaient considérer cette intervention comme une intervention militaire russe. Il faut dire que depuis les tout débuts de l’intervention étasunienne en Ukraine, le but recherché est d’entraîner la Russie à intervenir en Ukraine pour justifier une guerre visant à prendre le contrôle de toute la région, y compris de la Russie. À ce jour, Poutine s’est bien gardé de donner prise à une telle intervention. Il sait très bien ce que recherche Washington et les pays de l’OTAN, ces petits caniches sans personnalité et sans fierté.
Ne pouvant entraîner Poutine sur le chemin de la guerre, ils essaient maintenant de le blesser dans son économie avec des sanctions. C’est bien mal connaître Poutine et ses alliances avec les pays du BRICS et plusieurs pays du monde, dont l’Amérique latine qui se sent plus en confiance avec Poutine qu’avec Obama. Le premier a l’appui et la confiance de son peuple, le second se soumet aux volontés des puissants à qui il a voué obéissance et soumission. Le premier respecte l’indépendance des peuples, le second se les subordonne. Il n’est pas surprenant que Poutine réponde à ces sanctions par d’autres sanctions de nature à secouer les secteurs les plus névralgiques de la population de manière qu’ils interpellent leurs gouvernants.
Il m’arrive parfois d’imaginer un immense amphithéâtre à l’intérieur duquel nous sommes tous et toutes. L’obscurité y est totale. Seuls ceux qui y disposent de puissants réflecteurs peuvent éclairer ce qui se passe dans ce monde. Ils dirigent leurs réflecteurs là où ça leur convient le mieux. Ainsi, ce que nous voyons n’est que ce que les maîtres de ces réflecteurs veulent bien nous montrer. Les journaux, les télévisions, les journalistes, les faiseurs d’opinions de nos sociétés occidentales sont ces réflecteurs et travaillent tous et toutes dans le même sens. Nous ne voyons que ce qu’ils veulent bien nous montrer et tout est fait pour que ce soit le plus vraisemblable possible
Toutefois, il faut se réjouir de l’arrivée d’autres intervenants disposant de nouveaux réflecteurs et qui nous font découvrir d’autres aspects de ce monde qui nous étaient cachés. Ce sont les réflecteurs de l’information alternative que rend possible l’internet et ces milliers de personnes à travers le monde qui apportent des étincelles qui finissent par devenir un immense éclairage. On y découvre les mensonges, les tricheries, les demi-vérités, les manipulations, la mauvaise foi de ceux qui avaient le monopole de ce qu’il fallait voir et croire.
J’espère que mes interventions s’ajoutent à ces milliers d’autres et  apportent quelque chose de ces étincelles qui éclairent et donnent à la vérité plus de place.

jeudi 14 août 2014

Pourquoi manger du poisson n’est pas toujours bon pour la santé

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est recommandé de manger du poisson, ce serait bon pour le cœur et la mémoire, mais à cause de l’activité humaine certains sont potentiellement toxiques. C’est pourquoi l’ANSES (l’agence de sécurité alimentaire) ne recommande pas plus de 2 portions par semaines.
 
Depuis des décennies l’homme déverse des produits polluants dans les océans, de plus en plus de contrôles sont réalisés sur les poissons pêchés, mais on retrouve encore beaucoup de produits toxiques dans nos assiettes. Il y a des substances inorganiques comme le Mercure, l’Arsenic, le Zinc, le Plomb, le Cuivre, le Fer, mais aussi le Cadmium et le Sélénium. Toutes sont assez toxiques pour l’homme : risques d’intoxication aux métaux lourds, etc… On trouve aussi des composés organiques très dangereux comme le PCB (Polychlorobiphényle) les dioxines et des pesticides.

Le PCB était utilisé en France comme additif et isolant de toutes sortes, il est désormais interdit et les préfets peuvent règlementer la pêche au-dessus d’un certain seuil de pollution. Les PCBs sont cancérigènes (risque de cancer du foie, du pancréas et des voies biliaires), ils augmentent aussi les risques d’infertilités, même à faible dose et se fixent aux graisses dont le lait (maternelle). Il est donc déconseillé par l’ANSES de manger plus d’une portion de poisson par mois pour les femmes enceintes ou qui allaitent.

Certains PCBs sont compris dans la famille des dioxines qui ont donc les mêmes effets. On peut rajouter aux dioxines des risques de déficience du système hépatique (le foie) et du système immunitaire. Elles sont créées soit naturellement par les éruptions volcaniques, soit par l’homme comme sous-produits de fabrication industrielle tel que le blanchiment du papier. On les retrouve aussi dans certains pesticides et insecticides.

La dernière forme de pollution est l’ensemble des composées chimique relatif à l’élevage et la pêche. Dans cette catégorie on trouve des sulfites (généralement utilisés comme conservateurs, c’est aussi ce qui donne mal à la tête dans le vin), des polyphosphates (régulateurs d’acidité potentiellement dangereux) et les médicaments d’élevage (antibiotiques, hormones, etc.).
Pour conseiller les utilisateurs, certains sites donnent des indications sur les poissons les plus sains. Voici un tableau récapitulatif pour le mercure et l’selon l’encyclo-écolo et sciencetavenir.
Capture d’écran 2014-08-13 à 13.44.12
Sources : Who, Fao

Voici ce que nous pouvons apprendre du pays le plus malheureux au monde

Le pays le plus malheureux au monde est la Moldavie. Par contre, les pays les plus heureux sont l'Islande et le Danemark. C'est à cette conclusion qu'arrive Eric Weiner, qui, pour son livre « The Geography of Blis : One Grump's Search for the Happiest Places in the World », est allé à la recherche des besoins d’une population pour être heureuse. De son étude, il ressort qu'il ne s'agit pas tant de richesse ou d'égalité de revenus, mais plutôt d'amitié, de confiance et d'un bien-être matériel relatif dont les habitants d’un pays ont besoin pour être heureux.

Dans son ouvrage, Weiner met à mal un certain nombre de clichés à propos du bonheur :

✔. Le PIB ne détermine pas le degré de bonheur d’une population. Ainsi, les Etats-Unis ne se trouvent qu'à la 23ème place dans le classement des pays les plus heureux au monde. Par exemple, le PIB des Etats-Unis a triplé depuis 1960, mais le bien-être a stagné.

✔. L'égalité de revenus n'est pas en corrélation avec le bonheur. Les habitants de pays égalitaires ne sont pas nécessairement plus heureux que ceux des pays où un grand fossé sépare les pauvres des riches.

✔. Une société diversifiée n'est pas nécessairement plus heureuse. Les différents Etats des Etats-Unis ne sont même pas dans le top 20 des pays les plus heureux, mais des pays homogènes comme l'Islande ou le Danemark sont en tête de liste. Selon un rapport récent du Crédit Suisse, l'homogénéité, une caractéristique du succès des petits Etats, joue un rôle important. Selon les auteurs de ce rapport, « les différences culturelles, ethniques, religieuses et linguistiques créent un plafond à la taille potentiel d'un pays ».

✔. La démocratie ne rend pas heureux, mais une population heureuse aspire à des institutions démocratiques.

✔. Beaucoup des pays les plus heureux au monde présentent également des taux élevés de suicides.

✔. Des personnes ayant une conviction religieuse sont souvent plus heureuses, mais les Etats où prime une religion ne sont pas heureux.

L'enquête de Weiner montre que l'amitié, la confiance et la tolérance sont les facteurs les plus importants pour le bonheur d'une nation et il en arrive à un certain nombre de conclusions intéressantes :

✔. La raison pour laquelle l'Islande et le Danemark obtiennent un aussi bon score est en relation avec les communautés restreintes dans lesquelles vivent les habitants de ces pays, où l’on vit entouré des parents, des amis et des connaissances. « Le bonheur est 100% relationnel », affirme Weiner.

✔. Votre place dans la société est moins importante que la qualité de celle-ci. Il est préférable d’être petit poisson dans une rivière propre qu'un gros poisson dans un océan pollué.

✔. La Moldavie est le pays le plus malheureux au monde car il est le plus pauvre dans une région riche et que l'on ne sait pas comment régler cette situation. La culture moldave accorde peu d'importance à l'amitié, la confiance et l'altruisme et c'est pourquoi la position économique relativement mauvaise du pays rend sa population amère et malheureuse. En 2011, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a calculé que les Moldaves sont les plus grands consommateurs d'alcool au monde. Les quelque 3,1 millions de Moldaves consomment chaque année en moyenne chacun 18 litres d'alcool pur, soit trois fois plus que la moyenne mondiale de 6,1 litres.

✔. L'argent est important, mais dans une moindre mesure que ce que nous pensons. La manière dont une culture est imprégnée de valeurs comme l'amitié, la confiance et l'altruisme a davantage d'influence sur le bonheur collectif que la richesse ou les égalités.

La France subventionnée par les Etats-Unis comme un vulgaire petit pays satellite

La France subventionnée par les Etats-Unis comme un vulgaire petit pays satellite
François Hollande nous avait montré à maintes reprises qu’il se comportait exactement comme tous ces petits chefaillons « élus » à travers le monde qui vont prendre leurs ordres à Washington. Mais il donnait toujours l’impression d’être un chefaillon haut placé dans la hiérarchie des chefaillons, en se courbant plus bas que les autres, en offrant plus de services et en montrant plus de zèle dans l’obéissance que ses homologues, ce qui lui permettait de sauver quelques apparences pour que certains nostalgiques puissent encore traiter les dirigeants du tiers-monde de roitelets et de dictateurs.

Mais l’empire vient de mettre les points sur les i. Lundi, Barack Obama a donné son feu vert pour débloquer à la France une aide militaire de 10 millions de dollars, bien loin des milliards annuels d’Israël, et même de l’Égypte. Cette aide est destinée, selon Washington, à soutenir la France dans «ses opérations antiterroristes» au Mali, au Tchad et au Niger. S’il pouvait encore subsister quelques doutes sur la finalité des interventions françaises en Afrique, les choses sont désormais claires : des soldats français vont risquer leurs vies au Mali, au Niger, au Tchad… pour les beaux yeux de l’Oncle Sam.

La France n’a-t-elle plus les moyens d’entretenir son armée ? Avec les malheureux 10 millions de dollars (un peu plus de 7 millions d’euros) alloués « aux opérations de transport aérien et de ravitaillement en vol des unités françaises déployées dans ces pays », comme le précise Edward Price, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, on peut penser que la planification de l’opération Barkhane a dû être faite au Pentagone. 

L’armée française, qui était devenue une armée de supplétifs, est en train de se transformer en une armée de mercenaires. A la différence des mercenaires habituels des Etats-Unis, formés dans des camps d’entraînement, les futurs officiers ont encore à leur disposition de prestigieuses écoles comme Saint-Cyr, Polytechnique, l’École de l’Air, etc… Mais il faudra qu’ils s’attendent, désormais, à effectuer leur année d’application à West Point pour américaniser et normaliser leur formation s’ils veulent avoir une chance d’évoluer dans cette nouvelle armée.