lundi 30 mars 2015

Manipulation et Conditionnement : Comment s'en libérer


Manipulation pyramidale

Le système de manipulation ne fonctionne que grâce au système pyramidal cloisonné et seul celui qui est au sommet de la pyramide connaît tout de l’organisation de celle-ci et du but poursuivi dont il est l’instigateur. C’est ainsi que l’adage « diviser pour régner prend tout son sens ».
Dans tout système pyramidal cloisonné il existe une multitude de Hiérarchies supérieures les unes aux autres, prenons l’exemple d’un organisme bancaire :
  • Au niveau le plus bas on trouve les employés qui doivent obéir aux instructions de leur chef d’agence et réaliser certains objectifs mais ne sont pas au courant de l’Éthique véritable du Grand Directeur.
  • Au second niveau on trouve les chefs d’Agence qui eux aussi sont soumis au directives de Directeurs régionaux mais n’en savent pas plus.
  • Au 3° niveau on trouve les Grands directeurs portant l’Emblème de la Banque (Crédit Agricole, Banque Populaire etc.) qui ne sont pas au courant de ce qui se trame plus haut.
  • Au 4° niveau se trouve la Banque d’État qui gouverne toutes les banques
  • Au 5° niveau trouve la Banque Mondiale dirigeant toutes les Banques d’État et c’est là que se trouve l’Entité gouvernante qui détermine l’Éthique et son but. Cette entité délègue aux Hiérarchies inférieures le soin d’accomplir les multiples tâches afin que tout fonctionne pour concrétiser ce but.

C’est ainsi que l’employé qui travaille dans une agence bancaire peut sans le savoir participer à un programme de mondialisation et de manipulation mondiale sans en être réellement averti. L’Organisme bancaire qui l’emploie peut très bien utiliser ses bénéfices pour financer des guerres, la vente d’armes ou des trafics de drogue ou manipuler les dirigeants et chefs d’État… Chaque niveau Hiérarchique n’est donc au courant que d’une partie du puzzle…

Révéler n’est pas lutter contre.

Lorsque la masse populaire avertie par certains crie « les banquiers sont tous des voleurs » il importe de ne pas « condamner » les employés et hiérarchies intermédiaires qui ne sont pas au courant des véritables buts de l’organisme pour lesquels ils travaillent. Ce processus est identique dans tous les secteurs, et ceux qui « travaillent » ne sont donc pas ceux qu’il faut condamner car cela maintient les luttes sociales entre différentes professions. Chaque « employé » digne de ce nom s’efforce de bien faire son travail tout en étant persuadé que celui-ci apporte un bienfait au tout et ceci dans tous les domaines :
  • L’employé de banque est persuadé qu’il aide ceux et celles à qui il consent des prêts
  • L’infirmière, le médecin et le laborantin sont intimement convaincus qu’ils apportent un bienfait à ceux qu’ils soignent, ils font tout ce qui est en leur pouvoir cependant sans s’en rendre compte ils favorisent les bénéfices des gros investisseurs détenteurs des hôpitaux et des laboratoires pharmaceutiques qui s’enrichissent avec cela.
  •  Le curé de campagne et la bonne sœur qui soigne les pauvres sont dignes de foi et font tout leur possible pour transmettre leur foi par le biais de divers rituels, pratiques et services rendus alors qu’ils oeuvrent pour maintenir en place un Gouvernement religieux sont les buts sont plus ou moins mystérieux.
  • La journaliste qui anime le 20 heures ne transmet que ce qu’on lui permet de partager sans être au courant d’autres faits qu’on lui cache et est persuadée qu’elle fait bien son boulot.
  • L’ouvrier qui travaille dans une usine de décolletage ne sait pas si les pièces qu’il fabrique seront utilisées pour créer des montres suisses, des automobiles ou des armes destructrices.
  • Le marchand de légumes ou le boulanger vend les produits qu’il pense être sains mais sans s’en rendre compte distribue aussi de la nourriture modifiée génétiquement ou de la farine polluée par des produits chimiques
  • Le gendarme fait de son mieux pour accomplir sa tâche de surveillance sans savoir qu’ainsi il participe à la surveillance collective qui permet de tracer tous les individus et leur ôter ainsi toute liberté d’être.
Aucune profession n’échappe au processus et même celle qui consiste à révéler la manipulation. Au sein de toutes les Institutions il existe des gens bien intentionnés et d’autres dont les intentions sont plus égocentriques mais il ne nous revient pas de juger qui que ce soit. Il ne s’agit pas de nier la « manipulation » ni de lutter contre, il suffit de révéler le processus à ceux et celles qui l’ignorent afin qu’ils voient plus clairs et soient plus attentifs à ce qu’on leur propose mais ne pas donner trop d’Attention a cela qui fait partie intégrante du plan de l’Illusion. Lorsqu’on nous propose ceci ou cela il suffit alors de «savoir discerner » de prendre du recul afin d’anticiper les tenants et aboutissants de cette proposition et de choisir en toute liberté selon notre intime conviction ainsi on ne sera plus manipulé puisque « conscient »

Dés qu’on agit avec conviction on tend vers la manipulation.

Dés qu’on essaie par différents moyens de convaincre et d’imposer ces « Vérités » on devient soi-même manipulateur puisqu’on étaye toutes nos révélations par des arguments ou preuves que l’on considère comme véridiques.
Hors on sait que « tout observateur modifie ce qu’il observe ». Dés qu’on observe on « pense » et nos pensées modifient l’agencement des choses en relation avec notre point de vue. Dés qu’on à découvert une vérité fondamentale (c’est-à-dire une information qu’on à vérifié par l’expérience) on peut partager celle-ci par le biais d’Internet ou des médias et notre Vérité devient alors une « croyance »pour ceux et celles qui la recevant l’acceptent et alignent leur comportement en fonction des révélations faites. On devient ainsi manipulateur de conscience et l’on est soi-même manipulé par nous-mêmes puisque obnubilés par cette idée de manipulation on ne voit tout ce qui se passe que par ce « filtre » et on devient obsédé par cette vision étroite (Judas)

On ne peut jamais transmettre une Vérité (une Vérité provient d’un ressenti intérieur et intime résultant d’une expérience personnelle) on ne peut transmettre que des croyances. Dés qu’une Vérité est partagée elle devient croyance. On ne peut donc que proposer des informations (que l’on sait être vérités) sans vouloir les imposer par une multitude d’arguments. Chacun d’entre nous expérimente le monde qu’il cocréé par sa vision intérieure : le monde devient ce qu’on croit qu’il est.

Celui qui est totalement convaincu de la manipulation finit par en voir les traces un peu partout et il ne voit plus que cela et pour lui tout est corrompu et manipulé et il passe sa vie à inciter les autres à entrer en guerre contre ceci, cela. C’est ainsi qu’il s’auto manipule et pensant faire le bien manipule aussi les autres. C’est ce principe qui est utilisé dans tous les mouvements sectaires dirigés par un faux gourou qui se positionne en Maître à penser et qui ainsi manipule les consciences.

C’est ce qui s’est passé au Moyen Age lorsque les inquisiteurs voyaient le diable partout et utilisaient tous les arguments convaincants pour déloger celui-ci de tout individu (ils étaient persuadés qu’il était logé en chacun sauf en eux naturellement) et pour cela utilisaient des moyens violents révélant ainsi que le seul Diable qui existait était celui qui les habitant les amenait à torturer les gens de bien. Ils permettaient ainsi au Diable qu’ils disaient combattre de s’exprimer par leur comportement.

Alors que faire pour en sortir ??? 

Dés qu’on est averti que la manipulation fait partie intégrante de notre expérience il s’agit dans un premier temps de prendre un temps de réflexion et de recul afin de pouvoir remonter en quelque sorte au sommet de la pyramide.

C’est ainsi que l’on peut essayer d’en savoir un peu plus sur les buts réels de la société qui nous emploie et essayer d’aller voir en amont quels intérêts elle sert vraiment. certes cette découverte peut nous causer un sacré cas de conscience obligeant à une remise en question car lorsqu’on s’aperçoit qu’on travaille pour une entreprise qui participe à un plan de destruction humaine ou de pollution planétaire on doit faire un choix : soit on continues à travailler pour celle boite en se sentant coupable de participer à ce programme, soit on donne sa démission et on cherche un autre boulot ce qui libère notre conscience mais préoccupe notre esprit qui se sent insécurisé quand à son avenir matériel.
Il est évident qu’il est de plus en plus difficile de trouver une entreprise dont l’éthique est irréprochable mais cela est toujours possible, combien d’enseignants, de médecins, d’infirmières et d’ouvriers ont il osé quitter leur emploi en s’apercevant que celui-ci ne correspondait pas à leur Éthique ? Beaucoup plus qu’on ne le croit… ces personnes dignes de foi montrent le chemin, cependant celui-ci n’est guère facile car il est beaucoup plus facile de « fermer les yeux » et de laisser faire les manipulateurs que de sortir de leur emprise.

Il ne sert donc à rien de critiquer tous ceux et celles qui s’en sans rendre compte œuvrent au service d’institutions manipulatrices car toutes les Hiérarchies qui manipulent leurs inférieurs sont elles mêmes manipulées par des Hiérarchies qui les gouvernent.

La sagesse vient du lâcher prise

Il ne sert donc à rien de lutter contre les manipulateurs puisqu’eux-mêmes sont manipulés, mais de lutter pacifiquement contre les Institutions qui par ce biais établissent le contrôle et le seul moyen que l’on à pour éradiquer cela c’est le boycott. La révolution pacifique : il suffit de ne plus donner foi à certaines inepties médicales, religieuses et monétaires. Le boycott ne peut commencer qu’à niveau individuel ainsi celui qui décide de ne plus participer à la manipulation génétique de l’alimentation s’efforce de ne se nourrir que de produits frais et naturels, celui qui ne veut plus alimenter les gros trusts et systèmes bancaires n’achète plus rien dans les supermarchés, celui qui veut participer à l’écologie n’achète que des produits locaux etc.… certes le boy cott au niveau personnel ne peut suffire, pour que cela soit efficace et provoque l’écroulement de tous ces trusts manipulateurs il faut que cela se répande au niveau de la conscience collective, ainsi informer est nécessaire mais chacun étant informé est totalement libre de participer ou non..

Tant que notre Attention est portée sur la lutte, les conflits entre humains ne peuvent cesser et les guerres continueront. Cela est valable dans tous les domaines. Le jour où les humains auront réalisé que nous sommes tous Un, un seul esprit qui s’est rendu manifeste par une multitude de formes complémentaires qui partageant les informations permettent l’instauration d’une société de paix harmonique. Alors peu importe que Dieu s’appelle Allah, Jésus, Mahomet, Bouddha, Marie ou Isis, qu’il soit homme ou femme. Il est bien au-delà de toutes ces définitions puisqu’il est Infini et donc Non défini.
 
La synarchie

Afin de sortir de cette structure pyramidale cloisonnée il ne s’agit pas de détruire la Pyramide mais de rétablir l’Unité entre toutes les Hiérarchies la constituant. Saint Yves d’Alveydre a révélé cela dans ses écrits sur la Synarchie : ainsi un des participants du premier niveau ( employé) fait aussi partie du Groupe du 2° niveau ( chefs) et ainsi peut communiquer les infos résultants des vécus du premier niveau, et parmi les chefs l’un d’entre eux participe aux réunions du 3° Niveau ( directeur) et ainsi de suite jusqu’au sommet et ainsi le Grand directeur est au courant de tout ce qui se passe dans son entreprise et inversement chaque niveau connaît tout ce qui se passe au dessus et en dessous de lui .

C’est ce genre de structure qui dans les temps anciens a permis la structuration d’entreprises familiales solides et durant pendant de nombreuses générations. Car celui qui se trouvait à la place dirigeante était celui qui de nombreuses années auparavant avait été lui-même créateur du projet en tant qu’ouvrier ou artisan et petit à petit avait réussi à développer son entreprise jusqu’à en devenir Directeur. Ainsi il connaissait tous les avantages et inconvénients de chaque niveau Hiérarchique et lorsque les ouvriers lui réclamaient quelque chose il était à même de mieux les comprendre puisque lui-même avait été ouvrier. Lorsqu’un directeur d’une telle entreprise passait le flambeau à son « fils », ce dernier commençait son apprentissage en tant qu’ouvrier et petit à petit montait dans les Hiérarchies : il devait faire ses preuves.

De nos jours cela ne fonctionne plus comme cela ( sauf certaines exceptions) et dans les hauts postes de direction des entreprises on trouve des Jeunes diplômés de hautes écoles qui n’ont jamais travaillé dans les niveaux inférieurs et la plupart d’entre eux ne connaissent que la partie théorie et marketing des produits qu’ils vendent. Ainsi le grand directeur d’une fabrique de fenêtre s’avère incapable d’en fabriquer une de ses propres mains et ne peut donc percevoir les difficultés rencontrés par les ouvriers et distributeurs. La communication est interrompue entre ceux qui fabriquent (ouvriers) ceux qui vendent (distributeurs) et ceux qui dirigent et encaissent les bénéfices.
Ainsi quand un père passe la main à son fils qui sort de l’Université bardé de diplômes celui-ci s’avère rapidement incapable de gérer l’entreprise ou tout au plus devient il un dirigeant qui exploite ceux qui travaillent pour lui. Ce genre d’entreprise ressemble alors fort aux systèmes féodaux du Moyen Age ou chaque individu travaillant la terre et chaque artisan n’était ni plus ni moins qu’un esclave au service de « seigneurs » qui ne faisaient rien d’autre que de profiter de la vie.

La disparition du Système pyramidal cloisonné ne peut s’accomplir que par un retour à la communication entre les différentes couches et la société et non une lutte perpétuelle entre nantis et moins nantis.

Lorsqu’ on devient conscient d’avoir été manipulé, il s’agit simplement d’agir pour ne plus l’être et de demeurer vigilant c’est à dire Être conscient à chaque instant de ce que l’on achète, de ce que l’on fait, de ce que l’on dit, que ce que l’on transmet . C’est une sorte de discipline intérieure qui débouche sur une sagesse vécue et partagée n’engendrant alors plus aucune polémique et c’est ainsi qu’on peut enfin trouver la Paix et la partager avec notre entourage.

Christian Duval (extrait)

dimanche 29 mars 2015

Fraises d’Espagne, on arrête le massacre ?


Aujourd’hui, attaque en règle de la fraise d’Espagne encore trop fréquente sur nos étals. La chiquita fresa de Donana va en prendre plein la poire. Attention, ça tâche !

Toxique à tous les étages, la fraise d’Espagne fait partie de nos importations massives :
plus de 80 000 tonnes chaque année.
Qu’on se le dise, l’envie de fraises n’est pas qu’une question d’hormones. Dès les premiers beaux jours tout le monde en veut dans son assiette, polichinelle dans le tiroir ou pas. L’industrie, toujours à l’affût de nos désirs intensifie donc la cadence. En 15 ans, la production mondiale a doublé. Chaque seconde on produit dans le monde 129 kilos de la belle rouge, soit au final plus de 4 milliards de kilos chaque année. Où ça ? Aux Etats-Unis et en Espagne qui assurent respectivement 1,1 milliard et près de 300 millions de kilos. Dans ce contexte, l’Hexagone avec ses 3 000 producteurs et ses 50 à 70 millions de kilos est… aux fraises.
Fraise contre lynx

Le problème c’est qu’en France, on se boulotte près de 2 kg de fraises par an et par personne. Si vous faites le calcul, ça fait donc 130 millions de kilos de fraises avalées : le compte n’est pas bon. Garriguette, ciflorette, charlotte ou mara des bois ne font pas le poids même si l’on intensifie les productions en multipliant les cultures hors sols. Pour combler notre déficit, on n’hésite pas à faire venir la belle en camion et à lui faire parcourir près de 1500 kilomètres. Car c’est en Andalousie, dans la région de Huelva qu’on en produit le plus.
Depuis les années 60, sur la côte Ouest de l’Espagne, c’est le paradis de la fraise et l’enfer des écologistes. Sur près de 6000 hectares, de gigantesques bâches recouvrent les paysages et grignotent en toute impunité le territoire du parc naturel de Donana, l’un des plus grands sites naturels protégés d’Europe. Mais ce n’est pas tout, les cultures pompent un tiers des réserves en eau de la région se souciant comme une guigne des besoins des 500 000 oiseaux qui y trouvent refuge chaque hiver, encore moins du lynx ibérique, figure locale menacée d’extinction. Pour éviter que la zone humide ne se transforme en savane, le WWF a tiré la sonnette d’alarme en 2007, des pétitions ont tourné sur le net. Mais la fresa espagna est toujours là.

4500 tonnes de plastique sont utilisées chaque année. Fantastique !
Garantie 100% produits chimiques
Elle est bonne au moins cette fraise d’Espagne ? Si on aime les fruits au goût de concombre, pourquoi pas. Si on apprécie les produits chimiques aussi. En 2005, la DGCCRF (la direction des fraudes donc) a trouvé des traces de pesticides dans 76% des barquettes contrôlées. Le verdict d’une étude allemande est encore pire : il y aurait au total plus de 105 molécules différentes détectées, parmi lesquelles le cyprodinil, le fludioxonil, le fenhexamide, le tolylfluanide (désormais interdit en France) et l’azoxystrobine. Bon appétit.
Saisons à la carte
Vous en voulez encore ? On continue. Claude-Marie Vadrot, journaliste baroudeur de la première heure et auteur « des fraises en hiver » rappelle que la production est totalement artificielle. L’été, les plants sont placés dans des frigos pour leur faire croire que c’est l’hiver et avancer la production. Au printemps, les bâches noires permettent de chauffer à bloc le sol. Et à l’automne, c’est le grand ménage de printemps. « La terre sableuse est nettoyée, stérilisée, la microfaune détruite, avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine. Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d’ozone signée en 1987 (dernier délai en 2005) ; le second, composé de chlore et d’ammoniaque est aussi un poison : il bloque les alvéoles pulmonaires en entraînant de violentes douleurs. Il a longtemps servi de gaz de combat et a été utilisé pour la dernière fois par Ali Hassan Al-Madjid dit Ali le Chimique, au Kurdistan, contre les Chiites et contre les Iraniens pour le régime de Saddam Hussein, ce qui lui a valu l’année dernière une condamnation à la peine de mort… »

Bio la fraise d’Espagne ? Certainement pas.
Résultat : à mesure que l’on trempe nos fraises dans la chantilly, les maladies de peau et de poumons explosent dans la région de Donana. Pendant que l’on commande un fraisier, des marocains, des roumains, des clandestins vivent dans des conditions plus que précaires pour un salaire de misère. Et le temps de lire cet article, plus de 3 tonnes de fraises ont été cueillies en Espagne.
A propos de l’auteur:

Hélène_avatar_1403729248-60x60
Hélène Binet
Son sourire est invincible mais sa vie semble impossible. Hélène écrit pour La ruche qui dit oui, pour des sites d’information alternatifs ou la presse traditionnelle ; elle publie des guides aussi différents que « Les arbres remarquables d’Isère » ou « Belle et bio à Paris » ; elle gère sa propre Ruche, l’une des premières et des plus grandes de France ; elle a trois enfants ; elle élève un chat. Quand on y pense on perd haleine. Pas elle.

http://www.sante-nutrition.org/fraises-despagne-on-arrete-le-massacre/#more-17066

mercredi 25 mars 2015

Pourquoi les gens défendent-ils des systèmes injustes, incompétents et corrompus?

Donnes un cheval à celui qui dit la vérité : il en aura besoin pour s'enfuir.

Comment se fait-il que les gens défendent et appuient des systèmes sociaux (gouvernements, institutions, entreprises…) qui s'avèrent injustes, incompétents et corrompus?
Dans le cadre de la théorie de la justification du système (1), en psychologie sociale, des études montrent qu'ils cherchent à maintenir leurs vues selon lesquelles leurs systèmes sociaux sont relativement légitimes, même lorsqu'ils sont confrontés à des informations qui suggèrent le contraire. Ils s'engagent alors dans des processus psychologiques qui visent à défendre le système et à le justifier.
Mais ils ne justifient pas leurs systèmes sociaux en tout temps, expliquent les psychologues Aaron C. Kay de l'Université Duke et Justin Friesen de l'Université de Waterloo. Certains contextes, proposent-ils dans une étude publiée en 2011 dans la revue Current Directions in Psychological Science, motivent davantage à défendre le statu quo.
Selon leur analyse des études sur le sujet, 4 conditions peuvent motiver à justifier un système.
  • Le système est menacé
    Lorsque menacés les gens se défendent eux-mêmes et défendent leurs systèmes. Par exemple, illustrent les chercheurs, avant la destruction des tours du World Trade Center de New York le 9 septembre 2001, le président George Bush plongeait dans les sondages. Aussitôt après, sa cote de popularité a grimpé ainsi que le soutien au Congrès et à la police.
    Autre exemple, lors de l'ouragan Katrina, les Américains ont été témoins de l'insuffisance "spectaculaire" de la capacité de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) à sauver les victimes. Pourtant, beaucoup de gens ont blâmé les victimes plutôt que d'admettre les ratés de l'agence et de soutenir des idées pour l'améliorer.
    En temps de crise, disent les auteurs, "nous voulons croire que le système fonctionne".

  • Les gens sont dépendants du système
    Les gens défendent également des systèmes desquels ils dépendent. Dans une expérience, illustrent les chercheurs, des étudiants ayant été mis dans un contexte les incitant à se sentir dépendant de leur université défendaient une politique de financement de cette dernière, mais désapprouvaient la même politique de la part du gouvernement. Mais lorsque mis dans un contexte les amenant à se sentir dépendants du gouvernement, ils approuvaient la politique de la part du gouvernement mais pas de la part de l'université.

  • Les gens ne peuvent échapper au système
    "Lorsque nous sentons que nous ne pouvons pas échapper à un système, nous nous adaptons. Cela inclut d'accepter des choses que, autrement, nous pourrions considérer indésirables", expliquent les chercheurs.
    Dans une étude, mentionnent-ils, les participants étaient informés que les salaires des hommes dans leur pays étaient 20% plus élevés que ceux des femmes. Plutôt que de considérer le système injuste, ceux qui estimaient qu'ils ne pouvaient pas émigrer avaient tendance à attribuer l'écart salarial à des différences innées entre les sexes. "On penserait que quand les gens sont coincés avec un système, ils voudraient davantage le changer", dit Kay. "Mais en fait, plus ils sont coincés, plus ils sont susceptibles d'expliquer ses lacunes."

  • Les gens ont peu de contrôle personnel
    Finalement, des études suggèrent que quand les gens sentent un manque de contrôle personnel sur leur propre vie, ils ont tendance à compenser en soutenant les systèmes et les dirigeants qui offrent un sens de l'ordre, afin d'être rassurés que les choses sont sous contrôle.

La justification, soulignent les chercheurs, n'est pas la même chose que l'approbation. En justifiant un système, les gens lui attribuent souvent des qualités qu'il n'a pas mais devrait avoir. Il y aussi des limites, des point de basculement, au-delà desquels les systèmes ne sont plus considérés comme étant moins légitimes, mais comme complètement illégitimes et donc presque impossibles à défendre.
psychomedia.qc.ca avec sources: Association for Psychologial Science, Current Directions in Psychological Science.
Tous droits réservés
Voyez également:
(1) Introduite par le psychologue John. T. Jost et ses collègues en 1994.
Psychomédia avec sources: Association for Psychologial Science.

Notre pain quotidien

Le respect et l’amour du travail bien fait, le respect et la gratitude pour les ingrédients qui vont composés ce pain,  voilà l’homme dans sa magnificence !
Nicolas Supiot cultive du blé de variétés anciennes, non hybridé, non modifié génétiquement par l’avidité et l’arrogance de l’homme, le blé que nous a offert la nature dans son abondance et sa générosité !
De l’eau filtrée pour la débarrasser de tous les poissons et déchets que nous nous ingénions à déverser frénétiquement, dans un vent de folie, dans tous les cours d’eau, et dynamisée pour lui redonner son énergie de vie.
La farine fraîchement moulue, le tour de main, le feu de bois…. Une merveille !
Juste de la regarder, on se sent nourrie au niveau du cœur et de l’esprit.
Le pain fruit de la terre et du travail des hommes, nourriture de base de si nombreuses civilisations !
Des expressions comme "gagner son pain", "casser la croûte", ou "avoir du pain sur la planche" montrent toute son importance culturelle.
Le blé actuel ne peut plus être considéré comme un aliment sain pour qui que ce soit. Même bio et complet, le blé moderne est extrêmement hybridé. Il a une trop haute teneur en glutamine (faisant partie du gluten), une protéine qui a tendance à irriter la paroi intestinale, et il contient beaucoup moins de minéraux et de vitamines qu'il y a un siècle.
 
C'est bien triste, parce que le blé constituait autrefois un aliment très correct, et qu'il est aujourd'hui utilisé, notamment comme épaississant, dans de nombreux aliments dont, bien sûr, les farines en tous genres. La solution consiste donc à rechercher les blés anciens, comme le grand épeautre, le petit épeautre (encore mieux), ou le kamut.
Par le blutage, dans le pain blanc, la meilleure partie de la farine a été retirée - le germe et le son - pour être donnée ... aux cochons et autres animaux d'élevage. Tant mieux pour eux!
Le blé entier (farine complète) n'est pas, non plus, automatiquement bénéfique pour la santé, mais, au moins, contient-il des fibres, des vitamines, des minéraux. Dans le pain blanc il ne reste qu'un produit quasiment sans fibres, presque sans vitamines ni minéraux - autant manger du carton! -, qui n'est, tout bien considéré, que de l'amidon, lequel, à la digestion, va inévitablement se transformer en sucres. Ce sont de mauvaises calories sans nutriments essentiels et avec un index glycémique très élevé, d'où le fait que le pain fait grossir, et en particulier le pain blanc !
Si les étiquettes indiquent souvent que les céréales raffinées livrées à la consommation courante ont été «enrichies» en vitamines c'est justement parce que les scientifiques se sont aperçus à quel point elles étaient devenues pauvres en nutriments. Les fabricants rajoutent donc 3 ou 4 vitamines, et un peu de fer. Cela fait bien sur l'emballage !
 
Le pain blanc moderne est trop salé. Il contient en moyenne une vingtaine de grammes de sel par kilogramme de pain. Une baguette de 250 à 300 grammes contient près de 5 grammes de sel soit la quantité maximale quotidienne recommandée par l'OMS (5 grammes par jour et par personne). Le pain et les biscottes viennent, dans l'alimentation quotidienne, en tête des aliments contenant du sel. Même sans ajout de sel supplémentaire lors de la fabrication, le pain dit "sans sel" contient néanmoins déjà jusqu'à plus de 2 grammes de chlorure de sodium par kilogramme.
L'indice glycémique indique l'effet des aliments sur la glycémie (taux de glucose dans le sang) durant les deux heures suivant leur ingestion. L'indice glycémique correspondant à 100, en tant qu'indice glycémique maximal, correspond au glucose pur et... au pain blanc, lequel n'est plus que de l'amidon, l'amidon n'étant lui-même qu'une chaîne de molécules de glucose. Cela veut dire que manger du pain blanc est pire que de sucer des morceaux de sucre blanc ! Cela fait monter en flèche le taux de sucre dans le sang, ce qui affole complètement le pancréas, provoque un pic d'insuline (insulinisme), avec le risque, au bout du compte, de développer une résistance à l'insuline, de l'obésité, le diabète, et des maladies cardio-vasculaires.
Et pour donner une bonne texture au pain, on rajoute du gluten dans la farine, gluten qui, agissant comme une sorte de "colle" facilite la panification. Le pain lève mieux, paraît plus beau, plus gonflé, plus moelleux et c'est bon pour le commerce ! Le problème est que le système digestif d'un grand nombre de personnes ne supporte pas les quantités de gluten présentes dans le pain moderne. Outre la maladie coeliaque, qui requiert impérativement la totale suppression du gluten de l'alimentation, l'intolérance au gluten est source de fatigues, de douleurs abdominales, de diarrhées, de reflux gastro-oesophagiens, de problèmes articulaires, d'eczéma, et même de troubles neurologiques.

Et j’en sais quelque chose : dès la petite enfance j’ai toujours eu des maux de ventre épouvantables, et, à partir d’une vingtaine d’années j’ai été régulièrement hospitalisée avec les intestins en sang. Le verdict : "c’est psychosomatique" !!!!??? Jusqu’à ce qu’à 38 ans, les différentes analyses que je subissais nous apprennent que j’étais intolérante au gluten. Je demande : "C’est quoi le gluten ?", et je m’entends répondre : "C’est un composant alimentaire !", et, débrouille-toi avec ça !!!
A l’époque, il n’y avait pas le Net pour avoir des réponses immédiates à nos questionnements, alors…., débordée par le travail, les enfants, la maison, je n’arrivais pas à prendre le temps d’aller chercher dans une bibliothèque ou une FNAC. Ce n’est qu’à 45 ans que j’ai enfin compris où se trouvait le gluten. J’ai donc éliminé de mon alimentation tous les produits à base de grains ou de farines de blé, d’avoine, d’orge et de seigle… Et ô miracle, mes maux d’intestins ont cessé, ainsi que mes 2 ou 3 hospitalisations annuelles… !!!
Il y a près de chez moi, à Bras, Bertrand Allais, un homme sain qui travaille comme Nicolas Supiot, sa production n’est pas illimitée pour lui non plus, et il y a quelques boutiques bio qui le distribue dans la région ! Quand je parviens à m’offrir un de ces pains au petit épeautre…. Magnifique… Quel régal !!! Meilleur que le meilleur des gâteaux de mes souvenirs d’enfance !


samedi 21 mars 2015

Il faut descendre du train


Le monde va mal.
Le monde va dans le mur.
Jusque là, tout le monde est d'accord ou presque.
C'est ensuite que ça se corse.

Il y a toutes sortes de réactions :
" Faut changer le monde. On pollue trop, y'a qu'à faire des lois pour moins polluer... "Ce n'est pas faux.
" En fait, c'est les gens qu'il faut changer. Si tout le monde polluait un peu moins, ça irait mieux. "Ce n'est pas faux non plus.
Ou encore, un peu stupide :
" Si le monde va mal, je n'ai qu'à changer mon regard sur le monde. "Et là, les objections pleuvent : " Quoi ? En quoi le fait de changer son regard sur le monde va résoudre le fait que le monde va mal ? On va juste se créer l'illusion que le monde va bien ? C'est débile... "
On peut entendre aussi :
" Si le monde va mal, je n'ai qu'à changer mon regard sur moi même. "
 
La société actuelle est comme un train.
Nous sommes les passagers.
D'aucun dirait que le Nouvel Ordre Mondial (N.O.M) est le chauffeur du train, et ses gardes.
Les gens sont dans le train, ils mangent, socialisent, regardent la télé, dans le train.
Ca leur suffit en général, du moment que c'est suffisamment confortable.
Mais, il y a quelques curieux qui ont regardé par la fenêtre :
" Tiens, c'est bizarre ce paysage qui défile au dehors... "
" Tais toi et regarde la télé ! " répliquent les autres passagers.
Il y a aussi quelques téméraires qui ont osé ouvrir la vitre.
Ceux là, à cause du vent qui dérange tout, enquiquinent carrément les autres passagers.
Mais ces téméraires ont vu quelque chose !
Le train fonce vers un mur... !!!! ??? !!!
 
Et c'est là que les ennuis commencent vraiment.
Que faire ?
Les autres passagers souvent ne veulent rien savoir.
Le train ne vibre pas, donc pour eux, pas de danger à l'horizon.
Et puis ce mur, ils ne l'ont pas vu...
" Pourquoi devrait-on croire ces fous alors qu'on est bien tranquille chez nous ? "
 
La première réaction souvent est de se dire :
" Mais il est fou le conducteur ? Pourquoi il ne freine pas ? "
En effet, le conducteur jouit d'un certain prestige puisque c'est lui qui commande le train.
Donc, les " fous " qui ont vu le mur commencent à élaborer des plans, pour informer les gens, pour avoir suffisamment d'appuis de gens qui pensent comme eux, pour finalement pouvoir atteindre le conducteur, et l'obliger à changer de cap ou ralentir.
Et il y a effectivement des gens qui attaquent le conducteur et ceux qui le protègent.
Il y a parfois des reportages à la télé.
Et finalement, de plus en plus de monde se bat à bord du train, il y a même des débats organisés sur ce fameux mur.
Il parait que des personnes intelligentes l'ont vue.
Mais... ???
Et c'est là que ça devient " rigolo "...
 
Certains se sont penchés, ils ont vu le mur, et ont alors remarqué que la voie était unique.
Et ils ont commencé à se poser des questions sur le chauffeur...
" S'il ne peut pas changer de voie, que peut-il vraiment faire exactement ? "
Et certains ont compris le pot-aux-roses.
Parce que, chaque fois qu'un opposant a pris le contrôle du train en promettant de tout changer, en fait, le train a continué sa marche.
Le train est automatisé.
Le conducteur ne conduit rien.
Le conducteur n'est pas un conducteur, il le fait juste croire pour son prestige.


Alors là, commencent les vrais problèmes.

La solution, c'est quoi ?
 

Certains ont compris.
Il faut descendre du train... même en marche (c'est un peu flippant c'est vrai !).
Ceux qui cherchent à descendre ont compris que nous ne sommes pas fait pour vivre dans un train, mais pour explorer le monde, et non pas seulement pour le voir défiler par les fenêtres.
Ils comprennent alors que les luttes à l'intérieur du train ne sont que perte de temps et sottises, que la solution est ailleurs.
Et… c’est là que la phrase :
« Il faut changer son regard sur soi-même » prend tout son sens.

Nous ne sommes pas des passagers d'un train pour l'éternité.
Nous sommes des voyageurs faits pour explorer le monde.

 
Quand on comprend cela, que l'on change son regard sur soi même, et qu'on a le courage de sauter du train... tout devient différent.
 
Et on en vient même à remercier le mur, parce que sans lui, on se serait vautré dans le train jusqu'à la fin des temps.
 
Si nous sommes en dehors du train, le N.O.M, du coup, n'existe même plus.
Mais tant qu'on est dans le train, que l'on soit pour ou contre le conducteur ne change rien, puisque ce n'est pas lui qui a le pouvoir.


NOUS SEULS AVONS LE POUVOIR de décider si nous restons dans le train ou si nous sautons !
 
Le N.O.M n'a qu'une illusion de pouvoir.
Ceux qui luttent contre le N.O.M font en réalité son jeu, parce qu'ils restent dans le train. Ils restent dans l'illusion que le N.O.M a le pouvoir sur le train, et donc sur eux.

Beaucoup ont vu le mur.
Beaucoup se demandent comment l'éviter.
De plus en plus nombreux sont ceux qui se préparent à sauter du train....

mardi 17 mars 2015

Atteindre la paix et transmettre


1/ Arrêter de reproduire le passé

En nous affranchissant de nos peurs, actuelles, en acceptant de donner le pardon maintenant, en reconnaissant à l'autre sa place et ses droits maintenant, nous donnons la chance à la paix pour maintenant et pour le futur. Apprendre des expériences du passé, consiste à pouvoir aller au-delà des conflits, stoppant net les vieilles rancoeurs, en étant plus conscients des enjeux, de nos peurs, de l'impact de nos pensées, en reconnaissant nos émotions et nos réels besoins. C'est le seul moyen de nous libérer de tous les conflits, de toutes les guerres, à quelque échelle que ce soit.
Tant que nous ne tirons pas les leçons de notre passé sous cet angle-là, nous ne pourrons pas construire un avenir plus positif. Tant que nous ne nous décidons pas à ne plus reproduire ce qui a toujours été fait; tant que nous ne brisons pas le cercle vicieux, nous perpétuerons les massacres, resterons prisonniers des rapports de force.

2/ Le bonheur durable ne vient pas de l'acquis mais du perpétuel changement

Si nous basons notre bonheur sur la présence de personnes, de situations, ou d'objets dans notre vie; comme tout à une fin, nous sommes condamnés alors à ne pas rester heureux. « Tout bonheur contient en lui sa part de souffrance. » Seul le changement est immuable. La recherche de tels bonheurs durables est donc vouée à l'échec. En nous identifiant à nos possessions, ou au fait d'être aimé, nous faisons la même erreur que lorsque nous nous identifions à nos pensées. Tout cela ne sont que des moyens d'être et d'évoluer. Le bonheur venant des circonstances procure satisfaction et plaisir, le bonheur que nous trouvons et choisissons en nous, procure joie et paix. Il demande, pour l'atteindre, de faire confiance à la vie, et de lâcher-prise, en acceptant pleinement ce qui est, au moment présent.

3/ Changer de l'intérieur pour transmettre aux générations futures

Selon Thierry Janssen, quelle que soit la religion, le message reste le même : « Le monde est un, la diversité est nécessaire à cette unité, et l'amour s'exprime à travers elle. ». Et il faudra dès lors transformer fondamentalement l'enseignement à nos enfants, et cela commence dès le berceau . Et cette transmission n'est possible que si nous incarnons ce que nous tentons de léguer. Une éducation de punition, de compétition, ne peut que prolonger les mentalités caduques.

4/ Partir de soi pour tous, avec l'aide de la vie

Si la décadence, à un niveau mondial, est encore en train de s'amplifier, il y a en parallèle de plus en plus d'individus, qui, via des chemins très divers, effectuent un travail d'évolution intérieure important. Cela implique un chemin psychologique et spirituel mais également un travail au niveau corporel pour libérer les blocages émotionnels les plus anciens, inscrits jusque dans nos cellules.
Commencer par soi-même est le seul chemin possible, pour retrouver notre essence, délaisser nos haines, et nourrir la bienveillance et la coopération, et retrouver la paix et la sérénité.
A la différence d'une approche politique telle que le communisme, il s'agit d'un chemin spirituel, car il vient du coeur, de la démarche individuelle et consciente, et ne passe pas par l'autorité d'un quelconque rapport de force. « Un message de paix ne peut être diffusé par la guerre, il ne peut être que proposé. » Il s'agit d'un progrès dans la mesure où les progrès atteints par nos connaissances sont alors partagés par tous et pour tous. La satisfaction des besoins se fait alors dans la confiance, pour la satisfaction de tous, et non dans le but égoïste de nous défendre de nos peurs; à la place de l'illusion de liberté que cette attitude nous procurait, nous découvrons alors la véritable liberté, où la conscience nous permet de quitter nos attitudes défensives, en acceptant ce qui est, nos réelles motivations peuvent alors apparaître et nous porter vers l'harmonie dans la diversité.
Dans une telle perspective, il devient difficile de nier l'existence d'une intelligence supérieure qui nous entoure, qui est au fond de nous : la vie.
Quand nous sommes en guerre (quelle qu'elle soit), nous sommes en guerre contre la vie. La tâche et le chemin sont longs pour aller vers la paix, et si nous y parvenons, nous réaliserons une réel saut dans l'évolution. C'est de l'intention que nous pouvons partir, et cette intention peut prendre place ici et maintenant.

5/ Transmettre
 
En positivant notre approche de la vie, nous sommes à même de pratiquer cette intention. Le moyen le plus direct pour y arriver est de reconnaître tout ce qui nous satisfait, nous contente. Même les épreuves de la vie, même nos adversaires, nous rendent service pour nous faire évoluer loin de nos peurs, plus près de l'amour. Ils nous offrent des leçons de vie indispensables pour nous éveiller. L'égo redevient alors l'outil qui peut nous aider. Alors, ceux qui ont commencé à apprivoiser leurs peurs peuvent aider ceux dont le parcours est encore dicté par les peurs, pour rejoindre ensemble l'harmonie, et oeuvrer à une mutation profonde du monde.
La peur stimule la guerre, l'amour engendre la paix. Cette équation défie la rationalité pure, car elle intègre la dimension des sentiments et des émotions, que nous ne pourrons plus ignorer si nous voulons évoluer.



Vu sur http://sechangersoi.be

Photos Mickael Graab 

dimanche 15 mars 2015

Les bienfaits de l'Argile



Naturellement riche en sels minéraux, l’argile est depuis la nuit des temps une véritable terre de santé qu’on trouve près des volcans.
Elle est connue pour son haut pouvoir absorbant et pour ses propriétés bactéricides.
On la connaît aussi sous le nom de luvos, kaolin colloïdal ou encore boue des couteliers…
 
L’argile est une matière qui possède d’innombrables vertus.
 
Elle est tout à la fois : anti-inflammatoire et cicatrisante, antiseptique et désinfiltrante.
 
Non seulement l’argile fait fuir microbes et bactéries, absorbe et régule l’excès de sébum, régénère les tissus fragilisés par l’âge mais, en plus, c’est un cicatrisant efficace.
 
D’ailleurs, les égyptiens utilisaient la boue du Nil pour la momification de leurs morts, car son pouvoir conservateur et purificateur était parfaitement connu.
Les médecins égyptiens l’utilisait, eux, pour son pouvoir de déshumidification.
Elle servait également de ciment pour assurer l’étanchéité entre les blocs de pierres des pyramides.
 
Les Sumériens gravaient leur écrits au moyen de stylets de bois sur des blocs d’argile fraîche qu’ils faisaient cuire pour assurer la solidité de la tablette. La médecine grecque, quant à elle, prescrivait des emplâtres de boue argileuse pour lutter contre le goitre, les rhumatismes, les maladies de peau, mais aussi pour les brûlures, les plaies vives, les morsures de serpents…
 
Il existe plusieurs types d’argile :
 
- l’argile blanche qui favorise l’élimination des toxines convient aux peaux sèches
l’argile rose riche en oligo-éléments est parfaite pour les peaux sensibles
l’argile rouge, qui améliore la circulation sanguine, est conseillée aux peaux normales
l’argile verte (sans doute la plus performante) régule les excès de sébum et convient bien sûr aux peaux grasses.
 
Vous pouvez vous procurer l’argile dans les herboristeries, les magasins de produits naturels et les pharmacies.
 
Voici quelques préparations de base pour bien utiliser l’argile.
 
Cependant, il y a quelques règles à respecter :
 
- lors de la préparation, n’utilisez jamais d’ustensile en métal car cela produirait une réaction chimique néfaste pour votre santé (une spatule en bois et une coupelle en verre ou en porcelaine sont conseillées).
Utilise un récipient genre cul-de-poul.
 
- Ajouter de l’eau (ou eau florale) pour obtenir une texture crèmeuse,pour éviter les grumeaux, ajoutez l’argile à l’eau, et non l’inverse.
 
-Eviter de retirer d’essuyer le masque séché avec une serviette mouillée, ce qui irriterait la peau.
 
-Ne réutilisez jamais de l’argile.
 
Peau Grasse Masque
 
Masque à l’argile:
2 mesures d’argile
2 gouttes d’huile essentielle
1 mesure d’huile végétale grasse (rose musquée, argan, noisette, jojoba…)
2 mesures ou plus d’eau pure ou d’eau florale
 
Masque argile-citron :
Faites un masque composé de 2 cuillères à soupe d’argile, du jus d’un demi-citron, de 2 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé et d’une goutte d’huile essentielle de citron. Mélangez bien et appliquez en masque sur votre visage (en évitant le contour des yeux). Laissez agir 1/4 d’heure, rincez à l’eau tiède puis avec votre tonique habituel.
 
Masque argile-tomate :
Durant quelques secondes, plongez une tomate dans de l’eau bouillante. Puis enlevez sa peau et ses pépins. Dans un bol, réduisez-la en purée et ajoutez une cuillère à soupe de citron, une cuillère à soupe de crème fraîche et une cuillère à soupe d’argile en poudre. Mélangez bien. Appliquez cette préparation sur le visage en couche épaisse 1/4 d’heure (en évitant bien sûr le contour des yeux). Rincez très soigneusement puis appliquez votre crème habituelle.
 
Tous type de peau
 
Masque argile, miel et lait:
Mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse, 3 cuillères à café d’argile, 3 cuillères à café de lait et 1 cuillère à café de miel.
Appliquez ce masque sur votre visage pendant 20 minutes, rincez-le à l’eau tiède puis appliquez votre tonique.
 
Le masque purifiant:
Préparez une pâte souple en mélangeant 2 cuillerées à soupe d’argile verte avec de l’infusion de thym ou de sureau.
Appliquez pendant 30mn. Rincez avec le reste d’infusion. Renouvelez chaque semaine
Action : l’argile va purifier la peau et régulariser la sécrétion de sébum.
 
Le masque régénérant:
Préparez une pâte souple en mélangeant 2 cuillerées à soupe d’argile verte avec 1 cuillerée soupe d’huile d’olive ou d’amande douce et du jus de carottes. Appliquez sur le visage en évitant soigneusement le contour des yeux. Laissez agir pendant 10mn.
Finissez le nettoyage avec une huile de beauté ou rincez à l’eau tiède. A faire 1 fois par semaine seulement.
Action : l’argile va affiner les grains de votre peau et régénérer les cellules.
 
Le pansement à l’argile:
Faites une pâte avec de l’argile verte ou rouge concassée et de l’eau. Pour la préparer, mettez de l’argile dans un récipient, recouvrez d’eau et attendez que l’argile se dissolve. Ensuite, malaxez et appliquez largement sous un bandage ou une compresse.
Action : l’argile va absorber les corps étranger ou le pus en aidant à régénérer les tissus.
 
Les soins pour le bain:
Mettez 3 kilos d’argile dans votre baignoire et remplissez-la d’eau chaude à 39° puis baignez-vous!
Action : ce mini bain de boue va assainir la peau et soulager les douleurs.
 
Le dentifrice à l’argile:
Trempez votre brosse à dent dans de l’eau, puis dans de l’argile verte.
Brossez-vous les dents tous les soirs avec cette préparation.
Sachez qu’il existe des dentifrices tout prêts à base d’argile.
Action : l’argile va détruire les bactéries et lutter contre l’infection. Elle contribue à la bonne hygiène buccale.
 
Hématomes:
Pratiquez sur la zone tuméfiée un léger massage avec de la pommade à l’Arnica puis, sur cette même zone, appliquez un cataplasme d’argile verte froide (de l’argile dans un mouchoir en tissu ou en papier, tenu par une bande velcro). Renouvelez le cataplasme toutes les 2 heures jusqu’à la disparition de la douleur.
 
Cheveux gras:
Appliquez sur le cuir chevelu, en évitant soigneusement les pointes, de l’argile verte préparé. Massez bien. Rincez puis terminez par un rinçage avec de l’eau citronnée pour faire briller les cheveux.
 
L’argile pour les bébés
L’argile blanche:
L’argile blanche peut être appliquée en poudre, comme du talc, sur les fesses des bébés afin de prévenir et de soigner les rougeurs des fesses dues aux couches. C’est selon, certaines mamans, un remède miracle beaucoup plus efficace que de coûteuses crèmes pharmaceutiques.
 
Dans tous les cas, il est vivement conseillé de recourir à des thérapeutes expérimenté(e)s pour les utilisations « pointues » (blessures, kystes …) même si les contre-indications sont rares.
 
 
 Argile Bentonite où Argile Verte
  
L'argile bentonite est l'argile verte qu'on trouve le plus souvent dans les magasins de diététique, coopératives biologiques et parapharmacies .
  
Elle se présente soit en "cailloux" plus ou moins gros pour les enveloppements et pansements, soit en poudre pour la boire ou pour les soins du visage.
 
La bentonite, une argile comestible, riche en minéraux, a été utilisée pendant des siècles pour draîner les toxines des parois intestinales tout en nettoyant le côlon. Une autre utilisation de l'argile bentonite, très opportune, en cas de catastrophe naturelle nucléaire , est l'adsorption des radiations.
 
Non seulement elle adsorbe les radiations des retombées nucléaires, mais également tout type de radiation.
 
Comment travaille l'argile bentonite
 
L'argile bentonite est parfois appelée argile verte ''guérisseuse''. Elle s'est créée naturellement à partir d'une combinaison de minéraux de cendres volcaniques appelés montmorillonite et d'eau de mer. Selon son origine, l'argile bentonite est chargé de minéraux d'origine naturelle comme le potassium, le calcium et le sodium. Lorsque la bentonite est mouillée, elle se dilate, un peu comme une éponge.
 
Toutefois, plutôt que d'absorber les toxines comme le ferait une éponge, l'argile bentonite fonctionne plus comme un aimant.
Ce processus est appelé absorption.
 
L'argile bentonite absorbe parce qu'elle comporte à la fois des charges négatives et positives à sa surface et sur ses bords. Les toxines sont attirées par la bentonite comme des aimants, se lient aux composants de l'argile, et sont extraits de l'organisme dans les petits espaces créés quand l'argile est mouillée. 
 
Preuve scientifique de la capacité de l'argile bentonite à piéger les ions radioactifs
 
Selon une étude publiée en 2006 dans Radiation Protection Dosimetry, réalisée par une équipe de scientifiques dirigée par V. Correcher et intitulée «La stabilité thermique du piégeage de la thermoluminescence par la bentonite," l'argile bentonite a été étudiée en raison de ses capacités connues pour casser les liens des chaînes, former des ions hydrolysés, et des réactions d'oxydo-réduction. L'étude décrivait la «distribution exponentielle des électrons piégés."
 
Dans une autre étude scientifique, de l'argile bentonite a été testée pour déterminer son efficacité à réduire l'irradiation d'une haute énergie gamma de l'adénine. Selon les chimistes de l'Université Duke, l'adénine est une des molécules organiques les plus importantes trouvées dans le corps humain. L'adénine est une partie intégrante de l'ADN humain, de l'ARN, et de l'ATP. Dans cette étude, publiée dans BiologieCellulaire et Moléculaire en 2002, de l'adénine irradiée récupère beaucoup plus rapidement dans des systèmes contenant de l'argile que dans celles qui n'en contiennent pas. Les résultats ont montré que l'argile bentonite agit comme un protecteur de surface contre l'irradiation de l'adénine.
 
D'autres utilisations traditionnelles de l'argile bentonite
 
Administrée par voie orale, l'argile bentonite est utilisée pour détoxifier le système digestif, éliminer les parasites intestinaux, renforcer le système immunitaire et combattre les radicaux libres. Elle contribue également à éliminer les métaux lourds de l'organisme et aide dans le processus de détoxication du foie. En usage externe, l'argile bentonite est souvent un ingrédient principal de compresses, enveloppements et masques pour le visage.

25 faits sur l’industrie pharmaceutique, les vaccins et les « antivaccins »

Lors de la récente épidémie de rougeole, les grands médias ont mis la faute uniquement sur les enfants non vaccinés, bien que certaines personnes vaccinées aient contracté la maladie et que certains vaccins se soient avérés inefficaces dans le passé. Sans la moindre nuance, les grands médias ont systématiquement qualifié les gens qui hésitent à accepter n’importe quel vaccin d’« antvaccins », de personnes irresponsables et mal informées, s’appuyant sur des peurs irrationnelles et la seule et unique étude « frauduleuse » d’Andrew Wakefield reliant l’autisme aux vaccins. (Voir le documentaire de Lina B. Moreco Silence on vaccine, qui donne la parole au Dr Wakefield et à des parents de ses jeunes patients atteints d’autisme qui lui sont reconnaissants.)

En réalité, les soi-disant « antivaccins » ne sont pas tous totalement contre les vaccins. Alors que certains peuvent être totalement contre tout type de vaccination, bon nombre d’entre eux, incluant des médecins et des spécialistes de la santé, mettent en doute certains vaccins, leurs ingrédients et/ou le calendrier de vaccination. Cette observation n’est pas basée sur un sondage, mais sur ma propre perception découlant de la grande quantité d’articles sur les vaccins et l’industrie pharmaceutique que j’ai lus au cours des cinq dernières années en tant que journaliste. Un grand nombre de médecins et de spécialistes de la santé ont fait des recherches indépendantes et critiquent la vaccination en se basant sur des études scientifiques et des preuves solides.

Pourquoi les médias sont si enclins à dépeindre les critiques de l’industrie pharmaceutique comme des fous, des irresponsables, des personnes irrationnelles et sans instruction qui ne connaissent rien de la science?
La Dre Marcia Angell a travaillé pendant plus de deux décennies comme rédacteur en chef du New England Journal of Medicine. Elle a été licenciée après avoir critiqué l’industrie pharmaceutique, qui exerce une influence considérable et négative sur a littérature scientifique. Elle a dit :
« Il n’est tout simplement plus possible de croire la plupart des recherches cliniques qui sont publiées. »

De nombreux journalistes vous diront la même chose des médias traditionnels.
Nous portons à l’attention de nos lecteurs 25 faits qui ne constituent qu’une petite partie d’une importante quantité d’études scientifiques indépendantes et d’articles sur les vaccins et l’industrie pharmaceutique. Certains articles parus dans les médias traditionnels ont été inclus afin de démontrer comment les médias ferment les yeux sur des articles qu’ils ont eux-mêmes publiés par le passé parce qu’ils ne correspondent pas à leur discours actuel sur les « antivaccins ».

Le but de cette liste est de fournir des études et des sources d’information indépendantes sur la vaccination et l’industrie pharmaceutique, ce que ne font pas les médias traditionnels, lesquels favorisent plutôt aveuglément le discours et les intentions de ce que les anglophones appellent Big Pharma.
(Tout est souligné par l’auteur. La plupart des titres sont des citations des articles auxquels ils sont liés.)
25 faits sur l’industrie pharmaceutique, les vaccins et les « antivaccins »
1- La Chine a des épidémies de rougeole, mais 99 % des Chinois sont vaccinés
Une étude récente publiée dans la revue PLoS intitulée « Difficultés dans l’élimination de la rougeole et le contrôle de la rubéole et des oreillons : étude transversale d’une première vaccination contre la rougeole et la rubéole et d’une seconde vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole », a mis en lumière l’inefficacité flagrante de deux vaccins contre la rougeole (rougeole-rubéole (RR) ou rougeole-rubéole-oreillons (RRO)). Contrairement à ce qu’ils promettaient, ceux-ci n’ont pas prévenu d’épidémies dans les populations se conformant à la vaccination. (Sayer Ji,  Why Is China Having Measles Outbreaks When 99% Are Vaccinated?, GreenMedInfo, 20 septembre 2014)
2- Une étude démontre que la vaccination obligatoire contre la varicelle fait augmenter les taux de maladie
La varicelle ou la vaccination contre la varicelle, est obligatoire en Corée du Sud depuis 2005. La loi exige que les nourrissons de 12 à 15 mois soient vaccinés. En 2011, le pays a atteint un taux de conformité quasi universelle, cependant le nombre de patients atteints de varicelle n’a pas diminué. Il a plutôt augmenté depuis l’atteinte du taux obligatoire de vaccination.
Le nombre de patients atteints de la varicelle signalés aux Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC) a augmenté, passant de 22,6 cas pour 100 000 en 2006 à 71,6 cas pour 100 000 en 2011. Cela constitue une énorme différence et prouve amplement que le programme de vaccination est inefficace pour contrôler la propagation de la maladie(Christina Sarich, With 97% Compliance Chicken Pox Vaccine Still Causes OutbreaksNatural Society, 8 janvier 2015)
3- Lors d’une épidémie de rougeole en 2012 au Québec (Canada), plus de la moitié des cas étaient des adolescents vaccinés
Une enquête sur une éclosion dans une école secondaire d’une ville fortement touchée par le virus [de la rougeole] a révélé qu’environ la moitié des cas étaient des adolescents qui avaient reçu les deux doses recommandées du vaccin durant leur enfance. Autrement dit, les autorités s’attendaient à ce que ces adolescents soient protégés contre le virus de la rougeole.
Il est généralement admis que le vaccin contre la rougeole, lorsqu’il est administré en deux doses durant la petite enfance, devrait protéger contre l’infection de la rougeole environ 99 pour cent du tempsAinsi, les chercheurs ayant mené l’enquête ont été choqués de découvrir que 52 des 98 adolescents qui ont attrapé la rougeole étaient entièrement vaccinés. (La Presse Canadienne Measles among vaccinated Quebec kids questioned, CBC, 20 octobre 2011)

La suite sur:  mondialisation.ca/25-faits