mardi 13 septembre 2016

Alerte vaccinale de rentrée scolaire- Pr. Henri Joyeux

Chers AMIS de la SANTÉ
Il est heureux que cette lettre soit publiée à la rentrée scolaire, avant la concertation citoyenne sur la vaccination. Celle-ci donnera ses conclusions à l’automne ou en fin d’année. Cette lettre est nécessairement longue, car elle doit répondre à toutes vos questions, vous parents et grands-parents inquiets pour la santé de vos enfants et petits-enfants en cherchant à généraliser les vaccinations, à les rendre exigibles.
Le 29 mai 2015, en réponse à notre pétition sur les vaccins, la ministre de la Santé affirmait « la vaccination, cela ne se discute pas !». Une façon de fermer le débat avant de l’avoir ouvert. Cette pétition est à ce jour signée par 1 million 78 000 personnes.
Pour parvenir à nos fins, il ne faut pas hésiter pas à diffuser la présente lettre très largement jusqu’à votre médecin référent souvent agacé par tant d’informations contradictoires pour lui-même et ses patients. En effet officiellement « un quart des médecins émet des doutes et 43 % manquent d’assurance pour informer leur patientèle sur certains vaccins avec adjuvants ». L’industrie vaccinale est un empire toujours très puissant,  mais fragilisé par le manque de confiance du grand public. Nous allons voir pourquoi. L’empire vaccinal reste puissant, mais fragilisé par le manque de confiance du grand public. Nous allons voir pourquoi.
La loi française exige pour les enfants, au plus tard trois mois après leur admission (et non leur inscription) en collectivité, un certificat soit de vaccination contre diphtérie, tétanos et polio (DTP) (+ fièvre jaune pour la Guyane), soit de contre-indication dûment signée par votre médecin référent. Or cette vaccination DTP seule est devenue impossible par la volonté des laboratoires internationaux, a créé la pénurie. Ainsi ils imposent à la place une vaccination 7 fois plus coûteuse contre 3 maladies supplémentaires dont les enfants en bonne santé n’ont pas besoin.
Ces trois maladies dont les vaccinations ne sont pas obligatoires, sont la coqueluche (seuls les enfants fragiles en ont vraiment besoin), la méningite à l’hemophilus influenzae b (nécessaire chez les enfants présentant un état d’immunodépression congénital ou acquis. Le vaccin selon le fabricant peut être responsable d’affections psychiatriques tels irritabilité ou cris incontrôlables ou anormaux), et l’hépatite B dont aucun nourrisson n’a besoin, sauf si l’un de ses parents ou les deux sont atteints par le virus de l’hépatite B.
Continuons ensemble à réclamer à cor et à cri, le seul vaccin légalement obligatoire contre Diphtérie-Tétanos-Polio sans adjuvant. Ce vaccin n’a pas besoin d’être injecté à l’enfant si sa mère en bonne santé l’allaite intégralement 6 mois et au moins matin et soir au-delà du 6ème mois pendant 1 ou 2 ans selon les recommandations de l’OMS. La vaccination peut attendre les 18 mois de l’enfant selon la loi française. (En date du 20 mars 2015, le Conseil constitutionnel a confirmé que « les articles L. 3111-1, L. 3111-2 et L. 3111-3 du code de la santé publique sont conformes à la Constitution ». Décision n° 2015-458. )

La légitimité pour alerter le plus grand nombre de familles

Faut-il pour parler des vaccins avoir une compétence particulière en matière de vaccination ou de pharmacovigilance (1) et réglementation pharmaceutique comme mon collègue, excellent polémiste, Marc Girard, mathématicien, médecin et expert judiciaire le recommande ? Il s’est battu sans succès contre la vaccination obligatoire. Je la recommande parce qu’elle est encore légale. À ce compte, les médecins généralistes, n’ayant ces compétences, aucun ne pourrait donner des conseils pertinents à une personne ou une famille concernant les vaccinations !
Je reçois le même type de reproche de n’avoir jamais publié sur les vaccins de la part de mon collègue Daniel Floret, pédiatre, président du Comité technique des vaccinations (CTV) au sein du Haut conseil de la santé publique (HCSP) ou de son président Roger Salomon, professeur de Santé publique à Bordeaux. Ils disent vrai : pour eux « je n’ai pas eu une activité médicale ou de recherche qui m’autorise à avoir un avis d’expert sur ce sujet. Je suis chirurgien (ils oublient cancérologue), pas infectiologue, ni statisticien ni chercheur en immunologie. »
Cependant si mon avis évidemment n’est pas celui d’un expert, il est bien plus large que celui d’un médecin de famille. Mais alors, dans presque tous les domaines de la médecine un généraliste, spécialiste de rien – ni cardiologue, ni pneumologue, ni rhumatologue, ni.. ni.. – ne peut donner d’avis pertinent sur quoi que ce soit !!!
C’est exactement ce que veulent les laboratoires pharmaceutiques et les autorités de santé, qui au demeurant sont très loin du terrain, de la vraie médecine auprès des malades : le médecin doit appliquer des directives de prescriptions et s’il est docile, il aura droit officiellement en fin d’année à une prime substantielle(2) de 6756 euros.
Mes avis sont, – je le revendique, ceux d’un médecin cancérologue qui s’est toujours tenu et se tient toujours au courant des avancées en immunologie (immuno-oncologie) et comprend parfaitement le système des défenses immunitaires que notre corps possède naturellement. On peut stimuler ces défenses, en plus des traitements les plus efficaces, avec des conseils nutritionnels autant que comportementaux (respiration, activité physique, antistress..).
Les recherches pour trouver un vaccin contre le cancer, le sida… sont très largement financées par l’ et les dons du monde entier, même si pour l’instant elles ne débouchent sur rien de concret, malgré des milliards dépensés ou investis depuis plus de 40 ans.
Aujourd’hui, experts et laboratoires veulent généraliser les vaccinations le plus tôt possible après et même avant la naissance. C’est la tendance pour la coqueluche(3) alors qu’il n’existe pas de vaccin coquelucheux monovalent, c’est-à-dire qui serait utilisable pour protéger contre la coqueluche uniquement.
C’est là encore le meilleur moyen pour ajouter des vaccinations non nécessaires, sans connaître précisément les conséquences, sans évoquer les complications éventuelles d’une stimulation d’immunité si précoce qui inquiète de plus en plus le monde médical. Prudent le laboratoire DBV Technologies développe un patch vaccinal contre la coqueluche sans le moindre adjuvant.
En réalité un nourrisson est à sa naissance quasiment vierge immunologiquement, en dehors du microbiote vaginal de sa mère acquis lors de l’accouchement par voie naturelle et de l’allaitement maternel qui lui apporte les anticorps protecteurs. Durant ses deux premières années (soit 1000 jours après sa conception), il va rencontrer des milliers d’agents infectieux contre lesquels il s’immunise naturellement jour après jour.
Ainsi contrer pour des raisons de santé des nouveau-nés ces « initiations immunitaires naturelles » n’a aucune justification sanitaire et ne peut, au contraire, que nuire aux enfants concernés par ce type de surmédicalisation. On le mesure déjà avec les innombrables allergies observées chez les enfants, jamais vues dans le passé.

Quant aux manipulations des laboratoires

En juillet 2011, l’Agence européenne du médicament (EMA) avait conclu que la balance-bénéfice/risque du vaccin Pandemrix contre la grippe, restait positive, mais qu’en raison de rares cas survenus chez des personnes jeunes, le vaccin ne devait être utilisé qu’en l’absence d’autres vaccins disponibles.
En réalité les responsables du grand laboratoire GSK avaient d’abord nié formellement l’existence de complications pourtant formellement répertoriées par l’EMA au cours des essais cliniques de Pandemrix. Il s’agissait pour l’EMA de complications de narcolepsie « un trouble du sommeil caractérisé par une somnolence excessive au cours de la journée, avec des accès de sommeil incontrôlables. Elle peut s’accompagner de pertes soudaines du tonus musculaire (cataplexie). » Ces troubles ont été observés chez les jeunes, les adolescents et les adultes vaccinés… Le début des symptômes est intervenu entre deux jours et quinze mois après la vaccination, selon l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments. (Le Monde.fr avec AFP 20.09.2012)
Dans mon champ de compétences qu’est la cancérologie, je les connais bien les excès thérapeutiques m’opposant souvent à des chimiothérapies abusives, à des protocoles tirés au sort (randomisés) qui permettent aux oncologues de se défausser sur les patients eux-mêmes, au profit des laboratoires promoteurs d’essais thérapeutiques sur les malades.
Mêmes abus avec les mammographies systématiques (qui ont bien régressé en nombre), ou des traitements hormonaux dès la puberté (avec la pilule au collège), le THS (Traitement Hormonal Substitutif) ou THM (Traitement Hormonal de la Ménopause) à la ménopause chez des femmes qui n’en ont pas besoin.  Les familles vérifient aussi elles-mêmes la médicalisation de plus en plus tentaculaire des pensionnaires des maisons de retraite où désormais on cherche à imposer les vaccinations aux familles et même aux visiteurs comme je l’ai constaté récemment quand un visiteur se présente pour voir un ami ou parent.
Restons donc sur nos gardes, prudents et informés afin de savoir résister quand c’est nécessaire. C’est la santé de nos enfants et petits enfants qui est en jeu pour le présent et pour leur avenir.

L’Éducation nationale, ”acteur majeur de la propagande vaccinale” 

La suite sur: http://www.professeur-joyeux.com/alerte-vaccinale-de-rentree-scolaire/

1 commentaire:

  1. voir la "Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations" en France qui existe depuis 1954
    elle peut vous aider à rédiger des lettres entre autres pour la rentrée des enfants à l'école
    ils ont un avocat spécialisé

    RépondreSupprimer

Les commentaires seront publiés après approbation, merci de votre compréhension.